Concordia University

https://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/nouvelles/2019/05/07/deux-doctorantes-recompensees-pour-leurs-travaux-sur-l-economie-a-la-demande-et-la-cartographie-autochtone-dans-les-documentaires.html

Deux doctorantes récompensées pour leurs travaux sur l’économie à la demande et la cartographie autochtone dans les documentaires

Nura Jabagi et Lola Remy sont les plus récentes lauréates d’un prix d’excellence en recherche aux cycles supérieurs de l’Université Concordia
7 mai 2019
|
Nura Jabagi et Lola Remy.

Deux fois par an, l’Université Concordia récompense deux étudiants qui ont démontré des compétences de recherche exemplaires dans les catégories « Technologie, industrie et environnement » et « Individu et société ».

Nura Jabagi et Lola Remy – doctorantes en gestion des technologies d’affaires et en études cinématographiques, respectivement – sont les plus récentes lauréates d’un prix d’excellence en recherche aux cycles supérieurs de Concordia.

Le prix reconnaît l’excellence de projets de recherche présentés dans les sept derniers mois, ainsi que la capacité des chercheurs et chercheuses à « communiquer l’importance de leurs travaux au grand public ».

Chaque lauréat reçoit 1 000 $, de même qu’un supplément potentiel de 500 $ grâce au concours étudiants-chercheurs étoiles.

Milieu de travail informatisé et économie à la demande

Dans son projet de recherche, intitulé Gig-workers’ motivation: Thinking beyond carrots and sticks (« motivation du travailleur à la demande : penser au-delà de la carotte et du bâton »), Nura Jabagi examine l’essor de l’économie à la demande ainsi que la motivation des travailleurs dans une ère qui a connu « la réinvention la plus radicale du travail depuis l’industrialisation ».

« Mes recherches se concentrent sur l’économie numérique et visent à comprendre comment les percées technologiques, combinées aux tendances en matière de macroéconomie, perturbent l’industrie, le milieu des affaires et le marché de l’emploi », explique l’étudiante.

L’économie à la demande – dans laquelle les gens occupent plusieurs emplois temporaires pour de courtes périodes, sans la sécurité d’emploi habituelle – devrait devenir la réalité de 45 pour cent de la main-d’œuvre canadienne d’ici 2020.

« Une grande partie de mes travaux examine comment les organismes peuvent concevoir leurs plateformes numériques de façon à promouvoir l’efficacité et la rentabilité, mais également à humaniser l’interaction entre travailleurs, en vue de favoriser l’automotivation et le bien-être », ajoute-t-elle.

Nura Jabagi a présenté ses recherches à l’occasion du 34e colloque du European Group for Organizational Studies à Tallinn, en Estonie, ainsi qu’à l’atelier Distances in Organization, tenu par l’Université McGill en 2018.

Elle a par ailleurs remporté le premier prix aux éditions 2016 et 2017 de l’exposition annuelle des travaux de recherche aux cycles supérieurs de Concordia, faisant d’elle la seule étudiante à se voir octroyer cette distinction à deux reprises.

Réappropriation des cartes d’États dans les films autochtones

Les travaux de Lola Remy se penchent sur les initiatives de cartographie autochtone sous l’angle du film documentaire.

« Ma question est la suivante : comment les cinéastes autochtones peuvent-ils trouver d’autres façons de cartographier leur territoire et de transmettre leur expérience sans être subsumés dans un cadre colonial de représentation? », s’interroge-t-elle.

Intitulé Making the map speak: Indigenous animated cartographies as contrapuntal spatial representation (« donner une voix à la carte : cartographies animées autochtones en tant que représentations spatiales contrapuntiques »), son article a été publié dans la dernière édition d’automne de la revue NECSUS European Journal of Media Studies.

Les recherches de Lola Remy sur la contre-cartographie autochtone jettent la lumière sur un corpus de films peu connus.

« Les spécialistes de la géographie critique et des études cinématographiques se sont rarement concentrés sur le lien entre la cartographie cinématographique et les revendications territoriales autochtones », affirme-t-elle.

« Le film mérite une analyse spécifique en tant qu’outil de décolonisation des représentations spatiales des territoires autochtones. Avec un peu de chance, mes travaux attireront l’attention sur les luttes actuelles en matière d’appropriation des terres et des ressources », conclut-elle.


Apprenez-en davantage sur le
prix d’excellence en recherche aux cycles supérieurs de l’Université Concordia.

 



Back to top

© Université Concordia