Skip to main content

Une grande donatrice énergise la recherche sur les changements climatiques par son soutien à l’Université Concordia et à l’Université Ben-Gourion du Néguev

Le don d’un million de dollars de Miriam Roland jette les bases de projets pilotes inédits en durabilité
23 janvier 2023
Par Ian Harrison, B. Comm. 2001


Vue sur la ville de Montreal Un nouveau don d’un million de dollars de Miriam Roland sera partagé également entre l’Université Concordia et l’Université Ben-Gourion du Néguev (à droite).

Un généreux don de l’une des plus ardentes bienfaitrices de l’Université Concordia appuiera un nouveau partenariat entre Concordia et l’Université Ben-Gourion du Néguev, située à Be’er Sheva, en Israël.

Partagée également entre les deux établissements, la contribution d’un million de dollars de la grande donatrice Miriam Roland, LL. D. 2018, financera des projets pilotes en durabilité menés conjointement par l’Institut des villes nouvelle génération de Concordia et la Goldman Sonnenfeldt School for Sustainability and Climate Change de l’Université Ben-Gourion.

Pour Graham Carr, recteur et vice-chancelier de Concordia, cet appui permettra à l’Université d’honorer l’engagement pris dans son Plan d’action en matière de durabilité.

AFFICHER LES PHOTOS : L'Université a célébré le don le 23 janvier 2023. 

Portrait d'une femme avec cheveux blancs et lunettes « Je pense que nous vivons sur une planète magnifique, et je souhaite rendre possibles des solutions qui nous aideront à vivre confortablement sans mettre en danger la vie d’autrui », explique Miriam Roland, donatrice de longue date.

« Nous sommes extrêmement privilégiés d’avoir une bienfaitrice aussi dévouée et impliquée que Miriam Roland, explique le recteur. Les objectifs de Concordia en matière de durabilité comprennent un soutien accru à la recherche ciblant les effets des changements climatiques. Nous sommes impatients d’entreprendre cette nouvelle collaboration avec l’Université Ben-Gourion, grâce à un don axé sur un objectif de développement durable des Nations Unies crucial : comment rendre les espaces urbains plus inclusifs, sécuritaires, résilients et durables. »

Les universités Concordia et Ben-Gourion étant situées dans des climats et des environnements culturels extrêmement différents, le partenariat financé par Mme Roland couvrira un éventail d’expériences en matière de durabilité urbaine, de bâtiments carboneutres, de lien entre eau, énergie et nourriture, et plus encore.

Les deux établissements prendront part à des ateliers et à des échanges de connaissances, à des expériences en « laboratoire vivant » et à des collaborations avec les quartiers adjacents à leurs campus, le tout dans le but de promouvoir des approches plus durables du développement urbain.

« Consolidant nature et technologie en vue de faire face à certaines des plus grandes menaces environnementales qui pèsent sur le monde, la Goldman Sonnenfeldt School for Sustainability and Climate Change peut compter sur cinq décennies de savoir et de recherche, affirme Daniel Chamovitz, recteur de l’Université Ben-Gourion. Nous sommes extrêmement reconnaissants à Miriam Roland de ce remarquable don qui favorisera un partenariat exceptionnel avec l’Université Concordia et permettra à nos deux établissements d’œuvrer pour un avenir plus durable. »

« Nous remercions du fond du cœur Miriam Roland pour son formidable dévouement à l’Université Ben-Gourion et à Concordia. Cette recherche renforcera les liens qui unissent Montréal et Be’er Sheva depuis des décennies », ajoute Peggi Cohen-Rabinovitch, présidente de la section montréalaise de l’Université Ben-Gourion du Canada.

« Je souhaite rendre possibles des solutions »

Portrait d'une femme « Le partenariat rendu possible par Miriam Roland favorisera l’avancement de nos travaux sur le terrain tout en assurant leur pertinence dans le monde actuel » affirme Ursula Eicker, fondatrice et codirectrice de l’Institut des villes nouvelle génération de Concordia.

Miriam Roland, qui a siégé au conseil d’administration de Concordia de 1991 à 2004, souligne que Concordia et l’Université Ben-Gourion ont beaucoup en commun. Les deux établissements ont en effet été fondés à la même époque, se sont fixé des objectifs de croissance audacieux et affichent une empreinte de recherche impressionnante par rapport à leur taille.

« Je suis profondément préoccupée par l’état du monde que nous laisserons aux générations futures, explique la philanthrope âgée de 92 ans, diplômée de l’Université Stanford et de l’Alfred Adler Institute de Chicago (aujourd’hui l’Université Adler). Je pense que nous vivons sur une planète magnifique, et je souhaite rendre possibles des solutions qui nous aideront à vivre confortablement sans mettre en danger la vie d’autrui. »

Pour Ursula Eicker, fondatrice et codirectrice de l’Institut des villes nouvelle génération, et titulaire de la chaire d’excellence en recherche du Canada sur les collectivités et les villes intelligentes, durables et résilientes, des solutions efficaces aux changements climatiques existent, mais demeurent souvent théoriques. Le défi pour les chercheuses et chercheurs consiste selon elle à fournir une démonstration de faisabilité incitant les intervenants d’importance – comme l’industrie ainsi que les gouvernements régionaux et nationaux – à agir.

« C’est là que réside la beauté du don de Miriam Roland, poursuit la Pre Eicker. Le partenariat qu’elle a rendu possible avec l’Université Ben-Gourion favorisera l’avancement de nos travaux sur le terrain tout en assurant leur pertinence et leur utilité dans le monde actuel. Cette nouvelle collaboration nous permettra en effet d’appliquer les conclusions de nos recherches à la conception et à l’exploitation de bâtiments carboneutres non seulement sur nos propres campus, mais aussi dans le cadre de projets urbains axés sur la durabilité et l’abordabilité. »

Avec ses engagements totalisant près de quatre millions de dollars, Miriam Roland est l’une des plus importantes bienfaitrices de la Campagne pour Concordia, selon Paul Chesser (B.A. 1994; dipl. 2e cycle 1997), vice-recteur à l’avancement.

« L’impact qu’a eu Miriam Roland à Concordia est indéniable lorsqu’on constate l’affectation de ses dons, ajoute-t-il. En effet, de son formidable soutien aux bourses d’études supérieures et de recherche à divers fonds de bourses de subsistance et projets novateurs de District 3, elle va toujours plus loin quand il s’agit d’encourager les étudiants, les chercheurs, et les professeurs de Concordia. Par son don à Concordia et à l’Université Ben-Gourion, elle continue ainsi d’inspirer des percées et des innovations susceptibles de profiter à la société tout entière. »



Retour en haut de page

© Université Concordia