L’exercice « 17 Rooms » réunit la communauté de Concordia autour des objectifs de développement durable de l’ONU

Chaque séance axée sur un objectif distinct contribuera à déterminer des priorités et des idées exploitables pour l’Université
13 décembre 2021
|
Par Howard Bokser

whiteboard-stickies-leon-unsplash-768

L’automne dernier, en réaction aux appels mondiaux à contribuer à « une reprise plus saine » au terme de la pandémie de COVID-19, le recteur de l’Université Concordia Graham Carr s’est engagé au nom de l’établissement à adhérer à la Décennie d’action mondiale en vue d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU d’ici 2030.

L’exercice « 17 Rooms » que s’apprête à amorcer l’Université constitue la prochaine étape d’une démarche visant à concrétiser cet engagement.

Cette initiative consiste en des séances de bilan et de remue-méninges autour des 17 ODD. Chaque groupe de réflexion (ou room) réunira de 12 à 15 membres invités du corps professoral, de l’effectif étudiant et du personnel qui participeront à une conversation semi-structurée sur la façon dont Concordia peut exercer un impact plus favorable et contribuer plus efficacement à bâtir un avenir plus durable.

Une séance 17 Rooms aura lieu chaque semaine de la mi-janvier à mai. Les rencontres auront lieu en présentiel à l’ESPACE 4 de Concordia, dans la mesure où la situation sanitaire le permet.

Monica Mulrennan et Jason Ens. Monica Mulrennan et Jason Ens

« Le but consiste à décomposer les ODD – lesquels sont assortis d’un plan d’action mondial très vaste et complexe en tant que moyen de parvenir au développement durable – en sujets de discussion plus faciles à gérer », explique Jason Ens, directeur général des politiques pédagogiques, de la planification et des initiatives stratégiques au Vice-rectorat exécutif aux affaires académiques, qui agit en outre à titre d’animateur.

« L’exercice crée un espace où les gens ayant des champs d’intérêt communs peuvent réfléchir à des moyens de rendre leur travail respectif plus complémentaire, d’atteindre une plus grande synergie et de miser sur les actifs existants pour résoudre un problème particulier.

« Plutôt que de lancer une flopée de nouvelles initiatives, poursuit M. Ens, les conversations nous permettront de déterminer nos points forts et les occasions à exploiter, de trouver ensemble des façons de pousser plus loin notre action et de mieux harmoniser nos efforts. »

Par exemple, une des conversations sera axée sur le premier ODD – Éliminer la pauvreté. « Tout d’abord, nous devons cerner la situation locale actuelle entourant la pauvreté, indique-t-il. Qui sont celles et ceux qui font des recherches sur le sujet? Que font les associations étudiantes pour contrer la pauvreté? Qu’offrons-nous comme soutien par l’entremise des services et des programmes universitaires existants? »

« En procédant ainsi, nous préparons le terrain en vue de déterminer ce que nous pourrions faire ensemble – en collaboration avec d’autres membres de notre communauté interne et d’autres partenaires – pour réduire la pauvreté, que ce soit au sein de la communauté universitaire locale, de la communauté montréalaise élargie ou bien au Canada et dans le monde. »

Monica Mulrennan est vice-rectrice adjointe à la recherche – Développement et rayonnement au Vice-rectorat à la recherche et aux études supérieures et professeure au Département de géographie, urbanisme et environnement. Elle collabore à l’animation des séances 17 Rooms avec son collègue Jason Ens. Ensemble, ils codirigent une équipe de planification réunissant onze membres du corps professoral, du personnel et de l’effectif étudiant de Concordia.

« La méthode 17 Rooms est particulièrement avantageuse pour Concordia, en ce sens qu’elle mise sur nos engagements actuels envers un monde plus juste, durable et inclusif », fait valoir Mme Mulrennan.

« Cette approche est aussi une façon innovante de concrétiser de manière ciblée des idées assez ambitieuses pour entraîner des retombées intéressantes, mais assez modestes pour être menées à bien dans un échéancier de 12 à 18 mois. »

« J’ai espoir que cet exercice stimulera la réflexion, permettra de jeter des ponts et de tisser de nouvelles collaborations qui se solderont par des résultats concrets à court terme. Je souhaite aussi qu’il contribue à cristalliser une vision commune quant à la manière dont Concordia peut contribuer à façonner un monde meilleur. »

Elle ajoute que la méthode sera flexible et adaptable tout en respectant une structure et une conception uniforme, pour s’assurer de pouvoir tirer le maximum des séances de remue-méninges.

« Mon rôle à titre de cofacilitatrice consistera à proposer un cadre initial pour la conversation, à faire en sorte que les échanges se déroulent dans le respect et l’inclusion, et à soutenir la communication et l’apprentissage », précise Mme Mulrennan.

Jason Ens tient à souligner que l’exercice 17 Rooms ne constitue qu’un point de départ.

« Voici ce que j’adorerais voir émerger de cette démarche : une petite série d’initiatives à l’échelle de l’établissement, des choses que nous pouvons mettre en pratique tous ensemble à l’Université – pas seulement en tant que chercheurs, qu’étudiants ou que membres du personnel, mais quelque chose à laquelle tout Concordia peut participer. »


Toute personne intéressée à participer à la conversation 17 Rooms au sujet d’un ou de plusieurs des ODD des Nations Unies est invitée à contacter l’équipe de planification 17 Rooms par courriel à l’adresse
seventeenrooms@concordia.ca.

Toute personne intéressée à participer à la conversation 17 Rooms au sujet d’un ou de plusieurs des ODD des Nations Unies est invitée à répondre en ligne au sondage 17 Rooms.

Apprenez-en davantage à propos des objectifs de développement durable à Concordia.

Regardez un enregistrement vidéo du lancement virtuel de l’initiative d’engagement de Concordia envers les objectifs de développement durable de l’ONU, qui a eu lieu le 29 novembre dernier.

 



Retour en haut de page

© Université Concordia