La maîtresse des communications

Stacey Masson, B.A. 2000
11 juillet 2022
|
Par Damon van der Linde, B.A. 2008

Stacey Masson, B.A. 2000

Après avoir occupé divers rôles d’importance à TELUS, Hydro-Québec et Germain Hôtels, la diplômée de Concordia Stacey Masson a travaillé comme vice-présidente du marketing et des communications chez Cossette jusqu’en juin 2022, période à laquelle elle a démissionné pour se lancer dans une nouvelle aventure – pas encore précisée au moment d’écrire ces lignes.

En repensant à son mandat de cinq ans au sein de l’agence basée à Québec qui aide les organismes – dont Amnistie internationale, Reitmans et la Fondation SickKids – à communiquer plus efficacement, MmeMasson affirme qu’il n’y avait pas de journée typique dans son travail.

« Je pouvais être train de réfléchir à des initiatives de marque puis soudain appelée à une équipe à traiter un enjeu de réputation, affirme-t-elle. La seule constante était que je travaillais tous les jours avec des gens incroyablement intelligents. »

Une grande partie de la vision de Mme Masson a été forgée à Concordia, où elle a appris qu’une bonne publicité englobe la responsabilité sociale.

Un récit authentique est la clé, selon elle : « Être vraiment à l’écoute de l’histoire de quelqu’un – en particulier une histoire différente de la vôtre – peut entraîner un changement positif. »

Fait marquant de sa carrière

« Aider les gens à apprendre et à atteindre leur plein potentiel. Certains de mes employés et collègues ont commencé comme stagiaires et sont maintenant d’excellents dirigeants. Je suis très fière de penser que j’ai contribué à ce parcours. »

Le facteur Concordia

« Le Département de communication offrait un apprentissage expérientiel et avait une approche qui recoupait la théorie sociale et culturelle. C’était un environnement ouvert qui encourageait la curiosité. »

À propos de l’inclusivité

« Je suis une féministe qui a toujours remis en question le masculin par défaut dans la langue française et la façon dont cela contribue aux préjugés et aux stéréotypes. avons d’adopter intentionnellement un langage inclusif et non genré dans toutes nos communications. »

« Nous vivons tant de moments historiques, de la sensibilisation à l’injustice raciale à la prise de conscience des inégalités systémiques. J’espère que les dirigeants s’efforcent non seulement de changer les mentalités, mais aussi de mettre en œuvre des changements durables. »

À propos de la prochaine étape

« J’ai passé 20 ans à mettre en œuvre des stratégies de communication dans diverses régions, langues et cultures pour des marques nationales. Je souhaite désormais accroître ma contribution et mettre à profit mon expérience pour faire le bien à temps plein. »



Retour en haut de page

© Université Concordia