Concordia University

http://www.concordia.ca/content/concordia/en/offices/archives/honorary-degree-recipients/2004/06/claude-ryan.html

Honorary degree citation - Claude Ryan* (Posthumous)

By: Ronald Rudin, June 2004

Mr. Chancellor, I have the honour to present to you Mr. Paul Ryan, the son of the late Mr. Claude Ryan, Former Leader of the Quebec Liberal Party, Cabinet Minister, Distinguished journalist and former publisher of Le Devoir.

Décédé le 9 février 2004, à l'âge de 79 ans, l'homme à qui nous rendons hommage aujourd'hui était un géant de la pensée et de l'action. Claude Ryan a en effet pris part pendant plusieurs décennies aux nombreux bouleversements qu'a connus la société québécoise depuis le début de la Révolution tranquille. D'abord à l'Action catholique canadienne, où ce laïc a oeuvré dix-sept ans, puis au quotidien Le Devoir qu'il a dirigé depuis 1964, alors âgé de quarante ans, il a constamment pris position avec conviction. A proponent of the evolution of Québec Catholicism - faithful in that to the ideas of English Cardinal Newman -, committed pioneer of adult education, relentless defender of liberal values and a new Canadian federal system with absolute respect for the French-Canadian nation, he expressed his opinion on all social issues that marked his era.

A man of principle devoted to certain traditional values, Claude Ryan was a rigorous intellectual, who did much to make Quebecers reflect on their place in the world. Faithful to God and the Church, loyal to his people and to the least unfortunate, he scrupulously respected the opinions of others. Il aurait souscrit sans peine à cette pensée de Voltaire : « Je ne suis pas d'accord avec vous, mais je suis prêt à me battre pour que vous puissiez exprimer votre opinion. » Ni fanatique ni amer, il aimait bien les débats publics, pourvu qu'ils se situassent à une certaine altitude (il raffolait aussi des subjonctifs passés !). Mais il pouvait paraître intraitable avec ses adversaires, quand ceux-ci ne parvenaient pas à le convaincre.

A man who stood up to those in positions of authority, Claude Ryan strongly supported the idea of a distinct society for Québec within a federal framework, all the while insisting upon the importance of cultural nationalism. He became the power behind the throne of many Québec premiers, from Jean Lesage to Jean Charest. A leading nationalist figure and a liberal conscience, he was also a thinker and wise man, a passionate defender of individual rights and a man of considerable influence.

Cela a fini par lui ouvrir les portes de l'action politique. Même s'il affirme avoir supporté le Parti Québécois dans son éditorial préélectoral, c'est au Parti libéral qu'allait naturellement sa faveur. Il en est devenu le chef en 1978, puis, ayant gagné le premier référendum sur l'indépendance du Québec mais après avoir vu le Parti Québécois renouvelé son mandat, il a intégré le gouvernement de Robert Bourassa comme ministre de l'Éducation en 1985. C'est alors que, fidèle à ses principes, il a modernisé la Loi sur l'instruction publique vieille de près d'un siècle en faisant adopter la Loi 107, qui est toujours en vigueur. Par un audacieux renvoi à la Cour suprême, Claude Ryan a réussi là où plusieurs de ses prédécesseurs avaient échoué, faisant inscrire dans cette loi le principe des commissions scolaires linguistiques.

Toujours au coeur de l'action et de la vie publique, il a provoqué toute sa vie, et même après sa mort, des réactions vives et partagées. Cet homme libre, chrétien engagé, humaniste intransigeant, restera longtemps dans nos mémoires.

Mr. Chancellor, on behalf of Senate and the Board of Governors, it is my privilege and an honor to present to you Mr. Paul Ryan so that you may confer upon him, in the place of his father, Mr. Claude Ryan, the degree of Doctor of Laws, honoris causa.

* deceased

Back to top

© Concordia University