Vie de campus avec Guy Gosselin

Le chef de la planification et de l’exploitation des installations discute du rôle qu’il a joué dans la réouverture des campus de l’Université Concordia
5 octobre 2021
|
Par Daniel Bartlett

Un homme portant un polo rayé est assis à un bureau avec un écran d'ordinateur devant lui. Guy Gosselin : « Le fait de voir de nombreuses personnes travailler ensemble à la réalisation d’un même objectif m’a vraiment motivé. »

Vie de campus est une série d’articles sur des membres inspirants du personnel et du corps professoral qui ont travaillé sur les campus Sir-George-Williams et Loyola durant la pandémie de COVID-19. Pour soumettre une candidature, écrivez à now@concordia.ca.

La journée type de Guy Gosselin a radicalement changé lorsque la pandémie de COVID-19 s’est déclarée. Comme la majorité des membres du corps professoral et du personnel de l’Université Concordia, le chef de la planification et de l’exploitation des installations à l’École de génie et d’informatique Gina-Cody a dû apprendre rapidement à travailler à distance, tout en continuant de superviser les projets de construction et de rénovation entrepris sur le campus.

« Les deux ou trois premiers mois, je suis venu plusieurs fois sur le campus afin de gérer des urgences ou des problèmes, souligne M. Gosselin. Comme certains gestionnaires de projets ne pouvaient pas être sur place et qu’il fallait répondre aux questions, il me semblait plus facile de me déplacer. »

Quelque 18 mois plus tard, les modalités de travail de M. Gosselin s’inscrivent dans un modèle hybride. Quand les projets tirent à leur fin, ses collègues le voient souvent travailler sur le campus jusqu’à cinq jours par semaine. Sinon, il fait le trajet jusqu’à l’Université environ deux fois par semaine.

M. Gosselin estime avoir le beurre et l’argent du beurre.

« Le télétravail présente certains avantages. J’aime prendre mon temps le matin et ne pas avoir à me déplacer », précise-t-il.

« Par contre, il en découle un sentiment d’isolement après un certain temps. La dimension sociale de mon travail, qui est considérable, m’a manqué. Une visite sur le campus me permet de voir des gens et de régler des problèmes pour le compte de l’Université. »

Au-delà des fonctions habituelles

Le poste que M. Gosselin occupe à l’École de génie et d’informatique Gina-Cody de l’Université Concordia porte sur la planification et l’exploitation des installations. Il rencontre périodiquement les membres du Service de gestion immobilière aux fins de la réalisation de projets de rénovation et veille à ce que l’infrastructure des laboratoires de recherche et d’enseignement de l’école demeure en bon état.

Plusieurs projets d’envergure avaient déjà été mis en chantier lorsque la pandémie a commencé à sévir. M. Gosselin et ses collègues ont dû définir de nouvelles stratégies pour poursuivre les travaux en dépit des circonstances inhabituelles. De plus, M. Gosselin a été nommé à l’un des postes de gestionnaire de l’accès aux campus et dès lors chargé d’évaluer la nécessité de toute présence ou visite à l’Université.

« À un certain moment, tout le monde voulait venir récupérer un livre ou un ordinateur. Nous devions dissuader les gens de se présenter à l’Université ou chercher un moyen de les accommoder. »

Puis, à la fin d’avril 2020, Concordia a annoncé qu’elle rouvrirait graduellement ses laboratoires de recherche. Pour M. Gosselin ainsi que pour les autres gestionnaires de l’accès aux campus, les membres du Service de santé, sécurité et environnement et ceux des Services de sécurité et d’urgence du campus, la mise en œuvre et la coordination de cette réouverture partielle ont exigé beaucoup d’effort.

« Il nous a fallu élaborer un plan, le mettre en œuvre et nous assurer que tout le monde effectuait un retour en toute sécurité, précise M. Gosselin. C’était très stressant, mais le fait de voir de nombreuses personnes travailler ensemble à la réalisation d’un même objectif m’a vraiment motivé. Nous avons tous multiplié les efforts pour que l’Université reprenne ses activités. »

Un retour attendu

Depuis qu’ont repris les activités et les cours en personne au trimestre d’automne, M. Gosselin se réjouit de voir professeurs et étudiants de retour sur le campus.

« J’avais hâte de voir les laboratoires de recherche et d’enseignement grouiller d’activité ou d’entendre le murmure des conversations dans les couloirs. »

« La présence des autres vous pousse à prendre des décisions et à aller de l’avant. Cet aspect m’a vraiment manqué. »

Ce que M. Gosselin retient de la dernière année et demie est la rapidité avec laquelle l’Université Concordia a su s’adapter à la situation en mars 2020, alors que le trimestre d’hiver battait son plein.

« L’équipe de direction a pris de bonnes décisions, en particulier au printemps et à l’automne 2020, ajoute-t-il. Elle a fait preuve de transparence, tenu de nombreuses séances de discussion ouverte et instauré la confiance. Ça m’a donné de l’assurance. »


Apprenez-en davantage sur la Feuille de route de Concordia pour un retour en sécurité et en santé.



Retour en haut de page

© Université Concordia