Un diplômé de Concordia remporte le prix régional pour le Québec au concours canadien 1res Œuvres! de BMO

Avery Mikolic-O’Rourke se voit remettre 7 500 $ pour son installation vidéo exposée actuellement au Musée d’art de l’Université de Toronto
16 novembre 2022
|
Center-Point Cycle est composé d’environ 700 séquences vidéo filmées sur une période de huit heures à partir d’un même point d’observation sur le pont Jacques-Cartier.

Fraîchement diplômé du programme d’études en intermédias du Département des arts plastiques de l’Université Concordia, Avery Mikolic-O’Rourke (B. Bx-arts 2022) s’est vu décerner le prix régional pour le Québec au concours 1res œuvres! de BMO de cette année.

Depuis près de vingt ans, le concours annuel 1res Œuvres! de BMO célèbre la créativité des étudiantes et étudiants en arts de plus d’une centaine d’établissements postsecondaires à travers le Canada. Le prix national 2022 – lequel s’élève à 15 000 $ – a été remis à Shizuka Yoshimura de l’École d’arts visuels du Yukon, à Dawson City.

Précédemment, les diplômées de Concordia Maggy Hamel-Metsos (B. Bx-arts 2021) et Clara Cousineau (B. Bx-arts 2021) avaient respectivement remporté le prix régional de 2021 et le prix national de 2018.

Pour Avery Mikolic-O’Rourke, être nommé lauréat pour le Québec constitue un tremplin d’exception pour un artiste émergent. « J’ai encore de la difficulté à le croire », laisse-t-il tomber.

« Je connais des gens dont les œuvres ont été mises en nomination, et ils accomplissent tous un travail exceptionnel. Vraiment, je me sens très privilégié! », affirme-t-il.

Selon Dawn Cain, conservatrice de la collection d’œuvres d’art de BMO Groupe financier, c’est le recours innovant à la vidéo et à l’imagerie numérique de M. Mikolic-O’Rourke qui a retenu l’attention des membres du jury, qui avaient pour tâche peu enviable de sélectionner douze œuvres parmi des centaines de propositions méritantes.

Le jury du concours de cette année était composé d’Emily Falencki, artiste et éducatrice néo-écossaise, de Sequoia Miller, conservateur en chef au Gardiner Museum of Ceramic Art, de Michelle Jacques, chef des expositions et des collections et conservatrice en chef au musée Remai Modern de Saskatoon, et d’Anne-Marie St-Jean Aubre, conservatrice de l’art contemporain au Musée d’art de Joliette.

« Je connais des gens dont les œuvres ont été mises en nomination, et ils accomplissent tous un travail exceptionnel. Vraiment, je me sens très privilégié! », affirme Avery Mikolic-O’Rourke. « Je connais des gens dont les œuvres ont été mises en nomination, et ils accomplissent tous un travail exceptionnel. Vraiment, je me sens très privilégié! », affirme Avery Mikolic-O’Rourke.

« J’ai hâte de voir quelles avenues cela m’ouvrira »

Intitulée Center-Point Cycle (45.4704492, -73.6044496), l’installation vidéo numérique d’Avery Mikolic-O’Rourke est un paysage construit en mosaïque qui explore le potentiel immersif de l’art sur écran. Composé d’environ 700 séquences vidéo filmées sur une période de huit heures à partir d’un même point d’observation sur le pont Jacques-Cartier, à Montréal, le collage se déploie graduellement à la vue durant treize minutes.

Il en résulte une imagerie contemplative d’autoroutes entrelacées, où les véhicules apparaissent et disparaissent au fil d’un paysage urbain industriel vieillissant, sous un ciel changeant.

L’artiste, qui a étudié la peinture et le dessin à l’Université Brock, en Ontario, avant de bifurquer vers le programme d’études en intermédias de Concordia, considère son œuvre – Center-Point Cycle – comme un documentaire expérimental, étant donné qu’elle constitue un instantané de la ville telle qu’elle apparaît en 2022. « Qui sait combien de temps encore ces immeubles existeront dans l’avenir? » souligne-t-il.

« Je considère la production de telles vidéos comme une sorte de démarche archivistique, dans la mesure où je crée un enregistrement des espaces que j’habite. »

avery-mikolic-o-rourke-03-1414w-768

Dans la vidéo, la caméra décrit un lent virage à 360 degrés à partir d’un point de vue fixe pour s’arrêter en fin de course sur un panorama où se dressent au loin les tours vitrées du centre-ville. Toutefois, à l’intérieur des images s’immiscent des coupures, des décalages et de multiples couches de séquences filmées. Comme le décrit M. Mikolic-O’Rourke, « il se crée une tension entre l’immobilité et le mouvement ».

Grâce à la vidéo, l’artiste dit être capable d’aller plus loin que ce qu’il se sentait en mesure de faire avec la peinture et le dessin. « Il s’agit de médiums très statiques, tandis que les sujets et les concepts que je souhaite mettre en image reposent surtout sur les notions de temps et de mouvement », explique-t-il.

« D’un point de vue technique, Center-Point Cycle existe sous la forme d’un seul et immense fichier dans mon ordinateur. Le collage est constitué d’une seule grande image, puis je prends simplement cette image et je la déroule dans notre champ de vision. En réalité, aucune des séquences vidéo n’est en mouvement, mais un mouvement existe à l’intérieur même des séquences. »

Avery Mikolic-O’Rourke et les autres lauréats se sont récemment rendus à Toronto pour procéder à l’installation et au dévoilement de leurs œuvres. Celles-ci sont exposées au Musée d’art de l’Université de Toronto du 26 octobre au 19 novembre 2022.

« J’ai hâte de voir quelles avenues cette reconnaissance m’ouvrira », s’enthousiasme M. Mikolic-O’Rourke. « Nul doute, il s’agit là d’une grande réalisation que je pourrai inscrire à mon curriculum vitæ. »


Apprenez-en plus sur le
Département des arts plastiques de Concordia.

Pour voir les créations primées du concours 1res œuvres! de BMO consultez le site Web de BMO Groupe financier.

 



Retour en haut de page

© Université Concordia