Concordia University

http://www.concordia.ca/content/concordia/en/offices/archives/honorary-degree-recipients/1995/06/gilles-carle.html

Honorary degree citation - Gilles Carle*

By: Louise Lamarre, June 1995

Mr. Chancellor, I have the honour to introduce to you one of the most prolific artists in Québec; he is a filmmaker of international calibre and moreover, this year, he was awarded the French Légion d'Honneur. Mr. Chancellor, may I introduce Gilles Carle.

Gilles Carle est un artiste au sens fort du terme. Le cheminement de sa formation est exemplaire: diplômé de l'École des beaux-arts de Montréal où il étudie la publicité, le marketing, l'histoire de l'art et la peinture - notamment avec des professeurs aussi réputés qu'Alfred Pellan -, il poursuit sa formation en histoire de l'art par des stages à Paris, à Rome et à Bruges. De retour au pays, il obtient un certificat d'études en imprimerie, gravure et photographie de l'École des arts graphiques de Montréal, puis un autre certificat d'études en Belles-lettres, celui-là de l'Université de Montréal.

To support himself through many years of wide ranging studies, Gilles Carle tried his hand at a variety of trades, working as a miner, a lumberjack, an accountant, a ballet dancer, and many other astonishing jobs! At the beginning of his career, he worked as well as a graphic artist, a publicist, a researcher, a literary and even a TV critic, for various written and electronic medias.

En fait, sa production est tellement importante et diversifiée qu'il se voit obligé de s'inventer quatre peudonymes. Parallèlement, il fonde, avec des complices de l'époque: Les Éditions de l'Hexagone, la revue l'Écran et la revue Liberté. Il y a certes ici de quoi documenter toute une carrière d'auteur.

Et cette carrière d'auteur, il l'aborde de plain-pied en se joignant à l'Office National du Film du Canada, en 1960. Il tourne alors plusieurs films par année en collaboration presque exclusive avec Jacques Bobet, qui devient «son» producteur à l'Office. Mais Gilles Carle déborde d'idées et d'énergie. L'Office ne peut pas suivre son rythme et il commence à collaborer, comme scénariste, à des séries à Radio-Canada, comme: CF-RCK, et LES ENQUÊTES JOBIDON; il écrit même des sketches de cabaret pour Olivier Guirnond, tout en continuant d'élaborer de nombreux projets personnels. À la sortie de LA VIE HEUREUSE DE LÉOPOLD Z, Gilles Carle a 35 ans et il récolte, avec son film, le Grand prix du cinéma canadien. C'est le début d'une impressionnante suite de succès.

In 1966, he had the courage to quit a stable job at the National Film Board to plunge into the private sector which was almost non-existent at the time. He then started to work with producer Pierre Lamy on what became a prolific collaboration.

Pour financer les films qu'il veut faire, il réalise des milliers de films publicitaires. En 1968, LE VIOL D'UNE JEUNE FILLE DOUCE est sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et au Festival de Berlin. La reconnaissance internationale se profile à l'horizon. Entre-temps, Gilles Carle crée passionnément, signe des scénarios, réalise film sur film: RED, LES MÂLES, LA MORT D'UN BÛCHERON, et trouve le temps d'expérimenter en réalisant des spectacles multi-écrans, notamment celui qui est présenté au pavillon du Québec d'Expo 67. En 1972, c'est la consécration. LA VRAIE NATURE DE BERNADETTE fait partie de la compétition officielle du Festival de Cannes et la presse internationale, réunie à New York, le proclame l'un des dix meilleurs films de l'année. Tout à coup, la communauté cinématographique internationale s'intéresse au talent extraordinaire de Gilles Carle. Des rétrospectives de «son oeuvre» sont organisées un peu partout à travers le monde. Mais l'artiste, lui, n'a pas le temps de regarder en arrière. Il signe sa première coproduction avec la France et continue d'innover. Il réalise les premières grandes séries pour la télévision: MARIA CHAPDELAINE, LE CRIME D'OVIDE PLOUFFE. Dans le même, souffle, il réinvente littéralement le genre documentaire avec des films comme JOUER SA VIE, VIVE QUÉBEC!, LE DIABLE D'AMÉRIQUE. En 1990, il se voit décerner le prix Albert-Tessier qui couronne sa fantastique carrière. Le cinéaste, qui vient tout juste de terminer deux longs métrages en coproduction avec la France, ne s'accorde aucun répit. Il travaille actuellement à la production de nouveaux films qui viendront s'ajouter à «son oeuvre» impressionnante.

Mr. Chancellor, it is a privilege to present to you, on behalf of the Senate and by the authority of the Board of Governors, Gilles Carle, so that you may confer on him the degree of Doctor of Laws, honoris causa.

* deceased

Back to top

© Concordia University