Concordia University

https://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/nouvelles/2019/08/12/quatre-chercheurs-de-concordia-recoivent-plus-de-1-2-million-de-dollars-en-financement-de-l-infrastructure.html

Quatre chercheurs de Concordia reçoivent plus de 1,2 million de dollars en financement de l’infrastructure

La Fondation canadienne pour l’innovation et le gouvernement du Québec soutiennent des projets dans des domaines aussi divers que la biologie synthétique et le cyberjeu
12 août 2019
|

Le 12 août dernier, la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) a annoncé qu’elle accordera à quatre projets de recherche de Concordia la somme de 642 092 $ par l’entremise du Fonds des leaders John-R.-Evans de la FCI. Le ministère de l’Économie et de l’Innovation du gouvernement du Québec par ailleurs entend accorder une subvention équivalente, ce qui portera à 1 284 184 $ ce financement destiné à l’infrastructure.

« “Vous ne pouvez pas tirer le meilleur de la science si vous ne disposez pas des meilleurs outils.” C’est ce que vous dira n’importe quel chercheur au Canada », affirme la ministre des Sciences et des Sports du Canada Kirsty Duncan.

Pour pouvoir offrir ces outils et aider à renforcer la capacité de recherche au Canada, le gouvernement fédéral a créé en 1997 la Fondation canadienne pour l’innovation. La ministre Duncan mentionne que cette année, la fondation distribuera plus de 61 millions de dollars à 40 universités canadiennes pour des laboratoires de recherche ultramodernes et l’acquisition de matériel.

« Ce financement est essentiel si l’on souhaite combler les besoins sous-jacents en infrastructure et faire progresser nos initiatives de recherche », affirme Christophe Guy, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures à Concordia. « L’aide conjuguée du FCI et du gouvernement provincial joue un rôle central dans la réalisation des vecteurs stratégiques de Concordia, notamment celui de doubler notre effort de recherche. »

La ministre Duncan ajoute que les résultats issus de la recherche ont des retombées considérables sur le plan social.

« Les contributions novatrices des chercheuses et chercheurs à la science et à la découverte jouent un rôle déterminant dans les avancées qui permettront de concrétiser nos visions d’avenir pour le Canada. »

« Le financement de la FCI et du gouvernement du Québec est essentiel »

Trois des quatre projets de Concordia qui profiteront du financement de la FCI et de Québec émanent de la Faculté des arts et des sciences et intéressent une diversité de disciplines universitaires.

La plateforme de microscopie destinée à l’imagerie microfluidique et à l’étude de la dynamique monocellulaire (Microscopy Platform for Microfluidics Imaging and Screening of Single-cell Dynamics) recevra un total de 200 000 $.

Le chercheur principal qui en est responsable, Laurent Potvin-Trottier, est professeur adjoint au Département de biologie. Les travaux qu’il mène dans son laboratoire sont axés sur la synthèse de circuits géniques fiables et leur utilisation comme modèles et outils pour en apprendre davantage sur la biologie.

« Le financement de la FCI et du gouvernement du Québec est essentiel à la conduite de nos projets de recherche. Ces fonds nous permettront de mettre sur pied une plateforme permanente dédiée à la microscopie aux fins d’imagerie microfluidique et d’étude de la dynamique monocellulaire – une première au Canada », indique le professeur Potvin-Trottier.

« À terme, cela nous aidera à concevoir des cellules de manière prévisible et fiable pour qu’elles puissent servir dans le cadre d’applications telles que les thérapies cellulaires. »

Le laboratoire AMP d’études littéraires et sonores, dirigé par Jason Camlot, professeur agrégé au Département d’études anglaises, recevra également 200 000 $.

L’abréviation AMP désigne deux notions : Amplitude et Audio Media Poetics. Le laboratoire AMP servira à la réalisation du projet SpokenWeb dans le cadre d’un partenariat interuniversitaire financé par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada et dirigé par le professeur Camlot.

« Le laboratoire AMP sera doté d’équipements audio anciens et de logiciels qui nous permettront de transformer de grandes collections de matériel audioculturel à valeur patrimoniale en données numériques. Ces bobines recèlent des enregistrements uniques qui témoignent de notre histoire littéraire et culturelle. Elles sont demeurées silencieuses, dans des boîtes, pendant des décennies. Sans le soutien de la FCI, de Concordia et de la Faculté des arts et des sciences, ces bandes se seraient détériorées au point de devenir irrécupérables », souligne le professeur Camlot.

« Grâce à ce financement en infrastructure permettant de bâtir le laboratoire AMP et de le doter en équipement, le projet SpokenWeb que je dirige dans le cadre d’un partenariat avec le CRSH sera bien positionné pour guider le pays dans la mise en voix d’archives précédemment plongées dans le silence. Ainsi, nous pourrons entendre notre passé littéraire et culturel et l’aborder sous de nouveaux angles. »

Faire tourner la chance

Professeure agrégée au Département de sociologie et d’anthropologie, Sylvia Kairouz est la chercheuse principale du Collaboratoire pour l’étude des jeux de Hasard et d’Argent Numériques ConnectÉs (CHANCE). Ce projet bénéficiera d’un financement de 700 000 $ de deux agences gouvernementales.

Les jeux de hasard et d’argent (JHA) et les quasi-JHA sont de plus en plus abondants. L’équipe de recherche du projet CHANCE s’intéresse à l’expérience sociale entourant ces formes de JHA. L’objectif consiste notamment à créer un espace où la communauté scientifique, les intervenants clés hors des murs des universités et le grand public pourront échanger de l’information.

Le projet vise par ailleurs à faciliter l’essor des connaissances scientifiques et la mise au point d’indispensables outils et stratégies de prévention des méfaits et des risques émergents associés aux JHA et aux quasi-JHA.

L’équipe du projet final financé par la FCI et le gouvernement du Québec logera à l’École de génie et d’informatique Gina-Cody. Pour sa part, la plateforme SDN/NFV Security: Compliance-driven Monitoring, Detection and Mitigation (« sécurité en matière de réseautage logiciel et de virtualisation des fonctions de réseau : surveillance, détection et atténuation axées sur la conformité »), dirigée par le professeur Lingyu Wang, à l’Institut d’ingénierie des systèmes d’information de Concordia, recevra la somme totale de 184 184 $ de la FCI et de Québec.


Apprenez-en plus sur
la recherche à Concordia.

 



Back to top

© Université Concordia