Alexa Ruel, chercheuse engagée à Concordia, souhaite savoir pourquoi nos stratégies de prise de décision évoluent au cours de notre vie

La candidate au doctorat en psychologie expérimentale étudie les stratégies auxquelles nous avons recours lorsque nous faisons un choix parmi différentes options
5 novembre 2021
|
Alexa Ruel : « J’étudie le processus par lequel les gens se forgent une opinion avant de faire un choix : la prise de décision. »

La chercheuse engagée de Concordia Alexa Ruel (M.A. 2018) souhaite mieux comprendre les processus cognitifs et neuronaux qui sous-tendent les différentes stratégies de prise de décision que nous adoptons de l’enfance à la maturité.

À terme, la recherche doctorale de Mme Ruel sur les mécanismes neuronaux à l’origine des différentes stratégies de prise de décision visera à aider les personnes âgées à se repérer dans un environnement technologique qui exige une prise de décision en fonction d’un but précis, qu’il s’agisse d’acheter des billets de bus ou de métro disponibles dans de nouveaux formats ou encore de l’accès à notre culture numérique à partir de diverses applications.

Les travaux de recherche d’Alexa Ruel sont financés par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. Mme Ruel est également la fondatrice et coordonnatrice du Concordia’s Journal of Accessible Psychology et du Concordia’s Journal of Psychology and Neuroscience.

« J’espère faire en sorte que les personnes âgées et les enfants ne se limitent pas à une prise de décision routinière. »

Pouvez-vous nous parler de la portée de vos recherches?

Alexa Ruel : En tant que chercheuse dans le domaine de la prise de décision, je m’intéresse aux stratégies utilisées par des personnes d’âges différents dans des contextes où elles doivent d’abord s’informer sur leurs options avant de faire un choix.

De nombreuses recherches sur ce domaine montrent que les enfants et les personnes âgées ont recours à des stratégies de prise de décision routinières plus simples, tandis que les jeunes adultes ont aussi la capacité de prendre des décisions en fonction d’un but. Mon objectif est de déterminer dans quelle mesure nous pouvons soutenir la prise de décision en fonction d’un but chez les enfants et les personnes âgées. Je souhaite également mieux comprendre si les personnes de ces groupes d’âge peuvent s’engager et s’engagent dans des stratégies de prise de décision que nous n’avons tout simplement pas encore envisagées.

Si vous décidez de prendre le même chemin pour vous rendre au travail tous les jours, vous privilégiez une stratégie de décision routinière. Nous prenons ces décisions, car nous avons déjà trouvé la meilleure option et il est sans doute facile de s’y tenir. Mais lorsque nous avons un nouveau but en tête, comme le choix du meilleur itinéraire pour se rendre à un nouveau restaurant, nous devons envisager toutes les options possibles et prendre une décision en ce sens. Ce processus nécessite une stratégie plus exigeante sur le plan cognitif, soit la prise de décision en fonction d’un but.

Même si nous préférons éviter les efforts cognitifs lorsque nous le pouvons, nous n’avons parfois pas d’autre choix que de prendre des décisions en fonction d’un but. Le problème, c’est que les recherches montrent qu’en raison de leurs capacités cognitives limitées, les enfants et les personnes âgées ont souvent du mal à prendre des décisions en fonction d’un but et se fient plutôt à leurs habitudes.

En étudiant les mécanismes neuronaux qui soutiennent les différentes stratégies de prise de décision tout au long de la vie, je cherche à comprendre ce qui entraîne les difficultés que nous observons chez les enfants et les personnes âgées. Grâce à ces connaissances, je cherche à faire en sorte que les enfants reçoivent un enseignement adapté à leurs capacités et à leurs stratégies d’apprentissage optimales et que les personnes âgées puissent s’engager dans un apprentissage tout au long de la vie afin de rester des acteurs actifs de notre société.

Concrètement, vous étudiez la psychologie de la prise de décision. Quels sont les exemples de décisions dans la vie d’une personne que vous pourriez étudier?

A. R. : J’étudie le processus par lequel les gens se forgent une opinion avant de faire un choix : la prise de décision. Plus précisément, j’étudie les différentes stratégies de prise de décision utilisées par des personnes d’âges différents et la façon dont elles évoluent au cours de la vie. Ces stratégies sont les mêmes que celles que nous utilisons tout le temps pour prendre toutes sortes de décisions au quotidien.

Suivre chaque jour le même itinéraire pour se rendre au travail est un exemple de prise de décision routinière, tandis que naviguer dans les différents menus d’un distributeur de billets pour acheter un aller simple est un exemple de décision prise en fonction d’un but précis.

Quelles sont les applications potentielles à l’intérieur et à l’extérieur d’un cadre universitaire?

A. R. : Nous constatons que les personnes âgées ont du mal à prendre des décisions plus complexes au cœur d’une grande partie de notre environnement technologique actuel, qui se présente par exemple sous la forme de menus déroulants dans les distributeurs de billets et de listes d’options dans les différentes applications d’un ordinateur.

L’une des applications de mes recherches en dehors du milieu universitaire consiste donc à déterminer comment élaborer des systèmes qui répondent aux besoins des personnes âgées afin qu’elles restent intégrées dans notre société où les technologies sont omniprésentes.


Apprenez-en davantage sur le
Département de psychologie de Concordia.

 



Retour en haut de page

© Université Concordia