Une professeure de Concordia met à profit le potentiel d’apprentissage des laboratoires ouverts

L’UNESCO souligne le soutien d’Ann-Louise Davidson à la réalisation des objectifs de développement durable
26 juillet 2022
|
Ann-Louise Davidson: « L’innovation pédagogique est ma thématique »

Travailler comme clown ne semble pas être le tremplin habituel pour faire carrière dans le milieu universitaire.

Pourtant, Ann-Louise Davidson affirme que ses débuts en tant que présentatrice de spectacles pour enfants ont influencé son travail ultérieur de professeure au Département des sciences de l’éducation de Concordia.

« J’étais toujours attristée de voir que les enfants les plus privilégiés recevaient la visite de clowns pour leur anniversaire, contrairement aux enfants défavorisés dont les parents ne pouvaient pas se le permettre », se souvient-elle.

« Je présentais donc mon spectacle de clown dans les lieux publics pour que plus de gens en profitent. C’est le raisonnement fondamental de ma démarche. »

Mme Davidson assume de nombreux rôles à l’Université, notamment celui de titulaire de la chaire de recherche de l’Université Concordia en culture maker (niveau 2), de directrice adjointe de l’Institut Milieux de recherche en arts, culture et technologie, et de directrice du Laboratoire d’innovation.

« L’innovation pédagogique est ma thématique », affirme-t-elle.

« L’éducation peut renforcer l’autonomie »

L’un des projets en cours de Mme Davidson est le livre d’histoires pour enfants Amber the Maker, corédigé par Elizabeth Lakoff (M.A. 2019) et illustré par Alina Gutierrez (B. Bx-arts 2009, M.A. 2016).

Le livre raconte l’histoire d’Amber, une fillette de huit ans qui est née avec un bras plus court. Elle se fait intimider par son équipe de natation parce qu’elle nage trop lentement. Avec l’aide d’un dragon imaginaire, Amber s’inspire de la culture maker pour apprendre à créer sa propre prothèse imprimée en 3D, qui lui permettra de nager plus vite.

Mme Davidson explique : « L’intimidation est au cœur de l’histoire, et nous l’avons écrite en tenant compte du potentiel des laboratoires ouverts. Au fil de l’histoire, nous découvrons le pouvoir de l’éducation pour renforcer l’autonomie, réduire les inégalités et améliorer la représentation des femmes. »

La Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO) a apporté son soutien à Amber the Maker, en partie parce que l’histoire rejoint plusieurs des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies : ODD 4 – Éducation de qualité et inclusive pour tous, ODD 5 – Égalité entre les sexes, et ODD 10 – Inégalités réduites.

David Schimpky, directeur du secrétariat de la CCUNESCO, a écrit à Ann-Louise Davidson en 2021 pour lui dire que le livre a également un lien avec l’initiative actuelle « Les futurs de l’éducation » de l’UNESCO. Selon lui : « Les laboratoires ouverts peuvent stimuler la créativité, l’esprit critique, la réflexion stratégique, et les compétences en communication et en collaboration. »

Le soutien du CCUNESCO inclut la promotion du livre auprès de ses réseaux, membres et partenaires.

À l’heure actuelle, le livre Amber the Maker est offert en ligne en anglais, mais Mme Davidson se prépare à une distribution plus large et plus ambitieuse. « Nous voulons offrir le livre gratuitement à autant d’enfants que possible et dans autant de langues que possible », précise-t-elle.

« Le livre a été traduit en 10 langues et sera distribué dans les 12 000 écoles de l’UNESCO partout dans le monde. » Elle prévoit également une version PDF et un livre numérique interactif.

couverture du livre, montrant l'illustration d'un dragon vert dans le coin supérieur gauche, le titre "Amber the Maker" avec un tournevis au centre, et une jeune fille aux cheveux bouclés orange et aux taches de rousseur souriante et tenant une clé à molette

Création de communautés d’expertise

Les réalisations de Mme Davidson contribuent largement à la réussite de Concordia, qui a été le seul établissement québécois à être nommée parmi les 200 meilleures universités du monde qui prônent l’éducation à la culture maker.

« Education Makers est un groupe que j’ai créé dans le cadre de ma chaire de recherche sur la culture maker. Son objectif est de créer des communautés d’expertise grâce à des laboratoires ouverts afin de proposer de nouvelles méthodes d’éducation », explique-t-elle.

« Nous pouvons favoriser l’autonomie des enfants en leur apprenant à réparer, à façonner et à inventer des choses. »

En plus de mettre en place un laboratoire ouvert à l’Institut Milieux, Mme Davidson a participé à l’ouverture d’un laboratoire ouvert au parc Kent dans le quartier Côte-des-Neiges à Montréal. « J’ai fait construire ce laboratoire ouvert pour répondre aux besoins des jeunes de ce quartier défavorisé et leur donner la possibilité de rêver d’une vie meilleure », indique-t-elle.

« C’est vraiment incroyable de voir tout ce que vous pouvez fabriquer là-bas, comme un jeu d’arcade à partir d’une table Ikea. Les gens peuvent participer à toutes sortes d’activités. Cela leur donne l’occasion d’acquérir des compétences concrètes, mais aussi de persévérer, de parler à de nouvelles personnes, d’élargir leur réseau et d’explorer des possibilités. Tout y est », se réjouit Mme Davidson.

« Nous pouvons donner plus de possibilités aux filles ou aborder d’autres aspects liés aux ODD comme la sécurité alimentaire et la réduction de la pollution. »

Dans le même ordre d’idées, Mme Davidson explique qu’au Laboratoire d’innovation, les étudiants collaborent pour relever des défis avec des partenaires communautaires et industriels ainsi que des mentors, et proposent des solutions créatives à divers problèmes qui sont souvent liés aux ODD.

« Essentiellement, nous cultivons le progressisme, résume-t-elle. Nous préparons les étudiantes et étudiants à agir pour réaliser les ODD et à s’attaquer aux grands problèmes de notre société. »

Apprenez-en plus sur le groupe Education Makers et le Département des sciences de l’éducation de Concordia.

Apprenez-en plus sur les objectifs de développement durable de Concordia.



Retour en haut de page

© Université Concordia