Le Programme d’entrepreneuriat scientifique de V1 Studio s’apprête à recruter sa prochaine cohorte de chercheuses et chercheurs désireux de se lancer en affaires

Le programme aide les titulaires de doctorat à transformer leurs sujets de recherche en entreprise
22 juin 2022
|
Photo : Eric-Tschaeppeler

Avis aux chercheuses et chercheurs titulaires d’un doctorat qui ont une idée emballante pouvant mener à la création d’une entreprise scientifique : un programme postdoctoral unique en son genre offre encore une fois à la prochaine génération d’entrepreneurs et de perturbateurs de l’industrie la possibilité de se lancer en affaires.

Ouvert aux personnes diplômées ayant obtenu un doctorat à Concordia ou dans un autre établissement d’enseignement, le Programme d’entrepreneuriat scientifique a pour but de faire fructifier les idées novatrices issues de la recherche dans les domaines de la science, de la santé, de l’agroalimentaire, de la cybersécurité et des technologies vertes. Unique en son genre au Canada, le programme d’entrepreneuriat scientifique a été créé par V1 Studio, une entreprise sans but lucratif fondée par l’Université Concordia, en partenariat avec District 3.

Au lieu de mettre de côté le fruit de leurs recherches doctorales, les participantes et participants peuvent bénéficier d’outils et de ressources qui leur donnent la possibilité de transformer leurs idées en entreprise; ils reçoivent notamment chaque année une aide financière et des services en nature d’une valeur de 71 000 $.

Un soutien adéquat comme gage de croissance

Après s’être joints à la première cohorte du Programme d’entrepreneuriat scientifique, les diplômés de Concordia Mohammad Mortezazadeh (Ph. D. 2019) et Ali Katal (Ph. D. 2021) ont fondé Planete GreenLeaves, une entreprise de technologies vertes. Leur plateforme en ligne permet de créer des modèles d’environnements intérieurs et extérieurs afin de rendre ces derniers plus écoénergétiques et d’atténuer les effets des changements climatiques.

« Nous avions des idées, mais aucune expérience en gestion d’entreprise. Le programme nous a aidés à découvrir notre marché et à bâtir notre modèle d’affaires », souligne Ali Katal.

La nouvelle technologie a été élaborée à partir des travaux réalisés par les deux jeunes entrepreneurs dans le cadre de leurs études doctorales sous la direction de Liangzhu (Leon) Wang, professeur de génie du bâtiment, civil et environnemental et directeur adjoint du Centre d’études sur les bâtiments à consommation énergétique nulle de Concordia, l’une des 25 unités de recherche reconnues par l’Université.

Jusqu’ici, la plateforme a été utilisée par des chercheurs d’Amérique du Nord, d’Asie et du Moyen-Orient et fait de plus en plus parler d’elle dans le cadre de diverses études et projets sur la résilience climatique, dans les secteurs de la planification urbaine et des énergies renouvelables.

« Nous traversons une décennie où l’action s’impose. Ce type d’outil de modélisation urbaine aide les villes à faire des choix judicieux afin d’atténuer dès maintenant les effets des changements climatiques », fait valoir Ursula Eicker, titulaire de la chaire d’excellence en recherche du Canada sur les collectivités et les villes intelligentes, durables et résilientes et professeure de génie du bâtiment, civil et environnemental à Concordia.

Liangzhu Wang, qui est également titulaire de la chaire de recherche de l’Université Concordia en circulation d’air et en gestion thermique des bâtiments, ajoute qu’en plus de jeter des ponts entre la recherche scientifique et le monde des affaires, le Programme d’entrepreneuriat scientifique « met à contribution l’intelligence de nos étudiants afin de relever des défis réels grandissants, comme les répercussions des changements climatiques et des phénomènes météorologiques extrêmes sur nos villes et nos communautés ».

La date limite de présentation d’une candidature en vue de la cohorte de l’automne 2022 du programme est le 10 juillet.


Apprenez-en davantage sur le
Programme d’entrepreneuriat scientifique.

 

 



Retour en haut de page

© Université Concordia