Une nouvelle étude révèle que l’érotophilie et la recherche de sensations sexuelles permettent de prédire efficacement l’intérêt pour les robots sexuels

Simon Dubé examine les traits de personnalité des gens les plus susceptibles d’essayer l’érobotique
13 septembre 2022
|
Credit: Pixabay

Les avancées technologiques, en particulier en intelligence artificielle (IA), ont des répercussions de plus en plus variées dans notre vie quotidienne, et même sexuelle. Les robots sexuels – ces machines grandeur nature à l’allure humaine alimentées par IA et utilisées à des fins sexuelles – font partie de ces systèmes technologiques émergents. Bien que ces appareils n’occupent encore qu’un créneau de marché, ils offrent un potentiel certain de croissance commerciale selon les gens qui les fabriquent, les utilisent et les étudient.

Mais pour évaluer et comprendre l’évolution de la demande pour les robots sexuels, les parties prenantes doivent d’abord comprendre qui souhaite les utiliser et pourquoi. Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Computers in Human Behavior, Simon Dubé se penche sur les traits de personnalité des gens qui se disent prêts (ou non) à utiliser ces technologies. M. Dubé est un ancien chercheur engagé de Concordia qui a terminé ses études doctorales cet été.

« Il est extrêmement important de comprendre qui sont les premiers utilisateurs des robots sexuels et d’où la demande initiale provient, affirme-t-il. Les entreprises qui les fabriquent doivent le savoir et s’y adapter pour poursuivre le développement de ces technologies. »

Simon Dubé Simon Dubé : « Il est extrêmement important de comprendre qui sont les premiers utilisateurs des robots sexuels et d’où la demande initiale provient. »

Brosser des portraits

Les résultats ont été obtenus à partir des données des quelque 500 adultes qui ont répondu à un sondage en ligne sur leur attitude à l’égard des robots sexuels. Les chercheurs ont évalué la personnalité des répondants à l’aide d’un modèle standard reconnu, le modèle des BigFive, qui porte sur cinq grandes variables : l’ouverture, l’agréabilité, le caractère consciencieux, le névrosisme et l’extraversion.

« Les évaluations de personnalité aident à prédire les pensées, les émotions et les comportements probables des gens dans toutes sortes de situations, y compris sexuelles, et dans ce cas-ci, la volonté d’essayer de nouvelles technologies érotiques, comme les robots sexuels », explique Simon Dubé, qui poursuivra ses études en tant que boursier postdoctoral à l’Institut Kinsey de l’Indiana cet automne.

Estimant que ces catégories étaient peut-être trop larges, M. Dubé et ses collègues y ont ajouté un modèle destiné à prendre en compte l’attitude des répondants envers le sexe et la technologie. Ce modèle comportait en outre une valeur mesurant la réceptivité à la nouveauté et le désir de faire nouvelles expériences érotiques.

L’équipe a ainsi pu évaluer les traits liés à l’érotophilie ou à l’érotophobie (attitudes positive ou négative envers la sexualité), à la technophilie ou à la technophobie, et à la recherche de sensations sexuelles.

Les résultats révèlent un très faible lien entre les cinq grands traits de personnalité et l’ouverture aux robots sexuels. M. Dubé ne s’en étonne d’ailleurs pas, puisqu’il s’agit de catégories très larges. Les traits plus étroitement liés à la question des robots sexuels ont quant à eux généré des résultats beaucoup plus probants.

« Nous avons déterminé que l’érotophilie et la recherche de sensations sexuelles, conjuguées à un enthousiasme pour les expériences érotiques nouvelles, variées et plus intenses, étaient les principaux indicateurs de l’intérêt à utiliser ces nouvelles technologies, souligne M. Dubé. Un lien, quoique faible, a aussi été observé avec la technophilie et la recherche de sensations non sexuelles. »

M. Dubé ajoute que, dans toutes les études sur le sujet, y compris la sienne, les hommes s’intéressent systématiquement plus aux robots sexuels que les femmes. Il précise cependant que les répondants s’identifiant comme non binaires ou de genre non conforme présentaient un schéma d’intérêt semblable à celui des hommes. Les répondants n’avaient pas à révéler leur orientation sexuelle dans cette étude.

Un produit pour l’instant orienté vers les hommes

À l’heure actuelle, le marché des robots sexuels s’adresse principalement aux hommes hétérosexuels. Les robots de forme féminine, les gynoïdes, sont les plus représentés dans les médias, les publicités et les sites Web. Les modèles haut de gamme peuvent coûter jusqu’à 15 000 $ US. Malgré tout, M. Dubé souligne que les femmes hétérosexuelles sont les principales consommatrices de jouets sexuels, et qu’il y voit une possibilité pour les fabricants de cibler ce type de clientèle à l’avenir, à mesure que la technologie s’améliorera et deviendra plus abordable.

« Pour l’heure, les femmes n’ont probablement pas l’impression que ces produits répondent à leurs préférences ou à leurs besoins, ou elles ne sont pas prêtes à débourser autant d’argent pour quelque chose qui n’a pas besoin d’être particulièrement complexe ou sophistiqué. »

Lire l’article cité (en anglais) : « Sex robots and personality: It is more about sex than robots »



Retour en haut de page

© Université Concordia