Skip to main content
DERNIÈRES MISES À JOUR EN LIEN AVEC LA COVID-19

EN SAVOIR PLUS

La gardienne de but Katherine Purchase de l’équipe de hockey féminin de Concordia : une battante sur la glace comme dans la vie

Désignée quatre fois étoile académique canadienne, la cocapitaine des Stingers retourne au jeu ce mois-ci après une blessure subie en présaison
24 janvier 2019
|
Katherine Purchase: « C’est bon de sauter sur la patinoire et de sentir que tu joues pour gagner. » | Photos par Kyran Thicke

La gardienne de but chevronnée de l’équipe de hockey féminin de Concordia Katherine Purchase a été une force inébranlable pour les Stingers ces cinq dernières années.

Au championnat national d’U SPORTS du printemps 2018, la cocapitaine des Stingers a fait des étincelles avec un incroyable pourcentage d’arrêts de 0,977 sur trois parties.

Durant le match pour la médaille de bronze opposant les Stingers aux Huskies de la Saskatchewan, elle a bloqué 37 lancers, conduisant son équipe à une victoire de 4-0.

Cette saison est la dernière que Katherine Purchase passe à l’Université Concordia. C’est donc la dernière occasion qu’elle a de mener les Stingers à la gloire. Mais pour l’instant, elle a connu une saison peu glorieuse.

Le Choc

Durant le camp du Festival d’automne d’Équipe Canada en septembre, Katherine Purchase gardait le filet lors d’un match hors concours contre une équipe masculine de niveau junior B. Pendant un deux-contre-un, tandis qu’elle effectuait un déplacement latéral, un adversaire s’est lancé vers le but pour atteindre la rondelle et a tenté de lui sauter par-dessus.

« Son menton a frappé le côté de ma tête, se souvient-elle. J’ai compris à peu près tout de suite que j’avais une commotion cérébrale. »

En effet, en quelques secondes, elle a ressenti une pression et une douleur à la tête. Elle est restée couchée sur la glace jusqu’à l’arrivée du soigneur. Le lendemain, elle se sentait bien et pensait pouvoir revenir au jeu la semaine suivante. Mais ses symptômes se sont aggravés et ont persisté.

Pour s’en remettre, elle a dû manquer ses cours et accrocher ses patins pendant des mois.

La convalescence

L’étudiante en comptabilité de 22 ans se démarque aussi hors de la patinoire. Elle a reçu des bourses d’études quatre années de suite, a figuré sur la Liste d’honneur du doyen ces trois dernières années et a été nommée meilleure étudiante-athlète de Concordia pour l’année universitaire 2014-2015.

Bref, elle n’a pas l’habitude de manquer ses cours ou de rester sur le banc.

Elle a mis du temps à se remettre, mais son état a commencé à s’améliorer grâce aux exercices de rééducation que lui a conseillés un ostéopathe spécialisé dans les commotions.

« À la mi-novembre, j’ai pu reprendre mon travail scolaire et recommencer à vivre normalement », explique l’étudiante.

Fin novembre, elle allait assez bien pour participer au Global Leadership Summit (« sommet international du leadership ») de la société Beta Gamma Sigma, un événement annuel pour les étudiants des écoles de gestion qui se classent dans les cinq premiers centiles à l’échelle mondiale. La doyenne de l’École de gestion John-Molson, Anne-Marie Croteau, avait proposé à Katherine Purchase d’y assister à titre de représentante de Concordia.

« C’était une expérience vraiment sympa, affirme l’étudiante. Il y avait des gens de partout dans le monde, et j’ai tissé quelques liens que j’aimerais entretenir. »

 

katherine-purchase-singers-768

Une présence bénéfique

Lorsqu’elle est revenue du sommet, Katherine Purchase a dû mettre les bouchées doubles pour réussir ses cours. « J’ai eu un trimestre plutôt intense à la fin », lance-t-elle à la blague.

Quant au hockey, elle a reçu l’autorisation de revenir sur la glace en décembre. Mais durant sa convalescence, elle s’est fait un point d’honneur d’être là pour ses coéquipières des Stingers, leur offrant ses conseils entre les matchs et son soutien tout l’automne.

« Nous avons beaucoup de recrues cette saison, alors je voulais les aider à comprendre la culture de l’équipe dès le départ et à bien s’intégrer. »

Ses amis estiment que ce commentaire reflète tout à fait sa personnalité.

« C’est une joueuse pour qui l’équipe passe avant tout; elle veut ce qu’il y a de mieux pour nous », explique Melinda Prévost, amie de Katherine depuis quatre ans et attaquante des Stingers. « Lorsqu’elle s’est blessée, elle est tout de même restée d’un grand soutien, bien qu’elle devait certainement trouver difficile de ne pas pouvoir jouer. »

Katherine Purchase est allée aux entraînements de décembre ainsi qu’à un match hors concours pendant le congé des fêtes. Les Stingers ont perdu, mais elle s’est sentie soulagée de pouvoir se remettre en selle.

« Ça fait du bien de me dégourdir les jambes, commente-t-elle. Je prends part aux entraînements depuis deux semaines, et là je me sens comme avant. »

Melinda Prévost dit que même si Katherine était hors circuit pendant quatre mois, « elle nous pousse à nous dépasser comme si elle ne s’était jamais absentée. Elle place la barre très haute et travaille d’arrache-pied. »

Retour au jeu

La saison régulière a repris le 12 janvier et Concordia a perdu 5-1 contre l’Université McGill. Katherine Purchase avait sauté sur la glace pour les dix dernières minutes.

Lorsque l’équipe a affronté Carleton le lendemain, elle faisait partie de la formation partante. Les Stingers se sont repris en remportant une victoire convaincante avec un score de 6-0.

« Comme nous avions vécu une défaite cuisante samedi, nous savions que nous devions jouer un excellent match contre Carleton. Alors j’ai dirigé toutes mes énergies là-dessus », explique-t-elle.

« Ma semaine d’entraînement a été bonne, ce qui m’a donné confiance en moi pour la rencontre, et les filles ont vraiment bien joué. J’étais tout simplement heureuse d’être de retour, et le score du match m’a ravie. »

« Toute l’équipe dépend de la façon dont tu joues »

Katherine Purchase est née et a grandi dans les Maritimes. Elle joue au hockey depuis l’âge de neuf ans et en tant que gardienne de but depuis qu’elle a douze ans.

« J’étais surtout attirée par l’équipement. Ça avait l’air d’une position amusante, affirme-t-elle en riant. Les gens disent que les gardiens sont bizarres, mais je ne crois pas à ce stéréotype. »

Détendue dans la vie, mais compétitive sur la glace, Katherine explique qu’aujourd’hui, elle aime être gardienne de but, car ça la stimule. « Toute l’équipe dépend de la façon dont tu joues. C’est motivant parce que tu es toujours en train d’affronter quelqu’un en particulier. »

Adolescente, la gardienne de but jouait pour Metro Boston Pizza, une équipe midget AAA, et pour son école secondaire. En dernière année, elle a été recrutée par Les Lawton – qui était alors entraîneuse de l’équipe féminine de Concordia – et a fait une demande d’admission au programme de comptabilité de l’École de gestion John-Molson.

À l’heure actuelle, Katherine Purchase est vice-présidente aux affaires pédagogiques de l’Association des étudiants en commerce et en administration (AECA), où elle œuvre à l’amélioration des ressources offertes aux étudiants pour atteindre leurs objectifs d’apprentissage.

Au printemps, une fois son diplôme en poche, l’étudiante-athlète partira pour Toronto où un poste l’attend à EY. Elle entreprendra par ailleurs ses démarches en vue d’obtenir le titre de comptable professionnel agréé.

« Mon horaire est parfois très chargé, reconnaît-elle. Mais je ne m’en fais pas trop dans la vie et je pense que ça m’aide. De plus, mon entraîneuse et mes coéquipières me sont d’un grand soutien. 

Les deux dernières années, ses coéquipières l’ont élue cocapitaine.

« C’est une bonne leader sur la glace », souligne Claudia Dubois, une joueuse avant des Stingers qui est camarade de chambre et amie de Katherine Purchase depuis quatre ans. « Elle a fait passer l’équipe à un autre niveau en nous parlant dans les vestiaires et en nous poussant à nous améliorer sur la glace. Elle est là pour tout le monde et donne l’exemple. »

L’entraîneuse-chef Julie Chu est du même avis.

« Je ne saurais trop dire à quel point Katherine est quelqu’un de bien en tous points et combien elle apporte à notre équipe », explique-t-elle.

Julie Chu remarque aussi que les gardiens de but sont rarement élus capitaines d’équipe parce qu’ils ne sont jamais sur les bancs pendant le jeu. « Ça en dit long sur Katherine et son rôle dans le vestiaire. Elle nous donne beaucoup d’assurance. »

Pour Katherine Purchase, le fait d’avoir été élue cocapitaine est très important.

« Je suis très flattée que mes coéquipières croient en moi, me soutiennent et se tournent vers moi, explique-t-elle. Rares sont les équipes qui font voter leurs membres, et je suis vraiment touchée que mes coéquipières me voient comme ça. »



Back to top Back to top

© Université Concordia