La Fondation Jean Paul Riopelle et l’Université Concordia unissent leurs forces pour recueillir et diffuser l’histoire orale

Le Centre d’histoire orale et de récits numérisés lance un projet à l’occasion du centenaire de la naissance de ce peintre emblématique
17 mai 2021
|

black and white portrait of Riopelle in front of an abstract painting Jean Paul Riopelle, Atelier Durantin, Paris, 1952 | Photo: John Craven

À l’aube du centenaire de Jean Paul Riopelle, qui sera célébré en grande pompe en 2023, la Fondation Jean Paul Riopelle et l’Université Concordia font équipe pour réaliser un ambitieux projet de création d’un fonds d’archives orales numériques qui permettra d’approfondir les connaissances et de diffuser, en mettant à profit les plus récentes technologies, le savoir sur la vie et la carrière de l’artiste canadien de renommée mondiale.

Ce partenariat de trois ans, fruit d’une nouvelle entente de collaboration avec le Centre d’histoire orale et de récits numérisés (CHORN), à Montréal, a été propulsé grâce à une bourse de 150 000 $ offerte par la Fondation Jean Paul Riopelle, avec le généreux soutien de La Fondation Audain et de La Fondation Jarislowsky.

Cette bourse permettra de soutenir le travail de Lea Kabiljo, B. Bx-arts, 2004; M.A., 2009, experte en histoire orale et doctorante au département d'éducation artistique de l’Université Concordia, qui recueillera au cours des prochaines années une multitude de témoignages de proches, membres de la famille, amis et collègues ayant connu et côtoyé Jean Paul Riopelle au cours de sa vie, mais aussi d’artistes contemporains qui ont été influencés et inspirés par l’œuvre unique de Riopelle. Dans le cadre de ses recherches, Mme Kabiljo travaillera étroitement avec Emma Haraké, M.A., 2019, coordonnatrice au CHORN, sous la direction de Sébastien Caquard, co-directeur du CHORN. L'équipe bénéficiera également du soutien de la recherchiste de la Fondation Riopelle, Colette St-Hilaire.

À terme, l’objectif est de rendre accessibles au grand public ces récits, dans le cadre d'un projet numérique nouveau genre, qui permettront d’approfondir la compréhension de l’œuvre et de la vision de l’artiste. Le résultat de ce partenariat sera dévoilé dans le cadre des célébrations du centenaire de Jean Paul Riopelle, prévues pour 2023.

water fountain installation with flames, by Riopelle "La joute", by Jean Paul Riopelle, Montreal.

À terme, l’objectif est de rendre accessibles au grand public ces récits, dans le cadre d'un projet numérique nouveau genre, qui permettront d’approfondir la compréhension de l’œuvre et de la vision de l’artiste. Le résultat de ce partenariat sera dévoilé dans le cadre des célébrations du centenaire de Jean Paul Riopelle, prévues pour 2023.

« Nous sommes très fiers d’annoncer ce nouveau partenariat et remercions chaleureusement l’Université Concordia, la Fondation Audain et la Fondation Jarislowsky pour leur précieuse collaboration dans ce magnifique projet," dit Manon Gauthier, directrice générale de la Fondation Jean Paul Riopelle.

"L’expertise poussée de l’équipe du CHORN va permettre de réaliser des archives orales numériques de haut calibre, alliant à la fois les technologies de pointe et le facteur humain afin de retracer et documenter pour la postérité le parcours hors du commun de l’un des artistes les plus marquants du XXe siècle dans le monde. Ces archives orales promettent déjà de nous transporter au-delà des images, des photos et des œuvres de Riopelle afin de découvrir l’artiste derrière l’art. Les récits qui auront été recueillis au terme de ce partenariat constitueront ainsi un legs inestimable pour les futures générations d’artistes qui y trouveront assurément d’inépuisables sources d’inspiration. »

Caquard, du COHDS, est tout aussi satisfait de cette collaboration et propose une analogie pertinente:

« L’histoire orale est un peu à l’histoire ce que le pointillisme est à la peinture ; elle permet d’agencer des voix diverses et singulières comme autant de points sur une toile pour offrir une vision d’ensemble sur une période, un événement, une communauté, une vie ou une œuvre. Le projet autour de l’œuvre et de la vie de Jean Paul Riopelle s’inscrit dans cette perspective puisqu’il pose un regard renouvelé et diversifié sur le travail de l’artiste, sur son époque et sur son influence contemporaine à partir des voix de ceux qui l’ont côtoyé ou qu’il a inspiré. Le CHORN est très fier de collaborer avec la fondation Jean-Paul Riopelle pour redessiner les contours de l’œuvre et la vie de cet artiste à travers les nuances et la profondeur qu’offre l’histoire orale. »    

Kabiljo aura un été chargé au COHDS, préparant la sensibilisation du public.

« Ce sera un privilège de pouvoir approfondir notre connaissance de l’homme qu’était Jean Paul Riopelle au-delà son art à travers les anecdotes, les expériences et les souvenirs de ceux qui l’ont connu personnellement ou qui ont été inspirés par son œuvre. Un artiste du niveau de Riopelle laisse sa marque sur le monde qui l’entoure de plusieurs manières. Ce sera donc fascinant de découvrir l’ampleur de son influence sur le monde des arts d’hier à aujourd’hui. »

Lea Kabiljo : une artiste et chercheuse multidisciplinaire

Lea Kabiljo est doctorante au sein du département d'éducation artistique de l'Université Concordia, à Montréal. Ses sujets de recherche comprennent l'histoire orale, la photographie, l'empathie dans un contexte pédagogique et les programmes de formation des enseignants. Sa pratique artistique combine l’histoire orale et la photographie et elle enseigne les arts visuels au secondaire de même que les médias temporels au premier cycle universitaire.

Mme Kabiljo était auparavant directrice générale de LOVE : Leave Out Violence, un organisme de premier plan dans le domaine de la prévention de la violence chez les jeunes vulnérables. Elle est récipiendaire de la bourse doctorale du Fonds de recherche du Québec ainsi que de nombreuses distinctions décernées par l’Université Concordia.

L’histoire orale : une discipline millénaire

Depuis la nuit des temps, le savoir se transmet à travers des récits oraux. Cette pratique traditionnelle, notamment très présente chez les Premières Nations et les Inuits du Canada, fascinait Jean Paul Riopelle. L’artiste alla même jusqu’à dédier une série complète d’œuvres inspirées des jeux de ficelle – « ajaraaq » en Inuktitut – pratiqués par les jeunes Inuits.

Tissant des liens entre l’histoire orale, les médias virtuels, les arts et l’éducation, ce projet collaboratif allie à la fois traditions et technologies modernes pour permettre, à travers les récits qui seront recueillis sur la vie, l’œuvre et l’influence de Riopelle, d’assurer la transmission du savoir pour la postérité.

Contribution du public au projet d’archives orales

Vous avez connu Jean Paul Riopelle de son vivant ? Vous êtes un artiste dont l’œuvre fut en partie influencée par Riopelle ? La Fondation Riopelle et l’Université Concordia souhaitent connaître vos histoires !

Restez à l’affut au cours des prochains mois alors qu’un appel sera lancé publiquement afin de solliciter la contribution de toutes les personnes qui ont connu Jean Paul Riopelle au cours de sa vie, au Canada comme partout dans le monde. Votre récit pourrait être enregistré par l’équipe du CHORN afin d’être ajouté à notre banque d’archives orales retraçant la vie incroyable et la prolifique carrière de l’artiste !

À propos de la Fondation Jean Paul Riopelle

Fondée en 2019 par un groupe de philanthropes canadiens, la Fondation Jean Paul Riopelle a pour mission de célébrer et perpétuer la vision et l'œuvre de Riopelle au Canada et dans le monde entier, de soutenir et inspirer les artistes de la relève en arts visuels, d'encourager l'exploration et l'expérimentation en matière de création, et d'en promouvoir l'enseignement et l'apprentissage. Véritable carrefour de référence pour toutes les questions relatives à l’œuvre de l’artiste, la Fondation agit également à titre de centre de recherche et d'analyse en matière de documentation, publication et discours relatifs à l'œuvre de Jean Paul Riopelle. L'année 2023 marquera le centenaire de Jean Paul Riopelle.



Retour en haut de page

© Université Concordia