Skip to main content

Chaire de recherche sur l'étude du jeu

Research chair on gambling

Jean-Michel Costes, Ph.D.

Directeur scientifique, Observatoire des Jeux (France)

coste_jm

Biographie

Sociologue et démographe, chef de bureau des statistiques hospitalières au ministère de la Santé en 1986, chargé de mission à la Délégation générale à la lutte contre la drogue et la toxicomanie en 1993 et directeur de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies de 1995 à 2011. Il est actuellement directeur des études à l’Observatoire des jeux qui a pour mission d’étudier les jeux d'argent et de hasard et leurs impacts sociaux.

Dans ses fonctions, il a conçu ou conduit de nombreuses enquêtes quantitatives ou qualitatives en population générale ou spécifique, notamment les premières enquêtes nationales sur les jeux d’argent et de hasard. Il a également contribué à l’élaboration de cadres conceptuels pour l’évaluation de politiques publiques relatives aux addictions et participé à de nombreuses expertises collectives dans ce domaine.

Résumé
Le jeu d’argent et de hasard en ligne concerne actuellement 4% de la population française. L’utilisation du média internet représente un sur-risque pour ces pratiques ludiques. Le jeu problématique en ligne représente un enjeu de santé publique important.

Le jeu en ligne quand il se pratique sur l’offre régulée par l’Autorité française de régulation du jeu en ligne (ARJEL) offre l’avantage d’être sous observation continue. Les données d’activité sont collectées et stockées par l’ARJEL au niveau individuel. Il semble donc opportun d’étudier la capacité de ces données à prédire le comportement problématique de certains des joueurs.

L’élaboration d’un modèle prédictif de jeu problématique basé sur l’analyse des données d’activité collectées en routine ouvrirait la possibilité d’une réponse pertinente sur deux plans :

(1)      Une action individualisée, orientation vers une prise en charge spécialisée, pour les
          joueurs détectés comme pathologiques,

(2)      Des dispositifs de prévention ou réduction des risques pour les joueurs détectés comme
          problématiques.

L’ODJ et l’ARJEL viennent de lancer une étude qui vise à élaborer un tel modèle. Elle procèdera à une analyse statistique des « marqueurs comportementaux » pouvant être fournis par les données de régulation afin de déterminer leur pouvoir prédictif du diagnostic posé par l’outil de détection de référence choisi pour ce modèle, l’ICJE, et d’analyser et optimiser la spécificité et la sensibilité du modèle théorique. Pour cela, l’ICJE sera passé auprès d’un échantillon d’au moins 10 000 joueurs en ligne pour lesquels on dispose des données d’activité.

Les enjeux méthodologiques, opérationnels et politiques pour la réalisation de cette étude, les défis et limites auxquels elle est confrontée seront discutés

Back to top Back to top

© Université Concordia