Skip to main content
Maude Bonenfant

Présentation

Gaming, gambling, publicité et collecte de données — ou comment les frontières s’embrouillent sans encadrement

Résumé

L’hybridation des jeux de hasard et d’argent avec les jeux vidéo de divertissement est rendue si commune que des mécaniques de gambling se retrouvent désormais dans une panoplie de plateformes ludiques, y compris dans des jeux pour enfants. Or, si les mises en argent sont une des façons de rentabiliser les jeux, d’autres stratégies et modèles économiques existent, particulièrement dans les jeux gratuits sur applications mobiles ou fureteurs. La diffusion de publicités est une des formes les plus connues, mais leur intégration ne se limite pas aux bannières et certaines brouillent « habilement » les frontières entre le jeu et le contexte extérieur des publicités. Une autre forme de rentabilité, invisible pour le joueur, mais pourtant beaucoup plus invasive, est la collecte de données personnelles revendues à des tiers (courtiers en données) pour éventuellement permettre le renvoi de publicités ciblées. Ce type de dispositif de plus en plus perfectionné et dont l’hybridité entre la publicité et le gaming, voire le gambling devient confondante pour les utilisateurs, est très peu régulé, y compris dans les jeux pour enfants — alors que les jeux de hasard et d’argent sont pourtant interdits aux moins de 18 ans et que la publicité télévisée qui visent les enfants est, elle, largement légiférée. Dans le cadre de cette conférence, il s’agira donc de problématiser ce manque de régulation en présentant de nombreux cas de jeux qui exploitent divers modèles économiques, mécaniques ludiques et autres stratégies de design qui encouragent la consommation de publicités, de longs temps de connexion et des investissements (monétaires, affectifs et sociaux) les plus grands possibles afin de rentabiliser la production de ces jeux dits « gratuits ».

Biographie

Maude Bonenfant est professeure au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), docteure en sémiologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les données massives et les communautés de joueurs (2018-2023). Ses recherches sont orientées vers les dimensions sociales des technologies de communication, les réseaux socionumériques, les données massives, l’intelligence artificielle, les communautés en ligne ainsi que les pratiques ludiques et les jeux vidéo. Elle est codirectrice du Laboratoire de recherche en médias socionumériques et ludification, directrice du groupe de recherche Homo Ludens sur les pratiques de jeu et la communication et membre du Groupe de recherche sur l’information et la surveillance au quotidien (GRISQ).

Back to top Back to top

© Université Concordia