Skip to main content

Chris Gibbs, expert aguerri des jeux vidéo, se joint à l’Institut des villes nouvelle génération de Concordia

À titre de nouveau conseiller principal, il est responsable d’une plateforme de simulation urbaine ludique conçue pour lutter contre les changements climatiques et plus encore
5 juillet 2022
|
« Cette plateforme peut jouer un rôle fondamental dans la prise de conscience des intervenants », affirme Chris Gibbs.

L’Institut des villes nouvelle génération de l’Université Concordia mise sur une plateforme de simulation urbaine ludique pour présenter ses travaux de recherche, ses données et ses modèles de façon complète et interopérable. Le projet est piloté par le nouveau conseiller principal Chris Gibbs, un vétéran du secteur des jeux vidéo qui possède un savoir de calibre mondial en matière d’expérience utilisateur stimulante et interactive.

La plateforme de simulation jouera un rôle central en aidant les décideurs et le grand public à interagir avec les données scientifiques issues de l’Institut des villes nouvelle génération et à visualiser d’éventuelles solutions en temps réel.

Du développement de jeux à la ludification de l’action climatique

Chris Gibbs a créé des jeux pour des éditeurs de premier plan comme Electronic Arts, Activision, Atari, Lucasfilm et LEGO. Il est aussi concepteur indépendant et possède sa propre application de jeu mobile.

Expert en ludification, en création de jeu, en conception graphique et en génie logiciel, il est la personne idéale pour diriger la conception frontale de la plateforme de simulation.

Titulaire d’un diplôme en génie logiciel, M. Gibbs a participé à la création d’une petite entreprise de conception de jeux vidéo, Attention to Detail, qui a rapidement connu beaucoup de succès. Un des premiers grands contrats de l’entreprise était avec LucasArts, qui appartient à l’empire Lucasfilm.

Par la suite, M. Gibbs a accepté un poste de producteur délégué et chef de création pour Electronic Arts, où il a consacré 10 autres années à la création de jeux vidéo très en vue. Il a commencé à se concentrer plus particulièrement sur l’expérience utilisateur et à explorer « les façons d’optimiser un logiciel pour offrir aux utilisateurs une expérience aussi unique qu’on le souhaite ».

Cet intérêt pour l’expérience utilisateur l’a amené à recourir à des techniques de conception de jeux vidéo et à des principes de ludification pour créer des logiciels stimulants et réactifs.

En 2012, M. Gibbs a quitté le monde des affaires et a passé plusieurs années à concevoir son propre jeu vidéo mobile, Smart Numbers, qui a connu beaucoup de succès et a été téléchargé des centaines de milliers de fois.

« Pour la première fois, j’ai commencé à voir au-delà du monde des jeux vidéo et à m’attarder à la politique, à l’actualité et tout particulièrement aux risques croissants posés par les changements climatiques, dont tout le monde parlait à ce moment. »

Lors d’une rencontre avec Ursula Eicker, codirectrice fondatrice de l’Institut des villes nouvelle génération et titulaire de la chaire d’excellence en recherche du Canada sur les collectivités et les villes intelligentes, durables et résilientes, il a discuté avec elle des avantages des interfaces des jeux vidéo et de la ludification. Rapidement, ils en sont venus à la conclusion que l’expérience de M. Gibbs cadrait parfaitement avec les objectifs de mobilisation de l’institut.

Accélérer la mobilisation des décideurs

Chris Gibbs est responsable du développement et de la supervision d’une simulation urbaine ludique initialement nommée Future City Playgrounds. Depuis un certain temps déjà, l’Institut des villes nouvelle génération recueille des données et élabore le programme et les modèles dorsaux qui permettront de faire une simulation de pointe des demandes liées à l’approvisionnement énergétique, au chauffage et à la climatisation des bâtiments urbains. Ensemble, ces éléments donneront un aperçu de l’empreinte carbone réelle des bâtiments durant toute leur vie.

La plateforme Future City Playgrounds est l’outil frontal qui permettra de visualiser le tout. « Grâce à ce logiciel, il est possible de jouer à apporter des changements à de véritables immeubles. Vous pouvez changer les matériaux des murs et du toit, remplacer des fenêtres et des panneaux, verdir le toit ou ajouter une thermopompe dans un souci d’efficacité », explique M. Gibbs.

« Ces changements sont ensuite intégrés au système et aux modèles en arrière-plan pour visualiser les effets sur le bilan carbone et la durabilité. »

Au fil du temps, la simulation a évolué jusqu’à devenir une plateforme perfectionnée où les intervenants et les décideurs ont accès, en temps réel, à des données urbaines tirées de nombreux systèmes et applications.

« On parle désormais davantage d’une série d’outils ludiques qui peuvent être personnalisés en fonction de l’utilisation ou des besoins uniques de chaque intervenant – que ce soit Hydro-Québec, un architecte, un propriétaire ou un opérateur de transports en commun – dans le but universel de créer une ville plus verte », ajoute M. Gibbs.

À l’avenir, il espère créer plusieurs prototypes de cette plateforme pour des projets et des simulations variés, afin d’encourager la collaboration entre les chercheurs de Concordia et des intervenants externes, comme des décideurs municipaux, des promoteurs immobiliers et des acteurs de l’industrie. Il est profondément motivé par le potentiel de mobilisation du projet.

« Il est plus important que jamais d’accélérer la mobilisation des décideurs, car le temps commence à manquer pour contrer les changements climatiques, souligne Chris Gibbs. Ces prototypes et cette plateforme peuvent jouer un rôle fondamental dans la prise de conscience des intervenants en leur donnant un aperçu concret des façons de réduire les émissions de carbone et d’avoir une incidence positive sur le monde. »


Apprenez-en davantage au sujet de l’
Institut sur les villes nouvelle génération de Concordia.

 



Retour en haut de page

© Université Concordia