Skip to main content
DERNIÈRES MISES À JOUR EN LIEN AVEC LA COVID-19

EN SAVOIR PLUS

La chercheuse Maryse Fortin s’intéresse à la cause et au traitement des douleurs lombaires

L'ancienne étudiante de Concordia fait un retour aux sources pour continuer ses recherches grâce aux installations du Centre PERFORM
21 février 2020
|

Il est tout à fait probable que vous souffriez de douleurs au bas du dos au moins une fois dans votre vie, puisque ces douleurs sont le lot de plus de 80 pour cent de la population.

Maryse Fortin (B. Sc., 2008), chercheuse à l’Université Concordia, tente de trouver des solutions à ce fléau.

« Que se passe-t-il au niveau musculaire? Comment entraîner ses muscles du dos? Quels types d’exercices sont les plus efficaces? Ce sont les questions auxquelles je tente de répondre », explique Mme Fortin.

Diplômée du programme de thérapie du sport, elle fait un retour à Concordia à titre de professeure au sein du Département de santé, de kinésiologie et de physiologie appliquée de la Faculté des arts et des sciences.

Maryse Fortin : « L’équipement et les installations du Centre PERFORM répondent parfaitement à mes besoins. » Maryse Fortin : « L’équipement et les installations du Centre PERFORM répondent parfaitement à mes besoins. »

« Une perle rare »

« Maryse Fortin est une vraie perle rare pour notre département », affirme Véronique Pépin, professeure agrégée et directrice du Département de santé, de kinésiologie et de physiologie appliquée.

« Elle est thérapeute en sport agréée à l’échelle nationale, elle possède de l’expérience clinique et de gestion entrepreneuriale dans le domaine, et elle compte parmi les jeunes chercheurs les plus prometteurs dans le domaine des interventions musculosquelettiques. »

Mme Fortin a un parcours atypique : elle a travaillé comme clinicienne pendant de nombreuses années avant d’obtenir un doctorat en réadaptation de l’Université de l’Alberta et d’entreprendre une carrière en recherche.

« Son profil correspond parfaitement à ce que notre département cherchait pour intensifier ses activités de recherche, se réjouit Mme Pépin. Nous sommes convaincus qu’elle saura apporter sa touche personnelle à nos programmes de baccalauréat, de Honours et de maîtrise en thérapie du sport, et donner de l’élan à notre nouveau programme de doctorat en sciences de la santé et de l’exercice. Nous sommes absolument ravis de sa présence parmi nous. »

Mme Fortin a également fait un stage de recherche postdoctorale en médecine et en chirurgie orthopédique de la colonne vertébrale au Centre universitaire de santé McGill, ainsi qu’en génie électrique à Concordia.

Un de ses premiers projets de recherche en tant que nouvelle professeure à Concordia portera sur le rôle que joue le muscle multifide dans le développent de douleurs à la colonne vertébrale.

« Ce muscle est relativement petit par rapport à d’autres muscles globaux, mais il est essentiel à la santé et à la stabilité du rachis lombaire », précise-t-elle.

« Chez les personnes qui ont des douleurs chroniques au bas du dos, le muscle multifide peut être atrophié et contenir du tissu adipeux. »

Cette infiltration de gras est le résultat d’un phénomène appelé « remodelage du tissu ».

Guérir les douleurs au dos?

À l’aide de techniques d’imagerie novatrices, Mme Fortin cherche à mieux comprendre le rôle du muscle multifide dans l’apparition et la récidive des douleurs lombaires. Elle veut ainsi cerner l’incidence de ces changements morphologiques sur la fonction musculaire et déterminer si certains types d’exercices peuvent contrer les effets de la dégénérescence musculaire.

Le Centre PERFORM, qui finance une partie des travaux de Mme Fortin grâce à une subvention de recherche interdisciplinaire, a pesé lourd dans la décision de la chercheuse de revenir à Concordia.

« L’équipement et les installations du Centre PERFORM répondent parfaitement à mes besoins. »

Mme Fortin mettra pleinement à profit les outils technologiques de pointe de PERFORM, comme les appareils d’IRM et les échographes, le poste d’évaluation des capacités fonctionnelles et l’aire de conditionnement physique.

« Les travaux de Maryse pourraient profiter à des milliers de personnes. Nous sommes emballés de l’avoir dans notre équipe », affirme André Roy, doyen de la Faculté des arts et des sciences.

« Son choix montre que nous sommes capables d’attirer des chercheuses et chercheurs de haut calibre en santé. Grâce à des gens comme Maryse, notre Faculté est en voie d’atteindre son objectif de devenir un carrefour de recherche interdisciplinaire unique en son genre. »

Participants recherchés

Mme Fortin entreprendra sous peu un essai clinique randomisé en vue d’évaluer l’efficacité de différents types d’exercices chez les personnes souffrant de douleurs lombaires chroniques. Elle contribuera ainsi à la réalisation d’un des vecteurs stratégiques de Concordia, doubler notre effort de recherche.

« Je recruterai un total de 50 participants, femmes et hommes, âgés de 18 à 60 ans, qui souffrent de douleurs chroniques non spécifiques au bas du dos. »

Et qu’est-ce qu’une douleur non spécifique?

« Nous ciblerons les personnes ayant des douleurs d’origine inconnue qui durent depuis plus de trois mois et leur causent une incapacité modérée ou grave », explique Mme Fortin.

Les participants suivront un programme d’exercices de 12 semaines comprenant deux séances supervisées hebdomadaires au Centre PERFORM. La chercheuse et son équipe évalueront ensuite les variations dans la grosseur, la teneur en tissu adipeux et la fonction des muscles du dos par imagerie ultrasonore et IRM. Les symptômes et l’incapacité des participants seront également évalués à l’aide d’une série de questionnaires.

Mme Fortin est impatiente de donner le coup d’envoi à l’étude d’ici quelques semaines.

« Nous espérons vraiment cerner l’effet de ce remodelage du tissu sur la fonction musculaire et déterminer s’il peut être inversé. J’ai bon espoir que cette étude nous permettra de recueillir des données importantes en vue d’améliorer la prise en charge de la lombalgie. »


Apprenez-en plus au sujet du Centre PERFORM de l’Université Concordia.



Back to top Back to top

© Université Concordia