Skip to main content

Une équipe de recherche sur les arts du cirque crée une mappemonde de récits et d’expériences

Basé à Concordia, le projet vise à préserver les liens qui unissent la communauté durant la pandémie de COVID-19
7 juillet 2020
|

Comme tant d’événements à l’ère de la COVID-19, le quatrième séminaire international d’études supérieures portant sur le cirque, Circus & Invention, qui devait accueillir 25 chercheuses et chercheurs de partout en Amérique du Nord, en Europe et en Amérique du Sud, a dû être annulé.

L’organisateur du séminaire et chef de file en recherches circassiennes, Patrick Leroux est par ailleurs vice-doyen de la recherche à la Faculté des arts et des sciences de l’Université Concordia ainsi que professeur au Département d’études françaises et au Département d’études anglaises.

« Lorsque j’ai compris que le séminaire serait annulé, j’ai tout de suite pensé aux milliers d’artistes à présent assis chez eux au lieu d’être sur la route à explorer le monde, à s’entraîner et à repousser les limites de ce qui est physiquement possible, affirme le chercheur. Sans parler de mes étudiants potentiels, qui m’écrivaient de partout pour me demander ce que nous pourrions faire d’autre à distance. »

Le Pr Leroux a alors envisagé pour ces artistes « immobilisés » la possibilité de partager leurs idées de manière ciblée, hors de Facebook, dans un contexte plus utile qui contribuerait au développement du savoir et d’un sentiment de communauté. Avec divers collègues, il travaillait déjà à recenser l’ensemble des initiatives culturelles québécoises en ligne, mais cette occasion particulière donnerait naissance à un nouvel espace propice au dialogue et à l’autoréflexion en cette période des plus étranges.

Patrick Leroux Patrick Leroux

Le chercheur s’est également rappelé sa récente découverte des travaux de Sébastien Caquard sur la cartographie des récits. Or, si l’objectif du séminaire estival était un partage des connaissances au sein de la communauté mondiale du cirque, la création d’une carte de récits pourrait contribuer à maintenir les liens qui unissent cette communauté.

« Le projet de cartographie a vu le jour en raison de ma préoccupation pour la communauté du cirque contemporain, avec laquelle je collabore et que j’étudie depuis une dizaine d’années », explique le Pr Leroux.

« Ce projet arrive à point nommé, puisque ces artistes ont vu leur vie suspendue et se trouvent actuellement chez eux. C’est-à-dire qu’ils ne s’entraînent pas nécessairement et qu’ils ignorent même à quel moment ils pourront reprendre leurs spectacles. J’espère donc qu’ils trouveront intéressante cette possibilité de renouer entre eux et d’apporter leur pierre à cette cartographie de leur mémoire collective. »

Avec l’aide de Sébastien Caquard, professeur agrégé au Département de géographie, urbanisme et environnement et nouveau codirecteur principal du Centre d’histoire orale et de récits numérisés de Concordia, l’équipe de recherche sur les arts du cirque de Patrick Leroux a pris les mesures nécessaires pour concevoir le projet, l’élaborer et établir la carte. Lorsque l’équipe a sollicité divers partenaires essentiels de la communauté, ceux-ci ne se sont pas fait prier pour s’impliquer.

20180710-National-Circus-School-public-performance-335-768

La mappemonde des récits circassiens recourra à une plateforme cartographique en libre accès baptisée uMap, à la fois participative et interactive, et présentera trois types de récits : des histoires de cirque contemporaines, des récits historiques au sujet de certains sites circassiens et des histoires liées à la COVID-19.

Une série de marathons participatifs servira à recueillir des données, permettant à l’équipe cartographique de créer des événements temporels et d’encourager la communauté à soumettre autant de récits que possible au sujet de ses expériences et des sites circassiens d’importance. Le lancement officiel de la carte aura lieu durant le Marché international de cirque contemporain virtuel de Montréal Complètement Cirque, le 8 juillet. À Concordia, Espace 4 tiendra, le 9 juillet à 15 h 30 – soit 24 heures après le début du premier marathon de programmation – un séminaire rassemblant des animateurs du Canada, des États-Unis, de France, d’Angleterre, du Mexique, du Brésil et d’autres pays pour une conversation sur les tendances émergentes et les lacunes notables dans le domaine du récit.

« Chaque récit soumis sera vérifié par un locuteur natif dans le but de s’assurer que son contenu est pertinent pour le projet, auquel cas le récit apparaîtra sur la carte immédiatement, explique Sébastien Caquard. Cette structure a été conçue afin d’être la plus simple possible pour le narrateur et de minimiser l’intervention humaine au niveau dorsal. »

« Cela dit, l’automatisation du processus a exigé un travail informatique considérable qui a été réalisé par deux étudiants au doctorat : Alison Bowie, du programme Humanities, et José Alavez, en géographie, urbanisme et environnement. »

« L’aspect le plus excitant de ce projet, poursuit le Pr Caquard, est qu’il pourrait offrir un accès à des récits du cirque de partout dans le monde au moyen d’un seul point d’entrée : la carte. Dans un domaine comme le cirque, où les personnes et les troupes sont souvent en mouvement entre les lieux, il ne reste de ces moments que des souvenirs, plutôt que des édifices ou des monuments. Or, la cartographie de ces souvenirs permet de les rendre plus tangibles, visibles et accessibles. »

Anna Vigeland, une assistante de recherche qui poursuit une maîtrise interdisciplinaire dans le cadre du programme d’études individualisées, est particulièrement enthousiasmée par l’aspect participatif et multilingue de la plateforme, qui se déclinera initialement en anglais, en français, en espagnol, en portugais brésilien et en chinois. Elle comprendra par la suite une version en en russe.

« Même les récits historiques emprunteront la voix des contributeurs, affirme l’étudiante. Le résultat devrait donc être à la fois fluide, expansif et multidimensionnel. »

L’équipe de Patrick Leroux est impatiente d’explorer la possibilité de tenir d’autres marathons d’écriture thématiques, ce qui permettra à diverses organisations du cirque d’enrichir la carte en fonction de leur domaine de spécialité, comme les festivals, les écoles et les mouvements sociaux connexes, entre autres.

 

Renseignez-vous sur le Projet de cartographie de récits du cirque, et soumettez votre histoire.

 



Back to top Back to top

© Université Concordia