Skip to main content

La Banque Nationale verse un don de 2 millions $ pour accélérer la croissance des jeunes entreprises novatrices soutenues par Concordia et ses partenaires

Nouvelle contribution à la Campagne pour Concordia : Place à la nouvelle génération en appui au programme MentorConnect du Carrefour d’innovation District 3.
18 juin 2021
|
Selon Louis Vachon, LL. D. 2019, président et chef de la direction de la Banque Nationale, « L’innovation en affaires est l’un des principaux moteurs de l’économie. Un mentorat efficace aide les jeunes entreprises à accélérer leur croissance de façon durable. »

Les jeunes entreprises technologiques québécoises soutenues par l’Université Concordia et ses partenaires reçoivent une aide majeure de la Banque Nationale.

L’institution financière appuie les jeunes entreprises novatrices du Québec en versant

2 millions $ à la Campagne pour Concordia : Place à la nouvelle génération en support au programme MentorConnect.

Le programme MentorConnect guide les entreprises émergentes pour qu’elles deviennent des firmes établies qui stimulent notre économie. Ce programme est titulaire de la licence Venture Mentoring Service (VMS) du Massachusetts Institute of Technology (MIT), à Boston, et a été lancé officiellement au Carrefour d’innovation District 3 (District 3) de Concordia en 2020.

Par le biais du programme MentorConnect, les mentors travaillent en groupe de trois pour donner de leur temps et partager leur expertise auprès des fondatrices et fondateurs d’entreprises. Ils créent un espace de collaboration qui permet aux mentorés de s’épanouir.

« Notre université veut remercier la Banque Nationale d’aider les jeunes entrepreneurs en technologie à commercialiser leurs idées et à stimuler l’économie », déclare Graham Carr, recteur de l’Université Concordia. « District 3 est l’un des chefs de file de l’incubation des jeunes entreprises dans le milieu universitaire québécois. Son objectif est de jumeler des entrepreneurs avec des mentors chevronnés et de trouver des occasions de financement. MentorConnect vient agrémenter le processus en associant les fondatrices et fondateurs d’entreprises en croissance avec des mentors expérimentés aux parcours variés issus de différents secteurs. Leurs conseils permettent aux jeunes entreprises d’accélérer leur croissance, ce qui contribue à la création d’emplois et à la prospérité de notre pays. »

Selon Louis Vachon, LL. D. 2019, président et chef de la direction de la Banque Nationale, l’institution financière est heureuse d’aider les jeunes sociétés à devenir des petites et moyennes entreprises (PME) établies. « L’innovation en affaires est l’un des principaux moteurs de l’économie. Un mentorat efficace aide les jeunes entreprises à accélérer leur croissance de façon durable. À la Banque Nationale, nous souhaitons avoir un impact positif sur la prochaine génération d’entrepreneurs. C’est pourquoi nous sommes fiers de soutenir le programme MentorConnect. »

Xavier-Henri Hervé, B. Ing. 87 et LL. D. 2011, cofondateur et directeur général du Carrefour d’innovation District 3, explique : « Lorsque nous avons créé District 3 à Concordia en 2014, nous voulions attirer les pionniers de la technologie, des gens qui ont les connaissances et l’expertise nécessaires pour passer du concept à la réalité. Même si les programmes et le mentorat offerts par District 3 ont joué un rôle déterminant dans le parcours entrepreneurial de plus de 600 jeunes sociétés, nous avons constaté une lacune pour ce qui est d’aider les fondatrices et fondateurs à transformer leur jeune entreprise en PME et au-delà. »

« Les innovateurs de demain ont besoin aujourd’hui des conseils et de l’appui des vétérans du milieu des affaires », ajoute-t-il. « Le don de la Banque Nationale permet d’élargir le programme MentorConnect et de l’offrir aux jeunes entreprises les plus novatrices et prometteuses du Québec. »

Graham Carr et Louis Vachon « Notre université est reconnaissante envers la Banque Nationale d’aider les jeunes entrepreneurs », déclare Graham Carr, photographié avec Louis Vachon (à droite).

Edna Chosack, conseillère principale à District 3, a cherché le meilleur service de mentorat aux quatre coins du globe. Selon elle, le programme VMS du MIT, adopté pour MentorConnect par Concordia et ses partenaires, était le plus efficace pour ce qui est d’aider les jeunes entreprises à croître et à s’établir.

Le programme MentorConnect crée des groupes de mentors unis et engagés qui collaborent dans le but de soutenir les fondatrices et fondateurs de jeunes entreprises.

Beaucoup de jeunes entreprises ont tiré parti du programme jusqu’à maintenant. Pour Erika Braithwaite, B.A. 2007, et Kathryn Morrison, fondatrices de l’entreprise de biotechnologie Precision Analytics, le mentorat a complètement changé la donne.

« Au début, nous étions deux personnes avec une bonne idée », raconte Erika Brathwaite. « Nous suscitions de l’intérêt et nous avions des clients, mais c’est seulement grâce au mentorat que nous avons commencé à évoluer comme véritable entreprise. Cette expérience a été transformatrice. »

Les mentors sont enthousiastes à l’idée d’échanger avec des pairs aux vues similaires et d’aider les jeunes entreprises à accélérer leur croissance : « Le programme MentorConnect est un moyen formidable de redonner à la collectivité et de rester en contact étroit avec l’écosystème des jeunes pousses », explique Chantal Laberge, administratrice de sociétés et mentor à District 3.

Paul Chesser, B.A. 94 et dipl. 2e cycle 97, vice-recteur à l’avancement universitaire, est heureux que ce don à la Campagne pour Concordia serve à stimuler l’innovation. « Nous remercions la Banque Nationale de reconnaître ainsi le rôle de Concordia dans l’épanouissement des jeunes entreprises qui forgent l’avenir de Montréal, du Québec et du Canada. »

Jumelée au don précédemment annoncé en 2014, l’aide financière totale de la Banque Nationale à la Campagne pour Concordia en appui à l’entrepreneuriat s’élève à 3 millions $.



Back to top Back to top

© Université Concordia