Skip to main content

Des étudiantes et des étudiants de Concordia acquièrent une précieuse expérience au Concours universitaire Ubisoft 2021

À l’occasion de la première version virtuelle de cet événement annuel, 21 équipes ont présenté des prototypes de leur cru.
18 mai 2021
|
« L’accès à des mentores et mentors issus de l’industrie nous a permis d’améliorer grandement le niveau de notre jeu vidéo », explique Sarah Alouani. | Image : Hao Nguyen

Le Concours universitaire Ubisoft 2021 a mis en vedette 21 prototypes de jeu vidéo, dont quatre étaient associés d’une manière ou d’une autre à l’Université Concordia. Déclinée autour du thème « Séparé.es//Ensemble », la 11e version du concours s’est terminée le 29 avril dernier par une cybercérémonie de remise des prix.

« Le thème du concours allait de soi cette année », précise Marie-Ève Danis, productrice de la série de jeux vidéo For Honor (« pour l’honneur ») et présidente du jury du concours. « Les membres du jury et moi avions envie de voir ce que les équipes développeraient dans le cadre de la nouvelle réalité. »

Épaulés par 42 mentores et mentors des studios d’Ubisoft de Montréal, de Québec et de Saguenay, 166 étudiantes et étudiants universitaires des quatre coins de la province ont travaillé pendant dix semaines à la réalisation de prototypes de jeu vidéo. Cette année, les participantes et participants devaient relever deux défis inédits : d’une part, collaborer en distanciel avec les autres membres de leur équipe; d’autre part, présenter virtuellement leur jeu vidéo au jury.

Des étudiantes et étudiants de Concordia ont coopéré avec les équipes créatrices des prototypes Alter Orbis, Biovir, Leafy Looters et Mystic Bond. Soulignons que dix autres établissements universitaires québécois prenaient part au concours.

« Je veux revivre cette expérience quand j’aurai entamé ma carrière. »

Étudiante en cinéma d’animation à Concordia, Sarah Alouani a travaillé sur le prototype Alter Orbis, que sous-tendait la création de deux univers parallèles : l’un, organique; l’autre, mécanique.

Du fait qu’elle poursuit des études cinématographiques, elle a aimé collaborer avec des programmeuses et programmeurs. « L’accès à des mentores et mentors issus de l’industrie nous a permis d’améliorer grandement le niveau de notre jeu vidéo, explique-t-elle. Ils ont de plus formulé des commentaires pertinents et professionnels sur notre travail. » 

Selon Daniel Wiktorczyk, étudiant en génie logiciel à Concordia, les mentores et mentors ont apporté une aide importante à l’équipe du projet Leafy Looters.

« Dans le cadre de ce concours, j’ai pour la première fois fait partie d’une équipe axée uniquement sur le développement d’un jeu vidéo et composée d’étudiantes et d’étudiants venus d’horizons divers – comme l’art, la conception ou la programmation, indique-t-il. J’ai ainsi pu voir notre jeu vidéo évoluer de la simple idée au prototype fonctionnel. Je veux revivre cette expérience quand j’aurai entamé ma carrière. »

Stages et bourses

Initiative associée au programme Ubisoft Éducation, le Concours universitaire Ubisoft aide des étudiantes et étudiants québécois à bien se préparer en vue de leur entrée sur le marché du travail. Depuis un peu plus d’une décennie, Ubisoft a apporté son soutien, par l’intermédiaire de ce concours, à 1 323 étudiantes et étudiants responsables de la réalisation de 166 prototypes de jeu vidéo. De plus, l’entreprise a octroyé des bourses d’études dont la valeur à ce jour s’élève à 132 000 $. Enfin, elle a offert des stages et des emplois à quelque 250 étudiantes et étudiants ayant participé à l’un ou l’autre des concours des années précédentes.

En 2021, les huit prix décernés par Ubisoft prenaient la forme de bourses d’études et totalisaient 22 000 $. Incluant une bourse d’études de 8 000 $, le grand prix – ou Meilleur prototype – a été remis à l’équipe du projet Rusted Minds, formée d’étudiantes et d’étudiants de l’École de technologie supérieure ainsi que du centre de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue à Montréal. En outre, Ubisoft a proposé une dizaine de stages et de postes à des participantes et participants à l’événement.

« À la suite du concours, certains de mes coéquipiers et coéquipières se sont vu offrir un stage chez Ubisoft », signale Eli Samuel, étudiant en informatique à Concordia et membre de l’équipe de conception du prototype Biovir.

« Quand vous jouez à Biovir, votre objectif est de vous échapper d’un endroit où des amis et vous êtes emprisonnés », continue-t-il. Même si chaque joueuse ou joueur est physiquement isolé des autres, le jeu exige la collaboration de tous.

Si les étudiantes et étudiants de Concordia n’ont pas remporté de bourses d’études, le prototype Mystic Bond a tout de même été sélectionné dans plusieurs des huit catégories, soit : Meilleures direction et réalisation artistiques; Meilleurs défi et innovation techniques; Meilleures créativité et intégration du thème; et Prix spécial du jury.

« L’expérience dans son ensemble m’a insufflé une véritable passion pour la conception de jeux vidéo. »

« J’ai adoré coopérer avec les autres conceptrices et concepteurs au développement de notre jeu vidéo – qui était vraiment original », souligne Madison Hunt, étudiante à la majeure en applications informatiques et en arts numériques à Concordia et membre de l’équipe associée au prototype Mystic Bond.

À son avis, le Concours universitaire Ubisoft se double d’une occasion de se familiariser avec le moteur de jeu Unity, les techniques d’animation, l’établissement de niveaux de jeu, la gestion du temps et le multitâche.

« L’expérience dans son ensemble m’a insufflé une véritable passion pour la conception de jeux vidéo de même que pour la réalisation en équipe d’un projet palpitant », conclut-elle.


Apprenez-en davantage sur le
Concours universitaire Ubisoft, un événement annuel.

Renseignez-vous sur l’École de génie et d’informatique Gina-Cody et la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia.



Back to top Back to top

© Université Concordia