Skip to main content

Une diplômée de Concordia est nommée directrice générale du Flaherty Film Seminar

Samara Chadwick : « Nous démantelons bon nombre des structures de pouvoir des festivals de cinéma traditionnels. »
16 juillet 2021
|
Samara Chadwick : « Je me trouve incroyablement chanceuse d’avoir trouvé un poste qui me permet d’exploiter les compétences éclectiques que j’ai accumulées au fil des ans. » | Photo : Flaherty

Basé à Brooklyn, le Flaherty Film Seminar est le plus ancien événement cinématographique d’Amérique du Nord. Samara Chadwick (B.A. 2006) en est la directrice générale depuis le mois dernier.

Après ses études à l’Université Concordia, Mme Chadwick a occupé différentes fonctions dans le milieu du cinéma : assistante de production, monteuse, preneuse de son, programmatrice de films, organisatrice politique et de conférences, chercheuse... Le fil conducteur entre toutes ces expériences est sa passion et son goût pour le cinéma.

« Je me trouve incroyablement chanceuse d’avoir trouvé un poste qui me permet d’exploiter les compétences éclectiques que j’ai accumulées au fil des ans », se réjouit Mme Chadwick, ancienne commissaire du Goethe-Institut Montréal et programmatrice principale du Points North Institute et du Camden International Film Festival, tous deux situés à Camden, dans le Maine. « Je demeure farouchement attachée au cinéma indépendant de non-fiction, au dialogue critique et constructif et aux formes expérimentales internationales. »

« Une époque férocement politique »

C’est pendant son premier trimestre à Concordia que Mme Chadwick a découvert sa passion pour le cinéma.

« Je me souviens de l’automne 2002, quand j’étais étudiante de première année au Collège d’études humanistes. C’était une époque férocement politique à Concordia », se remémore-t-elle.

« Je lisais Platon, Aristote, Cicéron, Machiavel, Diderot, et j’essayais de trouver mes repères dans le contexte de l’époque. Les attentats du 11 septembre, la mondialisation, l’ALENA, la violence en Palestine, au Kosovo, en Haïti… Ça touchait des cordes très sensibles. Je voulais des outils d’expression plus collaboratifs que l’écrit. »

En plus de nouer des amitiés profondes et durables, Mme Chadwick s’est impliquée dans l’association étudiante et a participé à la fondation de ce qui allait devenir Cinema Politica.

« Nous restions debout jusqu’à tard dans la nuit à regarder des films de partout dans le monde, à tourner des vidéos et des films en 16 mm, à faire du montage sur les vieilles tables Steenbeck, à construire des mondes audiovisuels qui nous aidaient à digérer nos expériences et nos préoccupations. »

Diplômée en 2006, Samara Chadwick est titulaire d’un baccalauréat en études humanistes et en communication.

À propos du Flaherty Film Seminar

Le Flaherty Film Seminar a été fondé dans le Vermont en 1954 par Frances Flaherty, une cinéaste de Cambridge, au Massachusetts; elle est l’épouse et la collaboratrice de toujours du cinéaste Robert Flaherty. L’événement se voulait l’occasion, pour les participants, de débattre de films expérimentaux, ethnographiques ou de non-fiction.

Depuis 66 ans, le séminaire réunit cinéastes, critiques, artistes et écrivains pour une semaine de projections et de discussions.

« Ce qui rend l’événement particulier, c’est la façon dont il démantèle bon nombre des structures de pouvoir qui occupent souvent l’espace des festivals de cinéma traditionnels », ajoute Mme Chadwick. Cette année, le Flaherty a organisé son séminaire en ligne et accueille un large éventail de films provenant de différentes régions du monde.

Il convie plus de 400 participants d’une quarantaine de pays à regarder les films simultanément et à participer aux discussions du séminaire.

Mme Chadwick souligne la place importante occupée par la parole des cinéastes et des membres du public. L’espace en ligne facilite la communication dans différentes langues tout au long de la semaine, notamment grâce à la traduction. Le séminaire de cette année, qui se déroule du 9 au 18 juillet, est programmé par Janaína Oliveira. 


Apprenez-en davantage sur le Département de communication et le Collège d’études humanistes de l’Université Concordia.



Back to top Back to top

© Université Concordia