Skip to main content

Anthony Costanzo (1938-2021) : « La voix de Tony était puissante »

Professeur d’études anciennes, de langues modernes et de linguistique pendant de nombreuses années, il a également été président de l’Association des professeurs de l’Université Concordia
8 septembre 2021
|
Par Howard Bokser

20171129-Antonio-Costanzo-768

Anthony Costanzo, professeur d’études anciennes, de langues modernes et de linguistique à Concordia depuis plus de 50 ans et ancien président de l’Association des professeurs de l’Université Concordia, est décédé à Montréal le 17 juin dernier.

M. Costanzo a d’abord enseigné l’italien au Département de linguistique et de langues modernes du Loyola College, un des établissements fondateurs de Concordia, en 1968.

Il est devenu professeur agrégé dans ce qui est maintenant le Département d’études anciennes, de langues modernes et de linguistique à Concordia en 1980. Ses domaines d’intérêt en recherche étaient la langue et la littérature italiennes du Moyen Âge et de la Renaissance.

M. Costanzo a officiellement pris sa retraite en 2008, mais il a continué à enseigner jusqu’à cette année.

Né en Italie en 1938, il est arrivé au Canada avec sa famille en 1951. Dans un témoignage vidéo touchant qu’il a réalisé en 2018 pour expliquer pourquoi il avait fait un don planifié à Concordia, M. Costanzo a rappelé qu’il avait failli abandonner l’école secondaire.

« Ma mère m’a dit : "Tu ne veux pas aller à l’école? Un jour, tu le regretteras." Cela m’a poussé », a-t-il raconté.

M. Costanzo a plutôt progressé sur le plan scolaire, obtenant une maîtrise en langues romanes de l’Université de Washington à Seattle en 1964 avant de retourner à Montréal et de finalement rejoindre Loyola.

« Tout au long de ma carrière, d’autres m’ont inspiré, m’ont poussé à viser plus haut », a déclaré M. Costanzo dans la vidéo. « Au fil des ans, j’ai dû avoir des milliers (d’étudiants). Si nous aidons les étudiantes et étudiants aujourd’hui, ils nous aideront demain. Et ils aideront à changer le monde demain parce qu’avoir une éducation est le passeport pour une vie meilleure. »

Dirigeant syndical

M. Costanzo s’est impliqué dans l’Association des professeurs de l’Université Concordia (APUC) à partir de la fin des années 1980. Il a été vice-président de l’APUC en 1990-1991 et président en 1991-1992. Il a rejoint l’APUC en tant que secrétaire de 2007 à 2010, puis à titre de membre extraordinaire de 2010 à 2014.

« Tony a pris très au sérieux les responsabilités de l’APUC en tant que syndicat », explique Charles Draimin, professeur de comptabilité à l’École de gestion John-Molson et membre extraordinaire de l’APUC.

« Qu’il s’agisse de négociations contractuelles, de questions salariales ou de défense de membres du corps professoral, la voix de Tony était puissante. Il a apporté une contribution vitale à la mission et aux activités de l’APUC. »

Dario Brancato, professeur d’études anciennes, de langues modernes et de linguistique à Concordia, se souvient affectueusement de son défunt collègue. « J’ai rencontré Tony Costanzo lorsque j’ai commencé à Concordia en 2005. Je venais à peine de terminer mon doctorat, alors que lui enseignait déjà depuis plusieurs décennies », explique M. Brancato.

« Alors qu’il était au Loyola College, il a été l’un des membres du corps professoral qui a consolidé les cours d’italien dans un programme de premier cycle à part entière. Par conséquent, il connaissait non seulement à la fois notre département, mais l’Université de fond en comble », commente-t-il.

M. Brancato raconte que lorsqu’il faisait des recherches sur l’histoire du programme d’italien à Concordia, il a découvert que les archives étaient rares.

« J’ai demandé à Tony de combler les lacunes et de refaire les liens entre les événements qui me semblaient incorrects. Il se souvenait des moindres détails de notre lointain passé, qu’il s’agisse des personnes, des faits et des événements. Il était comme une archive vivante », se rappelle M. Brancato.

« Mes conversations avec lui dans son bureau sur ses trois passions me manqueront : la culture italienne – en particulier la vinification –, l’enseignement et Concordia, un endroit qu’il adorait et qu’il aura adoré jusqu’à sa mort. »


Apprenez-en plus sur les
dons planifiés à Concordia et sur la façon dont l'université apporte son soutien en cas de besoin.

 



Retour en haut de page

© Université Concordia