Un don de 50 000 $ vient appuyer la prochaine génération de femmes ingénieures

Une bourse fondée par la famille de Viswanath Tata, professeur d’aérospatiale à Concordia, est inaugurée à l’École de génie et d’informatique Gina-Cody
14 avril 2022
|
Par Richard Burnett (B.A. 1988)

viswanath-tata_1920 Avec sa famille, le professeur d’aérospatiale Viswanath Tata a lancé la bourse L.K.-Rao-et-Ramasita-Tata en l’honneur de ses parents.

Viswanath Tata, professeur à Concordia, veille à perpétuer l’héritage de ses parents. Deux fois diplômé de Concordia (B. Ing. 1981, M. Ing 1988) et chargé de cours au Département de génie mécanique, industriel et aérospatial de l’École de génie et d’informatique Gina-Cody, le professeur a établi, avec sa famille, la bourse L.K.-Rao-et-Ramasita-Tata en l’honneur de son défunt père, L.K. Rao Tata, et de sa mère, Ramasita Tata.

« Mon père disait toujours que, comme immigrants issus de minorités visibles, nous devions travailler un peu plus fort pour obtenir les mêmes chances que les autres. Ma formation et mes diplômes acquis à Concordia m’ont aidé à partir du bon pied », souligne le Pr Tata.

Lorsque le père de Viswanath Tata est décédé en 2019, il a légué une partie de son patrimoine pour soutenir des étudiants en Inde. Ce geste a incité le professeur ainsi que ses frères et sœurs à créer la bourse L.K.-Rao-Tata-et-Ramasita-Tata.

D’une valeur de 50 000 $, le don versé à la Campagne pour Concordia servira à soutenir des femmes – plus particulièrement des étudiantes étrangères venant de l’Inde – inscrites à la maîtrise à l’École de génie et d’informatique Gina-Cody. Les bourses sont d’une valeur de 5 000 $ chacune.

« Mes deux grands-pères étaient directeurs d’école – l’un dans un établissement primaire, et l’autre, dans un établissement secondaire – dans un petit village du sud de l’Inde, et mon père, issu d’une famille de 12 enfants, a été le seul de sa fratrie à pouvoir accéder aux études postsecondaires », explique Viswanath Tata.

« Mon père, qui avait une formation universitaire, a poursuivi ses études à la maîtrise avant d’émigrer au Canada avec ma mère et nous, leurs enfants, en 1966. À son arrivée au pays, il n’avait littéralement pas un sou en poche. Il a trouvé un emploi et a encouragé ses quatre enfants à s’instruire. »

Deux fois diplômé de Concordia et porte-parole de sa promotion en 1981, le Pr Tata a assumé plusieurs postes clés au cours de sa brillante carrière dans l’aérospatiale, notamment à Pratt & Whitney Canada, à Bell Helicopter Textron (au Texas) et à Bombardier Aviation. Il a en outre été vice-président directeur d’Aerospace Concepts LLC (ACL), société de conseils spécialisée dans les jets d’affaires à grande cabine.

Aujourd’hui à la retraite, le Pr Tata est en voie d’obtenir son brevet de pilote privé, après avoir consacré plusieurs années – selon son profil LinkedIn – à sa « passion pour tout ce qui concerne l’aviation ». Il est désormais professeur d’aérospatiale à temps partiel et chargé d’enseignement à l’École de génie et d’informatique Gina-Cody.

Aider à « alléger les pressions financières »

Viswanath Tata souligne l’importance de ce prix, qui rend hommage aux valeurs de ses parents : « Mes frères et sœurs et moi-même avons tous mené une carrière exemplaire grâce au soutien de nos parents, qui nous ont également inculqué le principe de donner au suivant, de passer le relais. Nous adhérons également à la vision de l’École de génie et d’informatique Gina-Cody en matière d’équité, de diversité et d’inclusion. »

« Le programme de génie est très prenant, très exigeant, et les étudiants étrangers paient des droits de scolarité beaucoup plus élevés que les résidents du pays, ce qui crée des pressions très fortes. En établissant la bourse L.K.-Rao-et-Ramasita-Tata et en renouvelant annuellement notre contribution de 5 000 $, nous espérons aider à atténuer les pressions financières qui pèsent sur les étudiantes méritantes originaires de l’Inde. »

Si enseigner à la prochaine génération de professionnels de l’aérospatiale constitue une expérience gratifiante, le Pr Tata et sa famille se réjouissent tout autant d’honorer la mémoire de leur père.

« Ma mère est ravie de notre initiative, se félicite le Pr Tata. Nous avons hâte de remettre la première bourse, en espérant que ce soit cette année. »



Retour en haut de page

© Université Concordia