La Fondation de l’Université Concordia aide à faire connaître les meilleurs gestionnaires de fonds éthiques du Canada

Le Grand championnat canadien ESG vise à accroître la transparence dans le secteur de la gestion de fonds
22 mars 2022
|

L’Université Concordia s’est associée à sept autres investisseurs institutionnels canadiens pour dénicher les meilleurs gestionnaires d’actifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) du pays. Leur objectif? Accroître la transparence sur le marché de la gestion des fonds durables.

Dans le cadre du Grand championnat canadien ESG, plus de 55 gestionnaires de fonds des quatre coins du pays rivaliseront en vue d’obtenir une partie d’un mandat d’investissement de 75 millions de dollars. Pour remporter le concours, les candidates et candidats devront proposer les approches les plus crédibles en matière d’investissement ESG dans trois classes d’actifs distinctes : actions et revenus fixes, placements alternatifs et multiactifs.

Inspiré d’un événement similaire ayant lieu au Royaume-Uni, le championnat ESG est organisé par la Fondation familiale Trottier, une société d’investissement à vocation sociale établie à Montréal. La Fondation de l’Université Concordia, la Commission de dotation pour la protection de l’environnement Skagit, la Fondation du Grand Montréal, la Fondation Sitka, la Fondation Consecon et deux fiducies d’intérêt privé financent également le fonds de 75 millions de dollars. La fondation de Concordia, principal organe d’investissement de l’Université, a contribué à hauteur de 15 millions de dollars.

« La philosophie de ce concours est valoriser les organisations dotées d’une forte conviction qui adhèrent aux principes ESG », explique Marc Gauthier, trésorier et chef du placement de Concordia.

La société d’experts-conseils Millani, spécialisée en ESG, et le cabinet Normandin Beaudry, société de conseil en investissement, aideront à établir la liste des candidats retenus pour chaque catégorie d’actifs, laquelle sera dévoilée le 11 mai. Les finalistes présenteront leurs propositions à l’occasion d’un événement public le 2 juin, devant un comité d’experts et un public en direct. Les lauréates et lauréats seront désignés à l’automne.

Au cours de la dernière décennie, l’investissement ESG a gagné en popularité. Le Rapport de tendances de l’investissement responsable canadien 2020 révèle que l’investissement responsable constitue la pratique la plus répandue parmi les investisseurs canadiens, avec 3,2 billions de dollars d’actifs sous gestion affectés à des initiatives responsables.

Selon Bloomberg, l’industrie mondiale de la gestion d’actifs a généré 1,8 milliard de dollars en honoraires provenant de fonds durables en 2021, soit une augmentation de 40 % par rapport à 2020.

« Le risque d’écoblanchiment est bien réel »

Or, compte tenu de la demande croissante pour les investissements ESG, les préoccupations relatives à l’écoblanchiment – qui consiste à laisser croire que l’approche d’un gestionnaire d’actifs est plus durable qu’elle ne l’est réellement – revêtent une importance accrue pour les investisseurs.

« Naviguer dans ce marché de l’investissement responsable en pleine effervescence relève de l’aventure au Far West, a commenté Éric St-Pierre, directeur général de la Fondation familiale Trottier, dans un communiqué de presse. Il est aussi essentiel que difficile de vérifier ce qui se cache sous l’étiquette, car le risque d’écoblanchiment est bien réel. »

Les investisseurs souhaitent d’ailleurs aborder cette question au terme du concours en publiant un rapport sur « l’état de l'industrie » fondé sur les conclusions tirées de cette épreuve. Le rapport présentera notamment des moyens de favoriser la transparence et la fiabilité dans la gestion des fonds ESG.

« J’ai hâte de voir si, dans un an, ce processus aura permis de sensibiliser davantage les gens à l’importance d’adopter une approche ciblée dans ce domaine », déclare Marc Gauthier.

« L’idée est de différencier les gestionnaires qui se situent dans une logique de marketing et ceux qui sont réellement engagés. L’objectif ultime est de favoriser une meilleure reconnaissance de ce dévouement, et j’espère que nous y parviendrons. »

La participation de la fondation au championnat ESG s’inscrit dans la démarche globale de Concordia en matière de durabilité. L’Université s’est notamment engagée à promouvoir l’éducation et la recherche dans le domaine de la durabilité, à atteindre la carboneutralité en 2050 au plus tard, ainsi qu’à adhérer aux objectifs de développement durable (ODD) de l’Organisation des Nations Unies (ONU). Notre établissement compte parmi les 25 meilleures universités du monde pour les activités se rapportant à trois ODD et se classe parmi les 100 meilleures au classement général.

En 2019, l’Université Concordia s’est engagée à se départir de ses investissements dans le charbon, le pétrole et le gaz naturel d’ici cinq ans, et à se convertir entièrement à l’investissement durable d’ici 2025.

M. Gauthier indique que la fondation a entamé une réflexion sur la composition de son portefeuille de placements, et il espère obtenir l’approbation de son conseil d’administration d’ici le mois de mai.

Alors que les portefeuilles de placements sont habituellement structurés en fonction des catégories d’actifs, la fondation entend articuler ses investissements autour de trois objectifs de durabilité : des placements thématiques affectés au secteur de l’environnement, des placements destinés à résoudre des problèmes sociaux et à faire avancer la société, ainsi que des placements visant à promouvoir les entreprises les plus exemplaires et socialement responsables.


Apprenez-en plus sur le
Grand championnat canadien ESG et l’engagement de Concordia à l’égard des objectifs de développement durable de l’ONU.  

 

 



Retour en haut de page

© Université Concordia