Skip to main content
Thesis defences

PhD Oral Exam - Roseline Lambert, Socio-cultural Analysis

Le reflet du monde est à l’intérieur de moi : une ethnographie poétique de l’expérience de l’agoraphobie en Norvège

DATE & TIME
Thursday, November 25, 2021 (all day)
COST

This event is free

ORGANIZATION

School of Graduate Studies

CONTACT

Dolly Grewal

WHERE

Online

When studying for a doctoral degree (PhD), candidates submit a thesis that provides a critical review of the current state of knowledge of the thesis subject as well as the student’s own contributions to the subject. The distinguishing criterion of doctoral graduate research is a significant and original contribution to knowledge.

Once accepted, the candidate presents the thesis orally. This oral exam is open to the public.

Abstract

This thesis is an ethnography of the experience of agoraphobia in Norway and aims to document its material, emotional, sensory, cultural and poetic dimensions. Norway being the European country with the highest prevalence of the diagnosis of agoraphobia, this research is based on an ethnographic fieldwork in Norway lasting eight months. This thesis is also a research-creation project where two writing approaches intersect: poetry and ethnography. The two research questions of this thesis are: 1) the understanding of the experience of agoraphobia and 2) the use of a reflective and poetic form of writing in the context of an ethnographic fieldwork. The theoretical framework of this project is rooted in narrative medical anthropology influenced by phenomenology, psychoanalysis and Foucauldian criticism and by recent theoretical developments in sensory anthropology, anthropology and sociology of emotions and neo-materialist theories. In the second section of the thesis, five analytical chapters are grouped together which constitute a poetic ethnography. In the CABANES (cabins) chapter, the question of the home is analyzed, which have a specific connotation in Norway, while several authors affirm that it is a particularly “home-centered” society, where this central pivot of the house (hjeme) is opposed to the exterior (ute) and to the social. In the FRONTIÈRES (borders) chapter, the experiences of agoraphobes are set within the social and political framework of school, workforce, health care system and the Norwegian social democratic welfare system. In the MASQUES (masks) chapter, seven significant figures discussed by the informants are presented: that of the "mask of the perfect Norwegian", of the Viking, of the Norwegian sailor, of Peer Gynt, of the Norwegian soldier, of Edvard Munch, and of the foreigner. In the LUMIÈRES (lights) chapter, an essay of ethnographic poetry is presented by integrating the researcher's poems on the state of light in Norway which intersect with excerpts from interviews with informants. Finally, the ARMES (weapons) chapter presents the theme of anger in the experience of agoraphobia, as well as the different resistance or resilience strategies of the people encountered in the face of their difficulties.


Cette thèse est une ethnographie de l’expérience de l’agoraphobie en Norvège et vise à documenter ses dimensions matérielles, émotionnelles, sensorielles, culturelles, de même que sa dimension poétique. La Norvège étant le pays européen qui enregistre la plus grande prévalence du diagnostic d’agoraphobie, cette recherche se base sur un terrain ethnographique d’une durée de huit mois dans ce pays. Cette thèse est également un projet de recherche-création où s’entrecroise deux démarches d’écriture : la poésie et l’ethnographie. Les deux questions de recherche de cette thèse sont : 1) la compréhension de l’expérience de l’agoraphobie et 2) le recours à une forme d’écriture réflexive et poétique dans le contexte d’un terrain ethnographique. Le cadre théorique de ce projet prend racine dans l’anthropologie médicale narrative influencée par la phénoménologie, la psychanalyse et la critique foucaldienne. Cinq chapitres analytiques constituent une ethnographie, qualifiée de poétique. Dans le chapitre CABANES est analysée la question de la maison et du chez-soi qui ont une connotation spécifique en Norvège, alors que plusieurs auteurs affirment qu’il s’agit d’une société particulièrement « home-centered », où ce pivot central de la maison (hjeme) s’oppose à l’extérieur (ute) et au social. Dans le chapitre FRONTIÈRES, les expériences des agoraphobes sont situées dans le cadre social et politique de l’école, du travail, du système de santé et du système norvégien social-démocrate de soutien social. Dans le chapitre MASQUES, sept figures significatives discutées par les informateurs rencontrés sont présentées : soit celle du « masque du parfait norvégien », du Viking, du marin norvégien, de Peer Gynt, du soldat norvégien, de Edvard Munch, et de l’étranger. Dans le chapitre LUMIÈRES, un essai de poésie ethnographique est présenté en intégrant les poèmes de la chercheure sur l’état de la lumière en Norvège qui s’entrecroisent avec des extraits d’entrevues avec les informateurs. Finalement, le chapitre ARMES présente le thème de la colère dans l’expérience de l’agoraphobie, de même que les différentes stratégies de résistance ou de résilience des personnes rencontrées face à leurs difficultés.

Back to top Back to top

© Concordia University