Skip to main content

La skieuse acrobatique et étudiante de Concordia Marion Thénault se rapproche des Jeux olympiques d’hiver de Beijing

L’étudiante en génie aérospatial de l’École Gina-Cody a remporté sa première médaille d’or en saut acrobatique le mois dernier au Kazakhstan
13 avril 2021
|
Marion Thénault : « L’équipe de recrutement de Concordia m’a aidée à mettre en place un plan qui me permet de poursuivre mes études dans le programme de mes rêves tout en pratiquant un sport que j’adore. »

Être un athlète sur la scène internationale tout en poursuivant des études universitaires n’est pas une mince affaire. Mais l’étudiante de Concordia Marion Thénault se montre à la hauteur.

Elle a commencé son premier trimestre dans le programme de baccalauréat en génie aérospatial (B. Ing.) à l’École de génie et d’informatique Gina-Cody pendant qu’elle évoluait sur le circuit de la Coupe du monde de saut acrobatique.

« Le ski acrobatique de compétition est très exigeant pour les athlètes, explique Marion. Il y a des horaires, des séances d’entraînement, des groupes et des règles à suivre. Il faut être discipliné pour arriver à concilier les exigences du sport et ses aspirations personnelles. »

Le 13 mars dernier, Marion a enregistré le premier podium de sa carrière en Coupe du monde lors de la dernière étape de la saison à Almaty, au Kazakhstan. Avec cette médaille d’or, elle obtient ainsi son laissez-passer pour les Jeux olympiques d’hiver à Beijing l’an prochain.

Son parcours vers l’or

Le sport a toujours fait partie de la vie de Marion, qui a grandi à Sherbrooke au Québec. Sa mère, qui excellait en gymnastique, l’a initiée à ce sport dès son plus jeune âge. Elle s’est entraînée pendant 14 ans en gymnastique et s’est mesurée à des athlètes au niveau national.

En 2017, à l’âge de 17 ans, elle s’est découvert un talent pour le ski acrobatique et a décidé de se lancer dans la compétition. Seulement quatre ans plus tard, elle remporte sa première médaille d’or en Coupe du monde et se qualifie ainsi pour les Jeux de Beijing en 2022.

« Plusieurs de mes adversaires ont un parcours semblable au mien, avec une base en gymnastique. On apprend des techniques et des mouvements qui sont absolument essentiels pour réussir les sauts. Mais il faut être solide mentalement pour se lancer dans les airs. »

Les clés du succès

Marion affirme que deux programmes l’ont aidée à concilier ses ambitions scolaires et sportives : le programme québécois Alliance Sport-Études et le programme Plan de match du Comité olympique canadien, qui ont mis à sa disposition des mentors et des ressources.

« Les gouvernements du Québec et du Canada font tout ce qu’ils peuvent pour aider les athlètes de compétition à continuer leurs études. Avec de la volonté, tout est possible. »

Avec son mentor de Plan de match, qui conseille les athlètes pendant et après leur carrière sportive, Marion a réfléchi à ce qui serait, selon elle, l’expérience universitaire idéale.

« Je cherchais un programme pratique qui combinerait toutes mes forces. Je savais que Concordia avait un programme en aérospatiale reconnu mondialement et j’étais très heureuse d’apprendre que l’Université faisait partie de l’Alliance Sport-Études. »

Le réseau, qui regroupe 45 collèges, le Cégep à distance et neuf universités, travaille avec les établissements pour offrir des expériences postsecondaires adaptées aux athlètes de haut niveau.

« Concordia est un établissement accueillant qui a une approche humaine et axée sur la recherche de solutions. L’équipe de recrutement de Concordia m’a aidée à mettre en place un plan qui me permet de poursuivre mes études dans le programme de mes rêves tout en pratiquant un sport que j’adore. »

Et ensuite?

À son retour au Canada, la médaillée d’or a fait une quarantaine obligatoire de 14 jours. « Tout s’est enchaîné parfaitement, commente-t-elle. Je peux maintenant me concentrer sur mes examens de mi-trimestre, sans avoir à concilier des priorités. »

Le parcours sportif de Marion se poursuivra lors des prochains Jeux olympiques d’hiver. « Mon rêve se réalise. »


Apprenez-en plus sur l’
École de génie et d’informatique Gina-Cody de Concordia.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le Département de génie mécanique, industriel et aérospatial.

 



Back to top Back to top

© Université Concordia