Skip to main content

La campagne pour Concordia

PLACE À LA NOUVELLE GÉNÉRATION

La campagne pour Concordia

PLACE À LA NOUVELLE GÉNÉRATION

« Pour nous, Concordia fait partie de la famille – il est essentiel de pouvoir redonner à l’Université »

Chanteurs d’opéra et partenaires dans la vie, la musique et la philanthropie, Maria Diamantis et Dimitris Ilias soutiennent les étudiants en musique grâce à un don planifié
31 janvier 2022
|
Par Ian Harrison, BComm 01

Maria Diamantis et Dimitris Ilias La salle de concert Oscar-Peterson est une deuxième maison pour Maria Diamantis et Dimitris Ilias, B. Bx-arts 1992, Dipl. 2e cycle 1999.

Unis grâce à la musique – et à un coup de pouce de l’Université Concordia – la soprano Maria Diamantis et le ténor Dimitris Ilias (B. Bx-arts 1992, Dipl. 2e cycle 1999) se sont bâti une vie ensemble et ont créé une communauté autour d’eux.

En qualité de cofondateurs de Chroma Musika, ces chanteurs d’opéra et musiciens chevronnés ont donné des spectacles, organisé des séminaires et enregistré des albums à Montréal et ailleurs pour un public canadien et européen fervent de musique grecque ancienne et de musique contemporaine.

Ce faisant, ils ont fait appel aux partitions de musiciens locaux. Qui plus est, ils ont offert à des milliers d’enfants québécois la chance de découvrir et d’explorer la musique symphonique au moyen de récitals spéciaux, de concerts et de programmes éducatifs, lesquels ont été rendus possibles en bonne partie grâce à la participation de membres de la communauté de Concordia.

Ces réalisations – doublées d’un appui dévoué à la communauté grecque montréalaise – ont valu au couple Diamantis-Ilias la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec en mai 2021.

Plus récemment, le couple a décidé d’octroyer un généreux don planifié au Département de musique de l’Université Concordia.

Lors d’un entretien accordé à la salle de concert Oscar-Peterson, située sur le campus Loyola, Mme Diamantis et M. Ilias – qui sont aussi donateurs à la Campagne pour Concordia : Place à la nouvelle génération – ont expliqué ce qui les avait motivés à prendre cette décision.

En quoi cet endroit est-il si important pour vous?

Dimitris Ilias : La salle de concert Oscar-Peterson est notre deuxième maison. Non seulement y ai-je donné une performance solo lors de l’inauguration, en 1990, mais c’est aussi sur cette scène que Maria et moi avons produit la majorité de nos spectacles.

Cette salle de concert a vu des milliers d’enfants chanter dans le cadre de différentes initiatives – nous l’adorons. Chaque fois que j’y mets les pieds, je ressens toujours une chaleureuse hospitalité qui me replonge à l’époque de mes études. C’est un endroit magnifique, et je suis très honoré d’en faire partie depuis aussi longtemps.

Vous vous êtes aussi rencontrés à Concordia, n’est-ce pas?

Dimitris : Oui! Je passais une audition en vue de mon admission au département de musique afin d’y entamer des études en violon et en chant, et on m’avait recommandé Maria pour m’accompagner au piano.

Maria Diamantis : Je me souviens de mon impatience à l’idée de faire ta connaissance parce que tu étais d’origine grecque tout comme moi, et musicien en plus.

Dimitris : En effet, nous nous sommes rencontrés grâce au département de musique. C’était le destin – un peu comme à l’opéra!

Qu’avez-vous le plus aimé de votre expérience d’études au premier cycle en musique?

Dimitris : J’ai eu la chance d’étudier avec de grands interprètes et musiciens. J’avais accès à une incroyable bibliothèque où je pouvais mener des recherches sur toute cette musique. J’ai eu des professeurs qui m’ont vraiment soutenu et encouragé. Comme il s’agit d’un petit département, on s’y sentait comme une famille.

Je me souviendrai toujours d’un cours en particulier, donné par Mark Corwin, où les interprètes étaient jumelés à des ingénieurs. J’y ai beaucoup appris. Aujourd’hui, dans le cadre du programme que nous menons avec les enfants, les élèves participants suivent un cours intensif sur la théorie du son avec Mark.

Ici, j’ai eu la possibilité de collaborer avec nombre de musiciens, techniciens et ingénieurs différents – disons que cette approche n’est pas nécessairement la norme dans les autres universités. Cela vous prépare vraiment au monde extérieur.

La communauté joue un rôle prépondérant dans vos vies. Pouvez-vous nous en parler un peu plus?

Maria : Avoir un sens profond de la communauté est essentiel. J’ai toujours senti que c’était mon devoir de redonner au suivant, musicalement parlant. Je considère que c’est un privilège. J’ai donc fait partie de chorales communautaires. J’ai été chef de chœur à l’église et accompagnatrice au piano. J’ai aussi contribué à l’encadrement des choristes.

Dimitris : Et puis, il y a tous ces enfants d’horizons différents, à qui nous avons donné enseignement et conseil au fil des décennies… Nous nous souvenons de chacun d’eux. Nous avons en commun ces aventures musicales. Beaucoup d’entre eux sont de récents immigrants, de nouveaux citoyens canadiens. Si nous sommes réunis, c’est à cause du pouvoir de la musique.

Maria : Les enfants nous motivent. Nous nourrissons leur enthousiasme, et nous apprenons autant d’eux qu’ils apprennent de nous.

Dimitris : C’est inestimable. La façon dont le regard de certains enfants s’illumine lorsqu’ils entendent un orchestre en concert pour la toute première fois – c’est un pur émerveillement.

Qu’est-ce qui a motivé votre décision d’accorder un don planifié à Concordia?

Maria : Pour nous, Concordia fait partie de la famille. Comme nous avons décidé de ne pas avoir d’enfant, et comme nous ne serons pas ici pour toujours – nous avons cru qu’il serait important de redonner à l’Université et ainsi, de laisser un legs durable.

Dimitris : Nous avions l’intuition qu’un don planifié au Département de musique de Concordia était la meilleure façon de procéder. Pour moi, c’était extrêmement important de redonner à l’établissement qui m’a beaucoup apporté. C’est la moindre des choses, à mon avis.

C’est très gratifiant de savoir qu’aussi longtemps qu’existera Concordia, chaque année, un étudiant ou une étudiante en musique recevra une bourse grâce à ce don. C’est un sentiment extraordinaire de pouvoir réaliser un tel rêve.



Retour en haut de page

© Université Concordia