Concordia University

https://www.concordia.ca/content/concordia/en/artsci/research/centre-de-justice-sociale/a-propos.html

À propos du Centre

Notre organisme a pour rôle de faciliter la recherche sur les questions de justice sociale. Nous encourageons la collaboration et le dialogue entre chercheuses et chercheurs issus de disciplines différentes.

Grâce à une mise en commun des fonds et des champs d’expertise, nous sommes en mesure d’organiser et de cofinancer la tenue d’activités sur des thèmes liés à la justice sociale – tels que des ateliers intensifs de recherche, des colloques et des conversations publiques. Nous disposons d’une coordonnatrice à temps plein qui apporte assistance et soutien logistique aux chercheurs de Concordia dans l’organisation de leurs activités.

Bien que nos ressources soient principalement destinées au corps professoral, nous soutenons également les étudiantes et étudiants des cycles supérieurs en leur proposant des bourses. Les étudiants qui mènent des travaux sous la direction d’un membre du corps professoral affilié sont autorisés à formuler une demande d’allocation.

Nouvellement financé, notre programme d’études postdoctorales en justice sociale est conçu pour attirer à Concordia des chercheuses et chercheurs de l’étranger, hautement qualifiés et en début de carrière. Nous entendons par ailleurs offrir encore plus de postes postdoctoraux à l’avenir.

Notre objectif est de générer des synergies autour de la vaste expertise que possède Concordia dans le domaine de la justice sociale, afin de stimuler davantage la recherche, de favoriser la collaboration entre membres du corps professoral et de faciliter la création de liens avec des érudits d’autres établissements au Canada et à l’étranger.

Mission

Nous nous sommes donné comme mission d’encourager l’exploration interdisciplinaire du quoi, du pourquoi et du comment de la justice sociale : Qu’est-ce que la justice sociale ? Pourquoi est-ce un enjeu important ? Comment peut-on l’atteindre ?

Nous voulons comprendre pourquoi il existe autant de formes de discrimination injustifiées, comme la pauvreté, les inégalités économiques, la domination politique, l’oppression selon le genre, le racisme et l’indifférence devant le sort des étrangers et des générations futures. Nous voulons expliquer pourquoi ce genre de situation comporte une injustice et proposer une démarche réparatrice.

L’exploration de telles questions requiert l’apport de nombreuses disciplines universitaires. Notre effectif de recherche compte actuellement plus de 80 membres affiliés du corps professoral issus de 27 départements qui examinent sous divers angles les thèmes liés à la justice sociale.

La justice sociale englobe plusieurs concepts dont ceux de la distribution de la richesse, du pouvoir, des occasions offertes et des privilèges octroyés à l’intérieur d’une société, de même qu’entre sociétés. Elle est étroitement liée aux enjeux économiques et sociopolitiques tels que la justice distributive, la pauvreté, les inégalités de revenu et de répartition des richesses, la participation et la représentation politique, ainsi que la discrimination fondée sur le sexe, l’origine ethnique, la citoyenneté, la religion, le handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle.

Nous soutenons la recherche et les érudits qui évoluent dans le domaine de la justice sociale :

● en proposant un soutien à l’organisation et au financement de leurs activités
● en aidant à faire connaître leurs travaux (dans le cadre de conférences ou de séances de présentation de résultats préliminaires)
● en octroyant des bourses d’études supérieures
● en attirant des chercheurs postdoctoraux et des professeurs invités à Concordia afin de stimuler la collaboration entre établissements.


Histoire

Le Centre pour la justice sociale est issu d’un réseau de membres du corps professoral de l’Université Concordia dont certains travaux de recherche portent sur le sujet. La création du centre découle d’un groupe de travail sur la justice sociale fondé par Pablo Gilabert, Katharina Nieswandt et Mary Esteve, au Centre d’études interdisciplinaires sur la société et la culture.

En 2017, nous avons tenu un groupe de lecture sur l’ouvrage phare Utopies réelles (Envisioning Real Utopias, en version originale anglaise) d’Erik Wright, sociologue de renom et ancien président de l’American Sociological Association. Nous avons invité l’auteur à participer à un débat suivi d’une conversation publique sur son expérimentation en matière de démocratie participative et de justice sociale dans le monde contemporain.

Notre groupe de travail a également tenu des dîners-causeries durant lesquels nos membres ont présenté leurs travaux de recherche sous la forme de courts exposés informels.

Lors du colloque de 2018 organisé par le Centre d’études interdisciplinaires sur la société et la culture autour du thème “Must surfers still be fed?” Basic income and its philosophical justification after thirty years (« “Doit-on continuer de nourrir les surfers?” Le revenu minimum et sa justification philosophique après trente ans »), nous avons pu compter sur la participation du philosophe et économiste politique Philippe Van Parijs, professeur émérite à l’Université de Louvain et professeur invité à Harvard. Il a parlé de la notion du revenu de base universel – lequel propose d’accorder à tous les résidents un transfert inconditionnel et régulier d’argent pour les garder hors de la pauvreté et leur permettre de choisir librement comment mener leur propre vie. L’idée fait son chemin autour du monde, comme en Ontario et au Québec. Par sa présence au colloque en tant qu’un des théoriciens les plus connus sur le sujet, Philippe Van Parijs a attiré de nombreux participants de Concordia et d’autres universités montréalaises.

Back to top

© Concordia University