La plateforme de jeux, qui en est encore au stade de prototype, est conçue à l’intention des chercheurs universitaires, des urbanistes et des citadins. Lorsqu’ils entrent dans le jeu, les joueurs et joueuses sont accueillis par un robot volant qui les accompagne dans leur mission et les aide à comprendre les terrains et les objectifs du jeu. 


Une sorte de robot volant à l’écran d’ouverture de la plateforme de jeux Future City Playgrounds. Écran d’ouverture de la plateforme de jeux. Un robot accueille le joueur en disant : « Peut-être […] pourriez-vous m’aider? Voici mon dernier million de dollars, c’est tout ce que je possède. Cliquez autour de l’immeuble, voyez ce que vous pouvez faire pour réduire mon bilan carbone […] peut-être pourrais-je redevenir un immeuble utile? Bonne chance! »

Les utilisateurs pourront modéliser l’immeuble patrimonial du projet C40 et expérimenter différentes technologies tout en découvrant leurs effets sur la demande énergétique de l’immeuble et, en fin de compte, ses émissions de CO2 au cours de sa durée de vie. Les modifications apportées à la conception comprennent : l’ajout de végétation sur le toit et l’observation de ses effets sur la demande de chauffage et de climatisation, l’ajout et la modification de fenêtres, l’usage de différents matériaux de construction pour les murs et le toit, le choix de différents modules photovoltaïques en fonction de leur coût et de leur efficacité, et la modélisation de thermopompes selon différentes sources (air, eau ou géothermie). 


Un écran du jeu dans lequel on propose au joueur de choisir les matériaux de construction des murs. Visuels du jeu : sélection des matériaux de construction des murs. Un graphique montre les couches déconstruites du mur et leurs matériaux. Le prix des matériaux ainsi que la résistance au transfert de chaleur sont indiqués pour chaque revêtement, et son épaisseur peut être sélectionnée par le joueur.

Avec un budget d’un million de dollars, les joueurs et joueuses ont la liberté de se déplacer sur le site pour voir l’incidence des fenêtres les plus chères et les plus résistantes au transfert de chaleur, ou des différents types de panneaux solaires disposés de manière à optimiser leur orientation par rapport au soleil. Selon le budget accordé, ils apprendront comment les matériaux, la végétation et les fenêtres influent sur la consommation énergétique. Ils découvriront comment l’énergie solaire locale peut compenser l’énergie du réseau, les notions de base des thermopompes, et ils appréhenderont les sources d’émission de carbone à vie. Tout en démontrant comment la ludification peut créer une expérience d’apprentissage attrayante, la plateforme vise à démontrer comment il est possible de tirer parti de la science en temps réel.


Un écran du jeu montrant un toit solaire et une barre de mesure horizontale de la demande annuelle énergétique… Visuels du jeu : demande énergétique annuelle. Une vue du toit d’un immeuble recouvert de panneaux solaires et un bloc d’alimentation indiquant la demande annuelle énergétique pour le chauffage et la climatisation.

Participez!

Si vous souhaitez contribuer au développement de la plateforme, voici quelques questions que vous pouvez vous poser :

  • Comment aimeriez-vous visualiser ou interagir avec vos travaux de recherche?
  • Comment les urbanistes peuvent-ils utiliser vos recherches pour prendre des décisions plus judicieuses?
  • Que pourraient apprendre les citoyens et citoyennes de vos recherches pour améliorer leurs comportements?

Nous recrutons également d’autres programmeurs et programmeuses C#/Unity à partir de septembre, dans le cadre de stages rémunérés, pour travailler à ce projet.

N’hésitez pas à communiquer avec Chris (christopher.gibbs@concordia.ca) si vous avez des suggestions, des commentaires ou si vous souhaitez participer au projet.

Retour en haut de page

© Université Concordia