Skip to main content

Un doctorant de Concordia reçoit un prix Relève étoile pour son rapport de recherche sur l’« extraction climatique »

Cinq étudiants des cycles supérieurs de l’Université ont obtenu cette récompense du Fonds de recherche du Québec en six mois
2 février 2021
|
Par Alexander Hackett

headshot of smiling man wearing collared shirt Patrick Brodie

L’année 2020 a été exceptionnelle pour les chercheuses et chercheurs de Concordia.

Patrick Brodie (Ph. D. 2020), qui a achevé son doctorat en études cinématographiques et images en mouvement l’automne dernier, a décroché le prix Relève étoile Paul-Gérin-Lajoie du mois de décembre pour son rapport de recherche intitulé « Climate extraction and supply chains of data » (« extraction climatique et chaînes d’approvisionnement de données »). Celui-ci a été publié dans la revue à comité de lecture Media, Culture and Society.

Cette annonce porte à cinq le nombre de chercheurs de Concordia qui se sont vu décerner un prix Relève étoile dans la seconde moitié de 2020 seulement.

Le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) confère chaque mois un prix Relève étoile Paul-Gérin-Lajoie afin de promouvoir et de reconnaître les recherches exceptionnelles menées au Québec par les étudiantes et étudiants des cycles supérieurs ainsi que les boursières et boursiers postdoctoraux.

« Le nombre accru de prix Relève étoile décernés à des projets et à des étudiants de Concordia témoigne de la qualité des publications récompensées ainsi que du talent exceptionnel de ces stagiaires de l’Université qui font progresser la recherche de façon tangible », déclare Michael Verwey (M.A. 2006, Ph. D. 2011), conseiller au développement de la recherche à l’École des études supérieures.

« Outre les personnes et les découvertes que ces prix reconnaissent, il nous faut aussi souligner les choix stratégiques que Concordia a faits pour augmenter l’autonomie des chercheurs et des superviseurs de recherche participant au lancement et à l’orientation des projets, ainsi que pour contribuer aux infrastructures, aux centres de recherche et aux départements impliqués. »

À Concordia, la politicologue Audrey Gagnon, la doctorante en psychologie Kathleen Kennedy-Turner (B.A. 2014, cert. 2e cycle 2019, Ph. D. 2020), la chercheuse en communication Felicity Tsering Chödron Hamer (B. Bx-arts 2012, M.A. 2015) et l’ingénieur en systèmes d’information Soroosh Shahtalebi ont aussi reçu un prix Relève étoile plus tôt en 2020.

Infrastructures de médias et profil « vert »

Patrick Brodie explore les points de jonction de l’infrastructure des médias, de l’environnement et de la géopolitique du capital.

« Mes travaux se penchent sur la façon dont les investissements à l’étranger ont façonné les politiques économiques et culturelles visant les entreprises médiatiques et technologiques, comme les centres de données Internet, dans le contexte particulier de l’Irlande », explique-t-il.

« Dans ma recherche, je m’intéresse aux infrastructures de médias, en particulier celles que construisent de grandes sociétés technologiques comme Amazon et Google, qui utilisent des accords politiques et commerciaux existants pour “naturaliser” leur présence dans divers territoires. Elles le font notamment en Irlande en promouvant leur profil “vert”, malgré leur usage extrêmement non durable de l’énergie. »

Par exemple, poursuit Patrick Brodie, l’État irlandais affirme souvent que le climat naturellement « frais » du pays permet aux entreprises technologiques de réduire leur consommation d’électricité et que celles-ci participent à la création de sources d’énergie renouvelable pour leurs activités.

« Or, les promesses des entreprises technologiques concernant les centres de données – qui apporteraient de nouvelles infrastructures et de la prospérité en connectant des lieux à l’économie numérique mondiale – sont illusoires, car ces entreprises emploient généralement très peu de personnel, drainent les capacités énergétiques et exploitent leurs profits ailleurs. »

Coup d’œil sur l’avenir

Quels projets le chercheur nourrit-il?

Après avoir terminé sa thèse de doctorat à Concordia l’automne dernier, Patrick Brodie a entamé un stage de recherche postdoctorale du FRQSC de deux ans au Département d’histoire de l’art et d’études en communications de l’Université McGill.

« J’amorce un nouveau projet sur les politiques transfrontalières de l’après-Brexit en matière de données et d’énergie pour l’Irlande et l’Irlande du Nord. Je travaille également au remaniement de ma thèse Wild Tides: Media Infrastructure and Built Space in Post-Financial Crisis Ireland en vue d’une publication sous forme de livre – j’en soumettrai bientôt le manuscrit à des maisons d’édition. »


Découvrez l’
École des études supérieures de l’Université Concordia.

 

 



Retour en haut de page

© Université Concordia