Un diplômé de Concordia compose la bande sonore d’Antigone – le film qui représentera le Canada aux Oscars!

Jad Orphée Chami s’est immergé dans la production cinématographique « afin que la musique s’y harmonise parfaitement »
17 octobre 2019
|
Antigone s’est révélé le choix du Canada dans la course à l’Oscar du meilleur film international de 2020. | Photo : TIFF

Depuis quelque temps, le film Antigone suscite beaucoup d’intérêt.

Nommé meilleur long métrage canadien au Festival international du film de Toronto, Antigone s’est révélé le choix du Canada dans la course à l’Oscar du meilleur film international de 2020.

Jad Orphée Chami (B. Bx-arts 2019) a eu vent du projet il y a deux ans. Il a su par un ami que Sophie Deraspe, la scénariste et réalisatrice québécoise, tenait des auditions au cégep de Saint-Laurent. L’étudiant avait tout juste 18 ans alors.

La cinéaste cherchait de jeunes adultes – qui n’exerçaient pas professionnellement le métier d’acteur – pour interpréter les membres de la famille d’Antigone. Dans cette version contemporaine de la tragédie grecque, les personnages se heurtent à la réalité parfois pénible des immigrants au Canada.

Bien qu’il n’ait jamais joué de sa vie, Jad Orphée Chami s’est tout de même présenté à l’audition. Là, il a avoué à Sophie Deraspe qu’il ne voulait pas vraiment auditionner pour un rôle dans son film… mais plutôt en composer la musique! Il en a profité pour lui remettre un impromptu, enregistré la semaine précédente.

« Au cours des deux mois suivants, en plein processus de composition musicale, je me suis efforcé de bien suivre le déroulement d’Antigone, explique-t-il. Ainsi, j’y ai fait de la figuration. Je voulais m’immerger entièrement dans l’œuvre afin que la musique s’y harmonise parfaitement. »

L’été suivant, secondé par les membres du quatuor à cordes Andara, Jad Orphée Chami a enregistré le thème mélodique d’Antigone dans l’une des salles de répétition de l’Université Concordia.

Par courriel, Sophie Deraspe l’a informé qu’elle souhaitait collaborer avec lui à la création de la trame sonore du film. Par la suite, celle-ci s’est enrichie de la musique du cocompositeur Jean Massicotte, de pièces de hip-hop et d’airs folkloriques algériens.

Jad Orphée Chami (BFA 19) | Courtesy of Jad Orphée Chami Jad Orphée Chami

« À la fois fier et flatté »

« À mon avis, les étudiants et les jeunes créateurs québécois ont beaucoup de chance de baigner dans un climat aussi propice, affirme Jad Orphée Chami. Ils disposent de plateformes où s’exprimer et être écoutés. »

Du reste, la jeunesse joue un rôle de premier plan dans Antigone.

Le long métrage replace la tragédie grecque de Sophocle dans le contexte urbain de Montréal. Il raconte les tribulations d’une jeune fille, Antigone, qui tente de faire libérer son frère, Polynice, de prison.

L’œuvre traite de la crise identitaire que traversent ses principaux personnages – des immigrants au Québec – ainsi que des préjugés raciaux auxquels ils sont confrontés dans leurs rapports avec les autorités.

Antigone s’est révélé une véritable source d’inspiration pour Jad Orphée Chami. Le scénario lui a d’ailleurs remémoré sa propre expérience d’immigration.

Photo : Sophie Deraspe Photo : Sophie Deraspe

« Souvent, la complexité liée à une appartenance culturelle mixte qui expose à des influences multiples éveille chez l’individu et l’artiste le désir de s’inventer une identité empruntée à la mythologie », soutient-il.

Le jeune créateur s’est senti « à la fois fier et flatté » lorsqu’il a su qu’Antigone représenterait le Canada à la cérémonie des Oscars de 2020. « Cette œuvre aborde d’importants enjeux de notre temps », précise-t-il.

S’il a hâte de savoir ce que l’avenir réserve à Antigone, Jad Orphée Chami multiplie les projets de son côté : « J’ai envie de continuer à composer des musiques, mais aussi de me mettre à l’écriture de paroles. »

Le jeune homme a d’abord assouvi sa passion pour la musique en jouant du piano. De son propre aveu, le baccalauréat ès beaux-arts en musique de Concordia lui a permis de conférer plusieurs orientations à sa carrière. Par exemple, il a découvert l’histoire orale dans le cadre de ses études musicales. En outre, il a composé des œuvres pour un film d’animation et une pièce de théâtre documentaire. Enfin, il a collaboré – à titre de compositeur et de performeur – avec Pierre-Marc Ouellette, chorégraphe invité à l’École de danse contemporaine de Montréal.

Maintenant, Jad Orphée Chami entend approfondir le sujet de sa recherche de maîtrise. En effet, il entame un cursus de deuxième cycle à l’École des hautes études en sciences sociales, à Paris.


Voyez le film
Antigone dans le cadre du Festival du nouveau cinéma ce mois-ci ou en salle en novembre.

Apprenez-en davantage sur le Département de musique de Concordia.

 

 



Retour en haut de page

© Université Concordia