Skip to main content

Cycle de conférences sur le VIH/SIDA


Programmation pour 2017-18:

« Essor, vie et existence : les 30 ans de Sida bénévoles Montréal »


 

« Essor, vie et existence : les 30 ans de Sida bénévoles Montréal »

Avec des représentants de ACCM et des scènes de "On Life and Living"

5 octobre 2017 | 19h

Théâtre D.B. Clarke | Université Concordia 
 

À l’occasion du 30e anniversaire de Sida bénévoles Montréal, cette table ronde explorera le passé, le présent et l’avenir de cet organisme essentiel de services aux personnes atteintes du VIH/sida. Des représentants de chacune des générations impliquées et de différents secteurs de l’organisme examineront dans quelle mesure Sida bénévoles Montréal a réussi à adapter sa réponse aux divers contextes entourant la pandémie. La discussion portera en particulier sur les initiatives et les programmes actuels de l’organisme, ainsi que sur les défis qui l’attendent. Afin de revivre l’histoire de Sida bénévoles Montréal, on présentera une relecture d’extraits choisis, tirés de la pièce On Life and Living, œuvre théâtrale acclamée écrite par Casey Stainsby, Amy Collier et Adjani Poirier, diplômées du Département de théâtre de l’Université Concordia, et participantes au cours interdisciplinaire sur le VIH/sida. Créé à partir d’entrevues réalisées auprès de membres, d’employés et de bénévoles – anciens et actuels – de Sida bénévoles Montréal, On Life and Living relate l’histoire de l’organisme à travers le souvenir de ces acteurs. La pièce suit le parcours de huit personnages semi-fictifs sur une période de vingt-huit ans, alors qu’ils se remémorent leurs premiers pas au sein de l’organisme, ainsi que certains moments marquants. L’œuvre, du même coup, fait état du contexte évolutif du VIH/sida à Montréal. Grâce à cette démarche associant la performance et le témoignage, les membres de l’auditoire obtiendront un portrait détaillé de l’organisme, de son développement, de ses initiatives actuelles, des défis qu’il doit surmonter et des espoirs qui l’habitent. L’activité sera suivie d’une réception. 

La table ronde aura lieu en anglais.

 

Projection de Memories of a Penitent Heart, avec commentaires de la réalisatrice, Cecilia Aldarondo 

Cecilia Aldarondo

Filmmaker | NYC

15 février, 2018 | 19 h

auditorium Maxwell-Cummings | MBAM | 1379, rue Sherbrooke O. 
 

Vous connaissez déjà David Wojnarowicz, Keith Haring, Robert Mapplethorpe, Michael Callen, Hervé Guibert, General Idea, et peut-être même la vidéaste Esther Valiquette. Nous vous invitons à rencontrer Stuart Marshall (1949-1993).

En 1984, l’artiste vidéaste britannique Stuart Marshall a présenté deux nouvelles œuvres audacieuses en réaction à la réponse homophobe des médias internationaux à la crise du sida : l’installation vidéo Journal of the Plague Year, à la galerie Optica, à Montréal, dans le cadre de l’événement Vidéo 84; et le documentaire hybride Bright Eyes, désormais une icône dans l’œuvre de l’artiste, présenté dans le cadre de l’émission 11th Hour sur Channel 4, une première pour Marshall à la télévision britannique.

Artiste et programmeur établi à Londres, Conal McStravick entreprend de remettre en contexte l’œuvre marquante et influente de Marshall sur le VIH-sida en misant sur les propositions mêmes de l’artiste, des prestations télévisées et des documents d’archives. M. McStravick révèle dans quelle mesure la voix de Marshall et son rapport polémique à la représentation du VIH-sida et à la lutte anti-sida trouvaient écho auprès des auditoires internationaux et contribuaient à relancer les débats sur la pandémie dans de nouvelles directions. Faisant appel d’une part à la vidéo expérimentale et d’autre part aux formes et aux conventions télévisuelles existantes, Marshall aborde tour à tour le féminisme, les politiques allosexuelles et la lutte anti-sida. Cette méthode est à la base d’un programme culturel axé sur la critique et l’intersectionnalité, qui continue d’influer sur la pratique et la recherche contemporaine.

Meet Stuart Marshall s’accompagne, d’une panoplie d’activités visant à faire redécouvrir l’œuvre de l’artiste dans le cadre de la semaine mondiale du sida : deux projections de ses plus importants courts métrages, ainsi qu’une reconstitution de l’installation Journal of the Plague Year. Celle-ci est présentée en dialogue avec Generations, une série d’extraits vidéo sélectionnés par des étudiantes et étudiants en sexologie et en cinématographie de l’Université Concordia, à la galerie VAV.

Conal McStravick (1979 – ; Lurgan, Irlande du Nord) réalise des œuvres collaboratives et en solo pour explorer les récits, les pratiques sociales, l’économie des arts et les politiques allosexuelles. En 2013, M. McStravick a amorcé des travaux sur Marshall et a depuis élaboré une série d’activités de recherche présentées sur le thème Learning in a Public Medium (« l’apprentissage dans un médium public »). Ce projet porte sur l’œuvre et l’héritage de Marshall en qualité d’artiste, de militant et d’éducateur, ainsi que sur les échos qu’ils génèrent dans le monde contemporain. Les activités prennent la forme d’ateliers, de projections et de présentations. Conal McStravick a participé à des tables rondes au Film Theatre de Glasgow, au British Film Institute de Londres et à l’institut Birkbeck des images en mouvements pour parler du cinéma et de la vidéo queer, de Stuart Marshall et de son projet Learning in a Public Medium. En 2017, la galerie The Showroom, située à Londres, collaborera avec Conal McStravick et l’agence artistique LUX afin de transposer Learning in a Public Medium en une série de nouveaux dialogues sur l’œuvre de Marshall qui sera présentée en tournée au Royaume-Uni.

La présentation aura lieu en anglais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La résilience dans la montée de la lutte communautaire contre le VIH/sida : constat des pertes, des gains et des possibilités »

Yvette Perreault


ABRPO |Toronto

31 novembre, 2017 | 19h

EV 1.605

Pour souligner la Journée mondiale du sida en 2017, nous sommes heureux d’accueillir Yvette Perreault, directrice générale d’ABPRO (AIDS Bereavement and Resiliency Program of Ontario). Perreault parlera de son expérience au front de la lutte contre le VIH/sida dans les années 1980 et au début des années 1990. Elle reviendra sur une période sombre de cette époque marquée par l’impopularité et la stigmatisation, notamment sur son combat pour la reconnaissance sociale des personnes atteintes de cette maladie – qui, le plus souvent, en mouraient –, l’obtention d’une réponse adéquate de l’État et la prestation de meilleurs soins médicaux.

Dans le contexte nord-américain actuel, la lutte a évolué et porte désormais sur le VIH plutôt que sur le sida en tant que tel. Ainsi, on en est venu à miser – au-delà de la survie – sur la résilience, l’épanouissement et une meilleure qualité de vie. Or, ce cheminement impose de faire face aux conséquences des pertes multiples, des deuils non reconnus et des ravages provoqués dans la communauté. Dans son allocution, Perreault abordera certains des points durement gagnés par la communauté en matière de santé et de bien-être global.

Yvette Perreault est directrice générale d’ABPRO (AIDS Bereavement and Resiliency Program of Ontario) et cocréatrice du projet Sustain, programme national portant sur la résilience dans le domaine du sida. Parmi ces ouvrages récents, on compte : When Grief Comes to Work:  Managing Grief and Loss in the Workplace (2011); Models of Capacity Building in PHA Community in Ontario: We are Turning to One Another (2009); et The Presence of Absence: Bereavement in long term survivors of multiple AIDS-related loss (2008). Perreault agit en qualité de conseillère et d’organisatrice communautaire de première ligne depuis près de quatre décennies. Durant huit ans, elle a été directrice du programme AIDSupport pour le comité sur le sida de Toronto. Auparavant, elle travaillait dans le domaine de la lutte à la violence contre les femmes et les enfants. Originaire des Prairies, plus précisément de Saskatoon, Perreault a obtenu une formation d’infirmière en psychiatrie à Brandon, au Manitoba. En plus de son travail dans le domaine du VIH/sida, elle agit comme consultante dans le secteur des organismes communautaires sans but lucratif. Perreault s’intéresse à la création d’équipes de cœur.

La présentation aura lieu en anglais.
 

« Efforts ciblés en matière de prévention du VIH chez les travailleuses et les travailleurs du sexe – traitement et risque »

Table ronde réunissant des représentants des organismes Stella, ASTT(e)Q et RÉZO

22 mars 2018| 19 h
 
Lieu à déterminer




Le recours à la prophylaxie préexposition (PrEP) – c’est-à-dire l’emploi de médicaments anti-VIH pour prévenir la transmission du virus – en tant qu’outil de prévention chez les populations « à risque élevé » est de plus en plus chose courante. Aussi est-il plus que temps de tenir une discussion nuancée sur les bienfaits, les limites, l’applicabilité et les répercussions d’une telle démarche préventive. Cette conversation est d’autant plus pressante à la lumière du contexte néolibéral qui prévaut actuellement, où les mesures de santé publique sont souvent jugées contraignantes ou conditionnelles au sein des populations marginalisées. Cette table ronde portera principalement sur le rôle de la PrEP en contexte de prévention de l’infection au VIH chez les personnes qui s’adonnent au commerce du sexe. Les participants traiteront à la fois des possibilités et des limites de la PrEP en tant qu’outil de prévention chez ces travailleuses et travailleurs, de même que des forces sociales, politiques et économiques qui façonnent les expériences et la marginalisation des personnes qui exercent un tel travail. Participeront à la discussion les représentants des organismes suivants : Sandra Wesley, directrice générale de Stella Montréal, qui parlera des difficultés particulières auxquelles font face les travailleuses du sexe à Montréal, et du rôle de la PrEP comme moyen efficace de prévention du VIH dans ce contexte; Betty Iglesias, d’ASTT(e)Q Montréal, qui traitera de la viabilité de la PrEP en tant qu’outil de prévention efficace du VIH chez les femmes trans qui s’adonnent au commerce du sexe; et Jonathan Bacon, de REZO, qui discutera de la signification de la PrEP comme outil de prévention chez les hommes travailleurs du sexe. 

La table ronde aura lieu en francais. 


Retour en haut de page

© Université Concordia