Skip to main content

L’air est plus propre dans les villes canadiennes depuis le confinement imposé par la pandémie, indique une étude de l’Université Concordia

Une recherche dirigée par Xuelin Tian, étudiante à la maîtrise, révèle une chute marquée des émissions polluantes émises par les véhicules depuis mars 2020
9 février 2021
|

Ayant imposé la fermeture des centres urbains partout dans le monde, la pandémie de COVID-19 n’a pas que changé notre façon de travailler, d’étudier et de socialiser. Elle a aussi occasionné d’importantes répercussions sur notre mobilité. Des millions de travailleurs n’ayant plus à se déplacer, la circulation automobile a abruptement diminué partout au Canada. Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université Concordia, cette forte diminution a un impact notable sur la qualité de l’air dans les grandes métropoles canadiennes.

Lors d’une récente étude dont le compte rendu a été publié dans la revue Science of the Total Environment, une équipe de recherche a analysé les données de stations de surveillance de la qualité de l’air à Vancouver, Edmonton, Saskatoon, Winnipeg, Toronto, Montréal, Halifax et St. John’s. Ses membres ont comparé les concentrations de dioxyde d’azote, de monoxyde de carbone et de dioxyde de soufre observées dans ces villes entre février et août 2020 aux données enregistrées à pareille période en 2018 et en 2019. Ils ont également utilisé des images satellites et des données sur la consommation de carburants de transport pour évaluer les émissions à partir de données sur les embouteillages issues des technologies de suivi embarquées dans les téléphones et les véhicules à l’échelle de la planète.

Sans surprise, l’équipe a constaté que les niveaux d’émissions avaient chuté de façon spectaculaire au cours de de la pandémie, la baisse la plus marquée ayant eu lieu au cours de la 12e semaine de 2020 – soit celle débutant le dimanche 15 mars – quand les mesures de confinement sont entrées en vigueur à l’échelle du pays.

« Les embouteillages ont diminué de 69 et de 75 pour cent à Toronto et à Montréal, respectivement, par rapport à la même semaine en 2019 », fait remarquer Xuelin Tian, étudiante en deuxième année de maîtrise à l’École de génie et d’informatique Gina-Cody et auteure principale de l’article. La chercheuse a rédigé son compte rendu en collaboration avec son collègue étudiant Zhikun Chen, son directeur de mémoire Chunjiang An – qui est aussi professeur adjoint au Département de génie du bâtiment, civil et environnemental – ainsi que Zhiqiang Tian de l’Université Jiaotong de Xi’an, en Chine.

Young woman with long dark hair on a city street Xuelin Tian : Les embouteillages ont diminué de 69 et de 75 pour cent à Toronto et à Montréal, respectivement, par rapport à la même semaine en 2019. »

Moins d’essence signifie moins de pollution

L’article fait état d’une baisse de la consommation d’essence à moteur de près de 50 pour cent durant les premières semaines de la pandémie, ainsi que d’une chute comparable des émissions de dioxyde de carbone. Selon les données colligées par les auteurs, l’essence à moteur était responsable de 8 253,52 millions de kilogrammes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère en avril 2019. Or, ce chiffre avait chuté à 4 593,01 millions de kilogrammes en avril 2020.

On a par ailleurs observé une chute importante de la concentration de dioxyde d’azote à Vancouver, à Edmonton, à Toronto et à Montréal depuis le début de la pandémie. De même, la concentration de monoxyde de carbone – qui est étroitement liée aux secteurs du transport et de l’équipement mobile – a chuté. À Edmonton, la concentration de monoxyde de carbone a diminué de moitié, passant de 0,14 partie par million (ppm) en mars 2018 à 0,07 ppm en mars 2020.

Les émissions ont recommencé à augmenter au cours de l’été, mais les chercheurs n’ont pas encore eu la chance d’examiner les données recueillies lors du deuxième confinement – lequel s’est amorcé fin automne-début hiver 2020.

Outre de fournir un instantané d’une période particulièrement inhabituelle, les données peuvent aider les gouvernements à évaluer l’impact à long terme du remplacement des véhicules à essence par des modèles électriques dans les rues des villes canadiennes.

« Il va de soi que rien de tout cela n’était prévu. N’en demeure pas moins que cette pandémie s’est révélée une occasion d’analyser divers scénarios », fait remarquer Chunjiang An, titulaire d’une chaire de l’Université Concordia en techniques d’intervention et d’assainissement en cas de déversements.

« Partout dans le monde, les gouvernements tentent de réduire le recours aux combustibles à base de carbone. Nous disposons désormais de données qui révèlent ce qui se passe lorsqu’on diminue le nombre de véhicules à essence, et l’effet de cette diminution sur les émissions polluantes. »

Cette étude a été réalisée avec le soutien financier du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

 

Lisez l’article cité (en anglais seulement) : Assessing the impact of COVID-19 pandemic on urban transportation and air quality in Canada.



Back to top Back to top

© Université Concordia