Skip to main content

Une nouvelle étude de Concordia révèle autant de marques de résilience que de lacunes dans la réponse du personnel des résidences pour aînés à la pandémie

Patrik Marier et le doctorant Daniel Dickson comparent les approches canadiennes et américaines face aux éclosions dans les établissements de soins de longue durée
16 février 2021
|
Photo par Mier Chen via Burst

La crise sanitaire qui sévit depuis les douze derniers mois a contribué à exposer au grand jour les manques dont souffrent les résidences pour personnes âgées au Canada et aux États-Unis, ainsi que la lutte que mène au quotidien le personnel qui y travaille.

Daniel Dickson, étudiant au doctorat, et Patrik Marier, professeur de science politique et directeur de thèse de M. Dickson, en collaboration avec Robert Henry Cox, de l’Université de la Caroline du Sud ont mené une analyse comparative des expériences de ces travailleuses et travailleurs. Leur compte rendu a été publié récemment dans la revue Journal of Comparative Policy Analysis: Research and Practice. Dans leur travail de synthèse, ils ont tenu compte de 336 articles publiés dans six quotidiens entre la fin février et la mi-juin 2020 sur la situation du Québec (notamment celle des CHSLD régis par le gouvernement), de la Colombie-Britannique, ainsi que des États de Washington et de l’Ohio.

Daniel Dickson Daniel Dickson : « En raison de leurs connaissances, de leur expérience et de leurs compétences professionnelles, les membres du personnel de première ligne constituent des atouts inestimables. »

Sous-utilisés et sous-estimés

« Nous voulions savoir dans quelle mesure la pandémie a entravé la capacité discrétionnaire du personnel de première ligne », explique Daniel Dickson. « En raison de leurs connaissances, de leur expérience et de leurs compétences professionnelles, ces travailleurs constituent des atouts inestimables. »

Or, les chercheurs font remarquer que cette main-d’œuvre est rarement traitée à sa juste valeur. Depuis des années, les membres du personnel soignant – dont 85 pour cent sont des femmes et 50 pour cent sont nés à l’extérieur du pays, selon une récente étude canadienne – doivent composer avec de faibles salaires, un statut inférieur et peu de possibilités d’avancement. Aujourd’hui – mentionnent les chercheurs dans leur article – les membres du personnel soignant doivent composer avec le fait qu’ils représentent « une menace existentielle pour eux-mêmes et leur famille immédiate » en raison de la présence du nouveau coronavirus dans leur milieu de travail.

Pour déterminer comment les membres du personnel soignant ont répondu à ce facteur de stress additionnel, les chercheurs ont entrepris d’adapter un modèle organisationnel éprouvé, élaboré à l’origine par Albert Hirschman, en 1970. Dans cette optique, les travailleurs peuvent résister, soit par un absentéisme accru ou encore, un refus de travailler sans compensation salariale supplémentaire; ils peuvent innover, c’est-à-dire en faisant part de leurs préoccupations à la haute direction et en créant de nouveaux protocoles mieux adaptés à une nouvelle réalité plus dangereuse; ou ils peuvent improviser, c’est-à-dire rester fidèles au poste par sens du devoir, tout en essayant de faire de leur mieux avec les moyens du bord, et ce, malgré leur frustration.

« Nous nous attendions à beaucoup de résistance, à ce que les membres du personnel de première ligne recherchent des façons de diverger des orientations fixées par les politiques ou démissionnent, tout simplement », fait remarquer Daniel Dickson. « Idéalement, nous aurions voulu voir plus d’innovation, où l’expérience des membres du personnel de première ligne serait mise en valeur, et où beaucoup de poids serait accordé à leurs connaissances. Or, nous savons qu’il ne leur est pas donné d’adopter une telle position dans le processus politique; et on ne leur accorde pas ce genre d’estime ou d’appui. »

À l’épicentre de la crise

On a constaté beaucoup de résistance au Québec. En effet, l’échantillon analysé, qui réunissait 336 articles de journaux, contenait 45 mentions explicites de résistance, 78 pour cent de ces mentions provenant du Québec. L’étude révèle en outre un taux d’absentéisme particulièrement élevé à Montréal, où les résidences pour aînés et les établissements de soins de longue durée ont été durement frappés dès le début de la pandémie.

La province s’est aussi classée première quant aux mentions d’improvisation. Un total de 77 articles faisaient état d’une certaine forme d’improvisation, 79 pour cent des mentions provenant du Québec. Certains articles font notamment état des efforts de recrutement du gouvernement auprès des professionnels de tous les secteurs de la santé, de l’appel aux forces armées pour lutter contre la pandémie, ainsi que de témoignages de membres du personnel soignant ayant utilisé des filtres à café derrière leurs couvre-visages en tissu, en raison de la pénurie de masques N95.

Des cas d’innovation ont par ailleurs été observés en Colombie-Britannique – où le personnel a été en mesure d’adhérer à des protocoles de rencontres sur Zoom aux fins de consultations virtuelles ou d’activités de divertissement auprès des malades – et aux États-Unis, où il était permis aux membres du personnel soignant d’agir comme accompagnateurs substituts au nom des familles incapables de voir leurs proches en fin de vie. Ces réponses, font remarquer les chercheurs, découlaient la plupart du temps de l’expérience et de l’expertise du personnel.

« L’analyse a par ailleurs mis au jour plusieurs failles importantes concernant les régimes de soins de longue durée, tant au nord qu’au sud de la frontière », ajoute Patrik Marier. « Nous avons souligné la supériorité du système de soins de santé canadien par rapport à celui des États-Unis, notamment sur le plan de l’accessibilité universelle. Toutefois, le Canada ne se distingue pas autant quand il est question de soins de longue durée. »

Lisez l’article cité (en anglais seulement) : Resistance, Innovation, and Improvisation: Comparing the Responses of Nursing Home Workers to the COVID-19 Pandemic in Canada and the United States



Back to top Back to top

© Université Concordia