Women in Film Education (WIFE)

Participatory Photography at the Mel Hoppenheim School of Cinema

Women in Film Education (WIFE)

Participatory Photography at the Mel Hoppenheim School of Cinema

Sandrine

Photo stories by:

Sandrine

8 ensembles pour wannabe cinéastes

Bonjour. Ici Sandrine, wannabe cinéaste. Toujours étudiante, je m’intéresse à la réalisation et à la direction photo. Avant l’université, je n’avais presque aucune expérience de tournage.

Donc, voici 8 déguisements pour vous camoufler sur le plateau auprès des pros. En plus de convaincre vos coéquipiers, un seul regard dans le miroir saura vous convaincre VOUS-MÊME que vous avez votre place dans ce milieu.

1st AC

Trop tôt pour les verres de contact, fuck it.
T-shirt du festival étudiant de la Ville de Québec pour flasher (subtilement).
Pantalon cargo.
Ruban adhésif autour du fanny pack (pour avoir l’air de savoir comment mesurer la distance focale).

Directrice artistique

Chemise vaporeuse.
Pantalon ample.
Un truc stylé mais intemporel.
Il ne manque que la trousse avec le fixatif, le « push-push » pour laver les miroirs, les bobby pins, etc.

Directrice artistique
Directrice-photo-(old-school)

Directrice
photo
(version
old school)

Couleurs neutres.
La p’tite veste pas de manches.
La casquette et l’indispensable foulard.
À mort l’esthétique, tant que c’est pratique.

Directrice-new-school

Directrice
photo
(version
new school) 

Tuque roulée deux tours.
Les clés attachées aux pantalons (roulés).
Il ne manque qu’un photomètre en bandoulière.

le-passe-partout

Le passe partout, grip ou caméra

Noir.
De la tête aux pieds.
En cas de doute, toujours gagnant.

Trying to grip

Trop, c’est comme pas assez.

Trying-to-grip
realisatrice

Réalisatrice

Maquillage. Cheveux bien lissés. Veste Adidas. Pantalon noir chic. Talons hauts.

Troisième jour du tournage de mon court métrage.

On tournait des scènes dans un club. Donc, évidemment, je voulais avoir l’air aussi cool que ma scène, tsé; que mon extérieur, mon apparence physique, représente ma vision cinématographique. Ça me faisait aussi sentir badass, toujours un plus.

Présentation devant un jury.

Je pensais être originale, sauf que la majorité de mes collègues de classe ont fait la même chose: porter un veston.
Comme si ça allait donner l’illusion de 10 années d’expérience…
Les membres du jury ont dû bien rire dans leur barbe.

P.-S. : Nouvelle maison, nouveau miroir, new me! yihi.

Pitch

CONCLUSION:

J’ai toujours été fascinée par les déguisements. Par la façon dont notre apparence a le pouvoir de convaincre notre for intérieur. Quand on ressent les effets du syndrome de l’imposteur tout au long de son parcours universitaire, les déguisements peuvent être une béquille efficace pour masquer les insécurités.

Parce que tout ce qu’on possède avant d’avoir une réputation, c’est notre performance.

Alors,
crois en toi.
Fake it ’till you make it baby.

xoxo Sandrine

Back to top

© Concordia University