La diplômée Nicole Burisch est la nouvelle directrice de la Galerie FOFA de Concordia

Cette conservatrice expérimentée réintègre l’Université pour travailler plus étroitement avec les artistes et les étudiants
2 août 2021
|
Nicole Burisch : « J’entends réfléchir à la façon dont nous pouvons soutenir les pratiques créatives et pédagogiques à l’échelle de la Faculté des beaux-arts. »

Pour Nicole Burisch (M.A. 2011), nouvelle directrice de la Galerie FOFA de Concordia à compter du 2 août, la priorité est que la galerie retrouve son espace physique.

Pendant la pandémie de COVID-19, la Faculté des beaux-arts avait transformé la Galerie FOFA en dépôt mis à la disposition du Centre d’arts numériques pour la distribution de l’équipement et des ensembles de cours destinés aux étudiantes et étudiants en beaux-arts.

« J’ai vraiment été ravie de réintégrer la Galerie FOFA, déclare Mme Burisch. Il était important que le Centre d’arts numériques puisse l’utiliser comme centre de distribution. C’est une bonne chose que les lieux aient pu s’adapter à cet usage et donc être utiles. Mais c’est pour nous une grande joie de les voir redevenir une galerie. »

« J’admire la diversité des pratiques créatives à Concordia »

La conservatrice, critique et artiste remplace Eunice Bélidor, qui a quitté la direction de la Galerie FOFA en avril pour devenir conservatrice, Art canadien et québécois contemporain, au Musée des beaux-arts de Montréal.

Au cours de sa carrière, Mme Burisch a travaillé pour diverses organisations, parmi lesquelles le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC), Optica, le Museum of Fine Arts de Houston. She Works Flexible, Mentoring Artists for Women’s Art, Artexte, la Walter Phillips Gallery, The New Gallery, le Centre des arts actuels Skol et le Mountain Standard Time Performative Art Festival. Après avoir passé près de cinq ans au Musée des beaux-arts du Canada en tant qu’adjointe à la conversation, puis que conservatrice adjointe, Art contemporain, Mme Burisch souhaitait retourner dans une organisation artistique de taille plus modeste.

« J’ai énormément appris au MBAC, mais j’étais nostalgique des modes de travail plus souples et expérimentaux que permettent les plus petites structures, confie-t-elle.

Comme j’ai déjà travaillé dans des centres gérés par des artistes et des collectifs d’art féministe, j’ai pensé que prendre la direction de la Galerie FOFA serait l’occasion de réintégrer une structure plus dynamique. L’occasion de travailler avec toutes sortes d’artistes et de pratiques, et d’être plus réactive à ce qui se passe dans le monde et sur le terrain. »

Mme Burisch souhaitait aussi œuvrer au sein d’une galerie à dimension pédagogique, auprès d’étudiants. Une galerie qui offre des possibilités de mentorat et qui encourage les pratiques émergentes et expérimentales.

« J’admire l’ampleur des pratiques créatives à Concordia et le fait que nous ayons pour mandat de nous investir dans chacune d’elles pour réfléchir à des projets plus vastes et davantage placés sous le signe de l’interdisciplinarité. J’entends réfléchir à la façon dont nous pouvons soutenir les pratiques créatives et pédagogiques à l’échelle de la Faculté des beaux-arts. »

 « J’ai eu droit à un accueil chaleureux »

En tant que diplômée du programme d’histoire de l’art, Mme Burisch a toujours entretenu des liens solides avec Concordia, où elle est fréquemment revenue pour donner des cours sur l’exercice du commissariat et la théorie de l’artisanat. Elle a également été conservatrice de l’édition 2019 de l’exposition IGNITION, à la Galerie Leonard & Bina Ellen.

En plus d’être réputée pour ses projets de commissariat et son attachement à l’art de la performance, Mme Burisch est connue pour ses travaux sur l’artisanat contemporain et les politiques relatives à l’artisanat. Ses écrits et travaux ont été publiés dans de nombreuses revues. Elle a en outre récemment codirigé avec Anthea Black un ouvrage intitulé The New Politics of the Handmade: Craft, Art and Design.

« J’ai eu droit à un accueil chaleureux. J’ai eu l’impression d’être de retour au bercail, dit Mme Burisch. Je suis consciente qu’il me faudra être à la hauteur de mes prédécesseurs à la direction de la Galerie FOFA – Eunice Bélidor, Jennifer Dorner et Jake Moore. Je me réjouis à l’idée de poursuivre leur travail. »

Mme Burisch rend par ailleurs hommage au travail de l’ensemble de l’équipe de la Galerie FOFA.

Femme aux cheveux courts portant un chemisier boutonné blanc et un blazer noir et fleuri coloré Geneviève Wallen

Coordonnatrice des expositions, Geneviève Wallen, a contribué à la rédaction d’essais pour C Magazine ainsi que des anthologies Other Places: Reflections on Media Arts in Canada et The Politics of Spatial Transgressions in the Arts. Elle est également membre du collectif YTB Gallery, coinitiatrice de Souped Up (une série de dîners réunissant conservateurs et travailleurs culturels racialisés), ainsi que membre du Black Curators Forum et du comité consultatif de la conférence BLACK PORTRAITURE[S]: Toronto, Absent/ed Presence.

Mme Wallen s’est récemment jointe au comité consultatif du Centre for the Study of Black Canadian Diaspora. Ses travaux actuels portent principalement sur les convergences de la longévité et du plaisir en tant qu’espaces contemplatifs dans le cadre des soins par l’art.

Femme aux cheveux attachés portant une salopette assise devant une grande plante feuillue Audrey Bilodeau Fontaine

Adjointe aux communications et à la conservation, Audrey Bilodeau Fontaine (B. Bx-arts 2021) a étudié les arts visuels à l’Université du Québec à Montréal et à Concordia. Elle a entre autres récemment été responsable adjointe des événements et des communications au centre Articule, géré par des artistes, ainsi que coordonnatrice artistique au centre d’artistes en art actuel Regart, à Montréal.

Avant la pandémie de COVID-19, Mme Bilodeau Fontaine a effectué un stage en conservation à la Walter Phillips Gallery du Banff Centre for Arts and Creativity, en Alberta. Elle est actuellement gestionnaire des communications au centre OBORO de Montréal.

« Nous avons hâte de reprendre la conservation sur place »

« C’est une équipe formidable qui a su gérer la Galerie pendant cette période transitoire et tout au long de la pandémie, souligne Mme Burisch. Elle a mené à bien des projets vraiment intéressants et proposé par l’intermédiaire de la plateforme CU at FOFA divers éléments, comme des modèles de lettres et des balados, porteurs d’une réflexion sur le temps présent. »

La Galerie restera présente en ligne, ce qui, espère l’équipe, sera utile et apportera un complément aux expositions sur place prévues à l’automne.

« Nous avons hâte de reprendre la conservation sur place, à la Galerie, de travailler avec les artistes, de mettre à profit les vitrines et la cour, et de réfléchir à nos relations avec les visiteurs de Concordia et d’ailleurs. »

Apprenez-en davantage sur la Galerie FOFA de Concordia.

 



Retour en haut de page

© Université Concordia