La chercheuse de l’Université Concordia Ursula Eicker cosigne un exposé de politique sur l’approche mondiale du G20 en matière de durabilité

La proposition porte sur le soutien ciblé et à long terme des états membres aux villes qui cherchent à mettre à niveau leur plan d’action sur le climat
13 mai 2022
|
« Nous avons proposé une note de synthèse qui fait état du rôle des villes et de la coopération transnationale dans l’atteinte des objectifs de carboneutralité d’ici 2050 et l’exécution d’une transition juste », explique Ursula Eicker.

Ursula Eicker, professeure à l’Université Concordia et titulaire de la chaire d’excellence en recherche du Canada sur les collectivités et les villes intelligentes, a contribué à l’élaboration d’une politique du G20 sur les villes qui pourrait influer sur la recherche en durabilité à l’échelle planétaire.

C’est une tâche taillée sur mesure pour la Pre Eicker, qui est cofondatrice de l’Institut des villes nouvelle génération de Concordia. Elle dirige une équipe diversifiée composée de membres du corps professoral et de chercheurs qui, ensemble, travaillent à la création de quartiers verts, abordables et inclusifs, ainsi qu’à l’élaboration de solutions durables pour les villes.

Son travail de physicienne est principalement axé sur l’élaboration de stratégies innovantes pour décarboner les villes. Ursula Eicker a en outre mené divers projets de recherche novateurs sur l’efficacité énergétique des bâtiments et les réseaux d’approvisionnement énergétique durable, travaux qu’elle a approfondis dans six ouvrages ainsi que dans plus de 400 publications.

En janvier dernier, sa collègue Hannah Abdullah du Centre des affaires internationales de Barcelone lui a suggéré de soumettre conjointement un exposé de politique à Think20 (T20), un groupe de mobilisation chargé de fournir des recommandations fondées sur la recherche aux leaders du G20. À titre d’entité officielle du forum intergouvernemental, le T20 a pour mandat de coordonner les actions de divers groupes de réflexion et centres de recherche d’importance à travers le monde.

Le résumé de politique soumis par Mmes Eicker et Abdullah s’inscrit dans la catégorie de politiques intitulée Net Zero Emission and Just Transition Toward Climate-neutral Economies under Task Force 3: Governing Climate Target, Energy Transition and Environmental Protection (« carboneutralité et transition juste vers des économies sobres en carbone et adaptées au changement climatique sous l’égide de la TF3 : régir les cibles climatiques, la transition énergétique et la protection de l’environnement »).

« Nous avons proposé une note de synthèse qui fait état du rôle des villes et de la coopération transnationale dans l’atteinte des objectifs de carboneutralité d’ici 2050 et l’exécution d’une transition juste », explique Ursula Eicker.

Le T20 a accepté leur proposition et leur a demandé de rédiger un exposé de politique complet pour le G20. Le texte, dont la publication est prévue en septembre 2022, en est actuellement à l’étape de la révision.

L’objectif : joindre les principaux décideurs de la planète

« La rédaction de l’exposé de politique nous a permis d’avoir des discussions extrêmement intéressantes, avec de grands esprits, sur la manière dont nous pourrions relever les seuils d’intervention et soutenir les villes dans leurs efforts vers la carboneutralité », fait remarquer la Pre Eicker.

« Nous avons hâte de voir comment les responsables des politiques des états membres du G20 répondront à nos propositions, et ce que nous serons en mesure de communiquer au bout du compte aux principaux décideurs de la planète. »

Parmi les autres spécialistes ayant collaboré à la préparation du dossier figurent Karim Elgendy, Roxana Dela Fiamor, Namita Kambli et Adeline Rochet.

Intitulé Empowering cities in the race to a just net-zero transition (« renforcer le pouvoir des villes dans leur mobilisation en vue d’une transition juste vers la carboneutralité »), l’exposé porte sur un soutien plus ciblé et à long terme des états membres du G20 aux villes qui cherchent à mettre à niveau leur plan d’action sur le climat. On y traite en outre des principaux aspects que les collaborateurs jugent essentiels au processus. En voici quelques exemples :

  • Mise en place d’une gouvernance décloisonnée et à multiples paliers des processus en matière de climat
  • Création de ponts entre les programmes numérique et écologique des villes afin de soutenir la transition énergétique en milieu urbain
  •  Mise en œuvre de nouvelles solutions de financement transversales à multiples paliers
  • Utilisation de données sur le climat plus robustes et adaptées au milieu urbain
  • Action plus importante des collectivités locales afin de favoriser une transition juste entre les villes et à l’intérieur de celles-ci

« J’espère que notre exposé de politique rehaussera la visibilité de l’Institut des villes nouvelle génération à l’international et amorcera un débat plus large sur la façon dont la recherche peut éclairer l’élaboration de politiques, particulièrement en ce qui a trait aux enjeux de gouvernance à multiples paliers auxquels les villes font face », affirme la Pre Eicker.

« J’espère aussi que nous pourrons ultérieurement diffuser au Canada les principaux enseignements tirés de ce processus et contribuer à intensifier les actions nécessaires à la transition vers des villes carboneutres. »


Apprenez-en davantage au sujet de l’
Institut sur les villes nouvelle génération de Concordia.

 

 



Retour en haut de page

© Université Concordia