Don de 500 000 $ permet la création du tout premier centre voué à la percée des femmes dans le monde des affaires

L’École de gestion John-Molson accueille le nouveau Centre d’entrepreneuriat et de gestion au féminin Barry-F.-Lorenzetti.
26 mai 2021
|
Par Ian Harrison, BComm 01

Louise Champoux-Paillé et Ingrid Chadwick Situé à l’École de gestion John-Molson, le Centre d’entrepreneuriat et de gestion au féminin Barry-F.-Lorenzetti sera codirigé par Louise Champoux-Paillé (volet pratique) et Ingrid Chadwick (volet éducatif).

Un don récemment versé dans le cadre de la Campagne pour Concordia : Place à la nouvelle génération servira à soutenir la recherche, l’apprentissage et le leadership au féminin à l’École de gestion John-Molson.

En effet, Barry F. Lorenzetti – fondateur de la société BFL CANADA – a récemment remis 500 000 $ à l’Université Concordia pour créer le Centre d’entrepreneuriat et de gestion au féminin Barry-F.-Lorenzetti et doter des bourses d’études et de recherche à l’intention d’étudiantes du premier cycle et des cycles supérieurs. Le centre sera codirigé par Ingrid Chadwick (volet éducatif) et Louise Champoux-Paillé (volet pratique).

L’objectif est de faire de ce centre un carrefour d’expertise et de recherche durablement consacré aux femmes entrepreneuses ou dirigeantes.

Ainsi, le centre :

  • mettra sur pied des projets collaboratifs sexospécifiques dans les domaines de l’entrepreneuriat, du leadership, des entreprises familiales et de la gouvernance;
  • formulera des propositions pour favoriser la progression des femmes en matière d’entrepreneuriat et de leadership; et
  • facilitera les partenariats entre le monde des affaires et le milieu universitaire afin de jeter des ponts entre la pratique professionnelle et la recherche.

« Premier du genre au Canada, le centre accroît nos forces à titre d’école de gestion, où les études supérieures en entrepreneuriat figurent d’ailleurs au dernier palmarès de la société The Princeton Review, précise Anne-Marie Croteau, doyenne de l’École de gestion John-Molson. Le centre contribuera à la réalisation d’un volet clé du plan stratégique de l’école, car il nous aidera à attirer des talents remarquables dans le domaine de la recherche axée sur l’équité, la diversité et l’inclusion dans le monde des affaires. »

Visionnez : la doyenne Anne-Marie Croteau remercie notre donateur.

« L’entrepreneuriat au féminin joue un rôle fondamental aux fins de la création d’emplois comme de la croissance socioéconomique de notre communauté, explique Barry F. Lorenzetti. Du reste, les femmes favorisent l’essor social dans le monde entier! »

« Ce don permet à Concordia de consolider sa place à l’avant-garde de la recherche innovante en entrepreneuriat, plus particulièrement dans une optique sexospécifique », affirme Ingrid Chadwick.

« Au moyen d’activités de mentorat et de sensibilisation ainsi que de symposiums, le centre encouragera l’échange de connaissances, ajoute Louise Champoux-Paillé. À leur tour, ces savoirs favoriseront l’élaboration de politiques soutenant les femmes et prônant la parité et l’équité entre les hommes et les femmes. »

Visionnez : les codirectrices Ingrid Chadwick et Louise Champoux-Paillé décrivent leurs espoirs pour le nouveau centre.

Diplômée de l’École de gestion John-Molson et vice-présidente régionale – Est du Canada chez BFL CANADA, Lisa Giannone, B. Comm. 1991, signale qu’au centre, « des femmes occupant des postes de direction dans le milieu universitaire côtoieront des entrepreneuses et des dirigeantes issues du monde des affaires. Cette synergie est très importante, car l’autonomisation des femmes contribue au développement économique. »

« Nous sommes extrêmement reconnaissants à Barry F. Lorenzetti de son généreux don à la Campagne pour Concordia, souligne Graham Carr, recteur de l’Université. Nul doute, ce nouveau centre facilitera l’accomplissement de notre mission : bâtir une société plus équitable et plus inclusive. »

Visionnez : Lisa Giannone, B. Comm. 1991, vice-présidente régionale de BFL CANADA, discute de l’importance du leadership au féminin.


Retour en haut de page

© Université Concordia