Profil de diplômé(e)

Chelsea Vergerio

Baccalauréat en commerce 2015
Majeure en management, mineure en information financière
Certificat en andragogie

Rencontre avec la diplômée de Concordia qui aide les entrepreneurs à maîtriser la technologie de point de vente


Chelsea Vergerio a trouvé sa voie en enseignant aux autres

Chelsea Vergerio (B. Comm. 2015, Cert.  2018) a décroché un emploi dans son domaine à la Banque Royale du Canada peu après l’obtention de son diplôme à Concordia. Mais seulement quelques années plus tard, elle a pris une décision de carrière que certains jugeraient risquée – ou courageuse : quitter son poste pour retourner étudier à temps plein.

Diplômée de l’École de gestion John-Molson et de la Faculté des arts et des sciences, Chelsea Vergerio travaille maintenant comme spécialiste de produits à Lightspeed, entreprise de commerce électronique spécialisée dans la technologie de point de vente. L’entreprise l’a approchée sur LinkedIn, alors qu’elle avait récemment achevé son programme de certificat, car son profil correspondait parfaitement au poste offert.


Pourquoi avez-vous choisi le programme d’andragogie?

J’ai réalisé que je ne voulais plus faire ce que je faisais, et j’ai commencé à penser aux cours que j’avais aimés durant mes études. Ceux-ci concernaient principalement les ressources humaines ainsi que l’apprentissage et le développement, alors je me suis lancée dans la recherche d’un emploi dans ces domaines.

J’ai fini par être engagée à un poste administratif dans une grande entreprise qui travaille avec des clients comme Rogers et Bell, et j’ai eu l’occasion d’observer les gens qui dispensent les programmes de formation et en élaborent le contenu. C’est là que j’ai réalisé que c’était ce que je voulais faire.

Ce genre de changement aurait été difficile sans formation complémentaire. Il me semblait logique de mieux comprendre comment les gens apprennent, et ce qui les motive à apprendre.

Est-ce à ce moment-là que vous avez commencé à envisager d’enseigner?

Plus jeune, je voulais déjà enseigner, mais je m’en suis dissuadée. En grandissant, l’enseignement aux enfants ne m’attirait pas vraiment et je n’avais pas pensé à la possibilité d’enseigner aux adultes. Aujourd’hui, je donne chaque jour des cours à des adultes, mais d’une façon très différente.

J’enseigne à distance à des personnes du monde entier – propriétaires d’une petite entreprise, celles-ci suivent la formation avec leurs propres connaissances et insécurités. Qu’elles en aient besoin pour un petit restaurant récemment ouvert ou pour une grande chaîne, je leur montre comment utiliser la plateforme.

Quel conseil donneriez-vous aux étudiantes et étudiants actuels?

Trouvez ce qui vous fait plaisir et transformez ce plaisir en travail. N’écartez aucune possibilité. Le travail en éducation est très souple. Il n’est pas nécessaire de maîtriser le sujet que vous enseignez, seulement de maîtriser l’art d’enseigner. Je travaille dans le domaine de l’éducation au sein d’une société technologique axée sur l’hospitalité, alors on peut dire que l’enseignement peut prendre de nombreuses formes. Un programme de certificat constitue une transition parfaite pour y parvenir.

Quel aspect du programme avez-vous le plus aimé?

Le certificat m’a offert le tremplin idéal pour aller dans un domaine qui m’attirait depuis mon enfance. Il offre un bon équilibre entre contenu concret et approches philosophiques de l’apprentissage. Mes professeurs étaient également remarquables. C’était aussi le cas au baccalauréat : mes professeurs possédaient beaucoup d’expérience pratique et de connaissances propres à l’industrie. C’est l’aspect que j’ai le plus aimé du programme, et c’est la raison pour laquelle j’utilise la même approche dans mon enseignement : le partage de mon expérience dans le milieu.

Retour en haut de page

© Université Concordia