Le Mois de l’histoire des Noirs est l’occasion de revenir sur une année de progrès et de changements

« L’ampleur des défis reste colossale, mais nos efforts portent leurs fruits. »
1 février 2022
|
Annick Maugile Flavien : « Le bilan est plutôt positif, mais je suis aussi parfaitement consciente des défis rencontrés et des obstacles que nous devrons encore affronter. »

Annick Maugile Flavien est gestionnaire et coordonnatrice fondatrice du Bureau des perspectives noires

Dans l’ensemble, j’aime le Mois de l’histoire des Noirs, mais c’est aussi une période que j’appréhende.

Pendant les célébrations de l’histoire et des savoirs noirs, on observe aussi souvent une hausse de la fausse représentation, de la récupération commerciale et de l’essentialisation. Il y a également la triste tendance à passer sous silence le travail continu des membres de la communauté noire et de leurs alliés, qui ont œuvré à la mobilisation, à l’avancement et à l’intégration des Noirs tout au long de l’année.

Pour atténuer cette appréhension, j’ai décidé de voir le Mois de l’histoire des Noirs comme une occasion de faire le point sur l’année afin de renouveler mon engagement envers la promotion et la défense des intérêts des perspectives noires.

Qu’avons-nous accompli?

Quelles ont été nos problématiques récurrentes? Nos priorités et notre vision ont-elles changé? Où voulons-nous concentrer nos efforts pour l’année à venir?

L’an passé, le Bureau des perspectives noires a connu une croissance exponentielle, avec l’embauche de trois nouveaux membres du personnel. Christine White, aide de bureau, est une ressource clé de première ligne qui nous aide dans le triage des besoins des membres de la communauté. Teeanna Munro, coordonnatrice de projet, dirige les services aux étudiants et échange directement avec les étudiantes et étudiants noirs. Isabelle St-Louis, animatrice, aide notre communauté à mieux connaître et à intégrer les perspectives noires dans leurs secteurs, et elle offre du soutien culturellement pertinent aux étudiants, au personnel et aux membres du corps professoral noirs.

Ces nouveaux rôles nous ont permis de renforcer nos services pour la communauté de Concordia et d’offrir aux étudiants et étudiantes des occasions d’emploi pour élargir notre portée.

Amélioration des services d’aide aux étudiants

Pour illustrer cette amélioration, prenons l’exemple de notre équipe d’ambassadeurs étudiants et de stagiaires, qui ont suivi des formations en soutien par les pairs et en écoute active pour offrir des séances de soutien par les pairs aux étudiants noirs de Concordia. Ce programme a connu un franc succès et nous apprenons continuellement de la façon dont les étudiants tissent des liens et s’entraident.

Nous avons aussi eu la chance d’offrir 15 prix et bourses l’an dernier, et nous avons investi plus de 15 000 $ dans des projets de financement dirigés par des étudiants, du personnel et des membres du corps professoral noirs. Un des faits saillants de l’année a été la toute première Célébration des diplômés noirs et la remise de cadeaux aux étudiants de la ville.

En repensant à ces réussites, je constate que le bilan est plutôt positif, mais je suis aussi parfaitement consciente des défis rencontrés et des obstacles que nous devrons encore affronter.

Les répercussions quotidiennes du racisme systémique et l’importance de la responsabilisation

Être plus proche de notre communauté nous a permis de prendre connaissance des répercussions quotidiennes du racisme systémique dans le parcours des étudiants et du manque d’accès que nous avons à peine abordé. Nos étudiants ont grandement besoin de services de consultation culturellement sûrs, offerts par des personnes qui croient en leur réussite durable. Les membres de notre communauté ont besoin d’espaces où ils peuvent être eux-mêmes et propices aux échanges qui susciteront un sentiment d’appartenance. L’Université doit comprendre pourquoi les membres de notre communauté ne se tournent pas systématiquement vers les services et les ressources à leur disposition. Maintenant que l’équipe est agrandie et que nous sommes bien installés dans nos bureaux, je tourne mon attention vers ce besoin de collaboration, de création d’espace et de partage des ressources visant à élargir notre portée.

Je tiens également compte de l’Université dans son ensemble et de l’importance de coordonner nos efforts pour consolider notre travail. L’an dernier, le tout nouveau Bureau de l’équité est devenu un partenaire clé pour trouver des solutions à l’oppression systémique et élaborer une approche de travail intersectionnelle. La recommandation préliminaire du groupe de travail du recteur sur le racisme contre les Noirs et son enquête consultative à l’échelle de l’Université visant à mieux comprendre les expériences de la communauté à l’égard de la lutte contre le racisme à Concordia nous ont guidés dans notre responsabilisation à l’égard de nos besoins et de nos souhaits pour la communauté.

Quelques pas en avant

Ces efforts, conjugués à la nomination d’Angélique Willkie au poste de conseillère spéciale en matière d’intégration des Noirs et de savoirs noirs auprès de la vice-rectrice exécutive, nous ont permis de considérer les perspectives noires comme autre chose que des services de rattrapage, notamment comme des occasions de reconnaissance à long terme et d’intégration des savoirs et des pratiques des Noirs.

Qui plus est, Concordia ne souhaite pas seulement faire évoluer l’Université, mais elle participe aussi à une transformation des établissements d’enseignement supérieur à l’échelle nationale. En effet, Concordia a récemment signé, avec plus de 40 universités et collèges du pays pour lutter contre le racisme envers les Noirs, la Charte de Scarborough contre le racisme anti-Noir et pour l’inclusion des Noirs dans l’enseignement supérieur au Canada : principes, actions et responsabilités.

Ce bilan me fait réaliser que 2021 a été une année riche en événements. Et pour que nous en soyons arrivés ici, il faut admettre que les choses ont beaucoup évolué au cours des dernières années et des générations. J’ai le sentiment que notre travail est plus stable et mieux ancré qu’en 2020 ou en 2021. L’ampleur des défis reste colossale, mais nos efforts portent leurs fruits, ce qui me fait entrevoir l’avenir avec espoir.

 

Lisez l'histoire du Mois de l'histoire des Noirs et participez aux événements organisés à Concordia. Apprenez-en davantage sur le Bureau des perspectives noires de Concordia.

 



Retour en haut de page

© Université Concordia