Skip to main content

Un projet d’histoire orale dirigé par Concordia redonne vie à l’univers de Jean-Paul Riopelle, légende de l’art canadien

Raconte-moi Riopelle révèle des histoires inédites sur l’artiste à travers des récits personnels, la cartographie et la recherche-création
23 novembre 2023
|
Image de plusieurs écrans montrant des hommes et des femmes d'âges différents, tous interrogés par une personne hors champ.
« Ces conversations nous permettent de découvrir Riopelle sous tous les angles. Chaque personne a sa propre version de ses interactions avec lui », explique Lea Kabiljo.

Cette année marque le centenaire de la naissance de Jean-Paul Riopelle, figure emblématique de l’art canadien du 20e siècle. Bien qu’une grande partie de sa vie ait été consignée dans la documentation, un nouveau projet de recherche dirigé par l’Université Concordia – lancé aujourd’hui à ESPACE 4 – redonne vie à son passé à travers plus de 20 histoires personnelles racontées par des personnes qui l’ont connu.

En tant que membre fondateur du groupe artistique d’avant-garde montréalais des Automatistes, Jean-Paul Riopelle a joué un rôle essentiel dans le façonnement de l’art moderne canadien.

Raconte-moi Riopelle est dirigé par le Centre d’histoire orale et de récits numérisés et la Fondation Jean-Paul Riopelle. Le projet est une mine d’or pour les étudiants, les chercheurs, les établissements et les artistes désireux de plonger dans l’univers de l’artiste et de ressentir l’essence de sa vie et de son art.

Combinant histoire orale, cartographie et recherche-création, Raconte-moi Riopelle conjugue le travail de trois universitaires qui utilisent leur expertise pour explorer le monde de Jean-Paul Riopelle. 

Lea Kabiljo (Ph. D. en éducation artistique), diplômée et ancienne chercheuse engagée de Concordia, a interviewé 23 personnes au Québec et en France qui lui ont fait part de leurs souvenirs, de leurs anecdotes et de leurs rencontres. Leurs récits donnent un aperçu unique de l’homme à l’origine de contributions révolutionnaires à l’expressionnisme abstrait et à l’automatisme.

« Ces conversations nous permettent de découvrir Riopelle sous tous les angles. Chaque personne a sa propre version de ses interactions avec lui », explique Lea Kabiljo.

« La beauté de l’histoire orale réside dans la subjectivité des histoires et des souvenirs de chaque personne. Ces personnes deviennent alors une partie de l’histoire élargie. »

Pour Manon Gauthier, directrice générale de la Fondation Riopelle et commissaire générale des célébrations du centenaire de Riopelle, Raconte-Moi Riopelle est un véritable trésor aux générations futures.

«  La Fondation Riopelle est très heureuse de s’être associée à l’Université Concordia afin de permettre à cet important projet de prendre son envol et ainsi, d’enrichir le savoir autour de la vie et de la carrière de Jean Paul Riopelle dans le but d’inspirer les artistes d’aujourd’hui et de demain. »

Homme souriant aux cheveux bruns mi-longs, vêtu d'un blazer et d'un pantalon et traînant une sorte de sculpture sur le trottoir. Riopelle avec Le chien, son chien en bronze Isabelle, devant le Centre culturel canadien à Paris en 1972. | © Succession Jean Paul Riopelle / Droits d'auteur arts visuels - CARCC (2023). Photo provenant des archives du Catalogue raisonné de Jean Paul Riopelle, dirigé par Yseult Riopelle

Sébastien Caquard, professeur au Département de géographie, urbanisme et environnement, a créé l’Atlas Raconte-moi Riopelle en utilisant les données de Lea Kabiljo et un logiciel appelé Atlascine. Unique en son genre, cette plateforme ouverte de cartographie en ligne a été développée à Concordia spécialement pour combiner la narration et la visualisation géographique.

L’atlas permet une exploration approfondie des récits individuels et offre une transition transparente entre les récits interconnectés par des thèmes ou des lieux communs.

Inspirée par les histoires contenues dans l’atlas, l’artiste et étudiante à la maîtrise Sarah Bengle a réalisé pour sa part Vivre (et écouter) autrement, installation multimédia qui sert d’espace de contemplation pour traiter le deuil.

L’installation est également une exploration personnalisée des récits du projet Raconte-moi Riopelle.

Elle entremêle des histoires du cercle social de Riopelle et le paysage entre Montréal et l’Île-aux-Grues, un lieu important dans la vie de l’artiste – la région est d’ailleurs liée à la création de son dernier chef-d’œuvre.

« Dans ce projet, mon objectif était d’explorer les empreintes émotionnelles durables qu’une personne laisse et qui résonnent à travers le temps, même longtemps après sa disparition », explique Sarah Bengle.

« C’était aussi une occasion unique de m’immerger profondément dans l’ambiance culturelle entourant mes grands-parents paternels, Otto et Rollande Bengle, dont la vie a été liée à celle de Riopelle au fil des ans ». 

Les visiteurs de l’exposition peuvent découvrir Vivre Autrement au Centre d’histoire orale et de récits numérisés, situé au campus Sir-George-Williams (LB 1042.02).

L’installation sera présentée du 24 novembre au 15 décembre.

Raconte-Moi Riopelle bénéficie du soutien de la Fondation Audain et de la Fondation Jarislowsky.


Approfondissez vos connaissances sur les grands noms du monde de l’art en suivant les cours du
baccalauréat en histoire de l’art de l’Université Concordia.

 



Retour en haut de page

© Université Concordia