Skip to main content

La Fondation canadienne pour l’innovation finance une recherche de Concordia visant à concevoir des villes intelligentes

Chadi Assi dirigera une équipe interdisciplinaire d’experts en génie électrique, en cybersécurité et en intelligence artificielle
3 mars 2021
|
Photo par Adrian Schwarz sur Unsplash

Comment repenser le réseau électrique du Québec en tenant compte de la popularité croissante des véhicules électriques tout en assurant sa sécurité et son évolutivité?

C’est l’un des défis qu’abordera Chadi Assi, professeur à l’École de génie et d’informatique Gina-Cody de l’Université Concordia, dans le cadre d’un projet de recherche récemment financé par la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI).

Le projet du Pr Assi relève d’un financement de plus de 518 millions de dollars affecté aux besoins infrastructuraux des universités et des institutions de recherche du pays, annoncé aujourd’hui par Justin Trudeau, premier ministre du Canada, et François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie.

L’appui de la FCI permettra aux établissements – de même qu’à leurs chercheuses et chercheurs – de faire fond sur leurs capacités existantes afin d’accélérer les filières actuelles de recherche et de développement ou de stimuler l’émergence de secteurs stratégiques prioritaires.

Pour des villes intelligentes résilientes favorisant les interactions énergie-véhicule-humain, le projet que mène le Pr Assi, a reçu un financement de 1,8 million de dollars en tout, et prévoit inaugurer ses laboratoires interdisciplinaires à l’été 2021.

Professeur à l’Institut d’ingénierie des systèmes d’information de l’Université Concordia, Chadi Assi est également titulaire de la chaire de recherche de l’Université Concordia de niveau 1 en technologies avancées de l’Internet. Il est aussi membre du Centre de recherche sur la sécurité de Concordia.

« Nous bâtirons un réseau sûr et résilient qui permettra aux villes intelligentes reliées à l’Internet des objets de prospérer et de croître, explique le chercheur. Je dirigerai une équipe de dix membres du corps professoral en vue de créer des prototypes d’infrastructures évolutives dans trois principaux domaines de recherche. »

Homme souriant, les bras croisés debout devant les chargeurs de voiture électrique « Nous bâtirons un réseau sûr et résilient qui permettra aux villes intelligentes reliées à l’Internet des objets de prospérer et de croître », affirme Chadi Assi.

Pour un avenir plus vert

« Notre mission est de former la prochaine génération de leaders en génie et en informatique qui piloteront l’avancée des technologies émergentes dans un souci de responsabilité sociale », affirme Mourad Debbabi, doyen intérimaire de l’École de génie et d’informatique Gina-Cody.

« Nous rassemblons des ingénieurs aux expertises diverses – villes intelligentes, électricité, protection, contrôle et communication – ainsi que des spécialistes en cybersécurité et en intelligence artificielle, et ce, dans le but de créer des modèles concrets et évolutifs de villes, de réseaux électriques et de systèmes de transport intelligents. Nous sommes ainsi à même de réfléchir à la sécurité de ces systèmes. »

Concordia s’affaire à doter les laboratoires du projet d’un équipement de pointe en vue d’accueillir les prototypes sur le campus Sir-George-Williams.

Par ailleurs, quatre autres projets interétablissements appuyés par l’Université Concordia ont remporté un vif succès.

Rolf Wuthrich, Wenfang Xie, Masoumeh Kazemi Zanjani et Tsz Ho Kwok, professeurs au Département de génie mécanique, industriel et aérospatial de l’École de génie et d’informatique Gina-Cody, se sont associés à des membres du corps professoral d’autres établissements universitaires québécois en vue d’établir une infrastructure aux fins d’un réseau intelligent de chaînes de création de valeur cyberphysiques (« CĒOS Net »). Ce projet est piloté par l’École de technologie supérieure.

Virginia Penhune et Karen Li, professeures au Département de psychologie de la Faculté des arts et des sciences, collaboreront avec des collègues de l’Université de Montréal et de l’Université McGill à un projet intitulé Auditory-Motor Skill Learning and Brain Plasticity (« neuroplasticité et apprentissage d’habiletés motrices et auditives »).

Glenn Cowan, professeur au Département de génie électrique et informatique de l’École de génie et d’informatique Gina-Cody, participe à un projet de recherche piloté par l’Université de Sherbrooke. Il s’agit du développement de microsystèmes innovants et abordables conçus pour l’informatique en périphérie aux fins d’un réseau d’intelligence numérique distribuée.

Christian Moreau et Ali Dolatabadi, professeurs au Département de génie mécanique, industriel et aérospatial de l’École de génie et d’informatique Gina-Cody, se joindront à des collègues de l’Université McGill pour réaliser le projet Advanced Cold Spray Additive Manufacturing Facility (« installation de fabrication additive par projection à froid avancée »).

« Nous sommes ravis que Concordia maintienne son engagement à l’égard des recherches qui appuient les efforts du gouvernement et de l’industrie », conclut Paula Wood-Adams, vice-rectrice à la recherche et aux études supérieures par intérim. « Ce nouveau soutien permettra à l’Université de générer d’autres occasions de financement pour ses chercheuses et chercheurs, ainsi que de créer des espaces d’apprentissage expérientiel de calibre mondial pour ses étudiantes et étudiants. »


Ces projets ont reçu du financement supplémentaire du
ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec et de l’Université Concordia.

Renseignez-vous sur l’Institut d’ingénierie des systèmes d’information et sur l’École de génie et d’informatique Gina-Cody de l’Université Concordia.
 



Retour en haut de page

© Université Concordia