Concordia University

https://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/nouvelles/2019/11/26/des-chercheurs-engages-d-hier-et-d-aujourd-hui-lancent-le-concordias-journal-of-accessible-psychology.html

Des chercheurs engagés d’hier et d’aujourd’hui lancent le Concordia’s Journal of Accessible Psychology

La revue universitaire annuelle présentera les plus récents travaux en psychologie menés au premier cycle
26 novembre 2019
|
Heather Herriot, Milan Valyear et Alexa Ruel.

Vulgariser la recherche scientifique n’est pas toujours facile.

Abusez du jargon technique, et vous aurez tôt fait d’égarer certaines personnes. Édulcorez trop, et vous ne rendrez pas justice à vos travaux.

Milan Valyear, doctorant en psychologie et chercheur engagé de Concordia en 2018, connaît bien ce dilemme – et c’est ce qui l’a poussé à agir.

Avec un groupe de huit autres étudiants et étudiantes des cycles supérieurs du Département de psychologie de l’Université, il a récemment aidé à lancer le Concordia’s Journal of Accessible Psychology (« revue de psychologie accessible de Concordia »).

La doctorante en psychologie Alexa Ruel en sera la rédactrice en chef, et la chercheuse engagée Heather Herriot y jouera également un rôle clé.

« La revue est dirigée par des étudiants des cycles supérieurs, et il s’agit de notre année inaugurale », expose Milan Valyear.

« Nous invitons les étudiants et étudiantes du 1er cycle à soumettre leurs travaux sous forme de billets de blogue. Nous avons des directives sur la façon de communiquer efficacement les résultats des recherches scientifiques, et la revue sera publiée une fois par an, en septembre ».

La mission de la revue est double : enseigner aux étudiants du 1er cycle la communication scientifique en leur donnant l’occasion d’écrire au sujet de leurs travaux en psychologie, et former les étudiants des cycles supérieurs dans ce même domaine en les dotant d’une expérience en révision.

« Nous sommes un groupe d’étudiants et d’étudiantes des cycles supérieurs qui vise à perfectionner les compétences de nos camarades du 1er cycle afin qu’ils puissent présenter leurs travaux de façon accessible », explique Milan Valyear.

Des chercheurs engagés pour une communication efficace

Qu’entend-on par rendre la psychologie accessible?

Les universitaires ont parfois du mal à susciter l’intérêt des gens à l’égard de leurs travaux en en résumant les menus détails.

Comme l’indique l’énoncé de mission de la revue, de nombreux chercheurs ne reçoivent aucune formation adéquate en communication d’information complexe au public. Ainsi, quand ils décrivent leurs travaux, ils ont tendance à niveler vers le bas au lieu de privilégier simplement la concision.

« Les étudiants du 1er cycle ont actuellement très peu d’occasions d’affiner leurs compétences en communication scientifique, remarque Heather Herriot. Nous offrons à la fois la formation voulue et un moyen pour le faire. »

« Outre la revue, nous prévoyons organiser une foule d’ateliers qui leur montreront comment présenter leurs recherches par écrit de façon plus accessible. Nous les doterons également d’autres aptitudes clés en communication scientifique, comme l’emploi efficace des médias sociaux pour stimuler l’intérêt du public. »

Alexa Ruel souligne que la nouvelle revue a reçu un bon accueil. « La réaction des étudiants et étudiantes des cycles supérieurs est très motivante. Nombre d’entre eux se sont joints à notre équipe et souhaitent vivement contribuer à ce projet emballant », se réjouit-elle.

Selon Milan Valyear, qui se spécialise en neurobiologie comportementale, recevoir une bonne formation peut être bénéfique pour la carrière d’un chercheur et l’aider à se faire publier.

« L’un des plus importants paramètres de réussite en sciences, qu’on s’en réjouisse ou non, est le nombre de publications. Plus vous publiez, plus on vous tient en estime et on considère que vous avez du succès. Or, les étudiants du 1er cycle ont très peu d’occasions de se faire publier », poursuit-il.

« Le lancement d’une revue axée sur la publication de travaux de premier cycle leur permet de bénéficier d’une formation en communication scientifique efficace et d’étoffer leur curriculum vitæ. Ils disposent ainsi d’une publication citable avant d’entamer des études supérieures ».

Pour Milan Valyear, le fait d’avoir été chercheur engagé lui a appris beaucoup sur la communication de travaux au public, et l’a motivé à redonner à la communauté de Concordia.

« J’ai vraiment aimé mon année en tant que chercheur engagé. Le blogue du programme sert d’ailleurs de structure pour la revue. »

Heather Herriot est du même avis. « Le programme des chercheuses et chercheurs engagés de Concordia m’a fait vivre une des expériences les plus stimulantes et gratifiantes de mon parcours aux cycles supérieurs », témoigne-t-elle.

« Aspirant à une carrière universitaire, je voulais lancer au Département de psychologie un projet qui permettrait aux étudiants d’acquérir une précieuse expérience en communication scientifique, tout en donnant aux étudiants des cycles supérieurs la possibilité de s’exercer à la révision », conclut-elle.


Apprenez-en davantage sur la nouvelle revue Concordia’s Journal of Accessible Psychology.

 



Back to top

© Université Concordia