Concordia University

http://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/central/nouvelles/2018/02/26/unesco-vivek-venkatesh-education-antiterroriste.html

L’UNESCO fait appel à l’expertise de Concordia en pédagogie sociale

Le professeur Vivek Venkatesh est nommé cotitulaire d’une chaire en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent
26 février 2018
|
Par Renée Dunk

vivek-venkatesh-017-620

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a nommé Vivek Venkatesh, chercheur de l’Université Concordia, cotitulaire de sa Chaire en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent.

Cette chaire est la première du monde en son genre, et son lancement, qui a eu lieu la semaine dernière à l’Université de Sherbrooke, souligne le rôle de l’éducation comme outil pour contrer la propagation du terrorisme.

Les autres cotitulaires de la chaire UNESCO sont David Morin, de l’Université de Sherbrooke, et Ghayda Hassan, de l’Université du Québec à Montréal.

« Les chaires UNESCO sont devenues des éléments primordiaux du système des Nations Unies. Elles apportent une contribution inestimable à la mise en œuvre des objectifs de développement durable et aux réflexions sur les enjeux prioritaires de l’organisation », affirme Sébastien Goupil, secrétaire général de la Commission canadienne pour l’UNESCO.

« Nous sommes fiers d’accueillir dans notre réseau cette nouvelle chaire au modèle de gouvernance unique réunissant trois grandes universités, une première au Canada et dans le monde. Nous nous réjouissons à l’idée de collaborer avec la chaire pour contrer la montée de la radicalisation et de l’extrémisme violent au Canada et dans le monde. »

Le Pr Venkatesh, directeur du Centre d’études sur l’apprentissage et la performance de Concordia, est honoré d’être ainsi reconnu à l’échelle internationale.

« Cette chaire souligne la nécessité de multiplier les approches intersectorielles, comme celle que David, Ghayda et moi adoptons dans nos recherches », explique-t-il.

Dans son travail pour l’UNESCO, le Pr Venkatesh collaborera en effet avec le politicologue David Morin et la psychologue clinique Ghayda Hassan.

Ensemble, ils favoriseront des pédagogies qui encouragent la réflexivité et la pensée critique parmi les intervenants clés dans les écoles, les communautés et les contextes liés aux politiques publiques.

Leurs efforts comprendront le développement, le partage et la valorisation de la recherche et des actions dans le domaine de la prévention du terrorisme, et mettront l’accent sur la conception et l’évaluation de programmes ciblant les jeunes.

« Nous créerons aussi des outils destinés à faire participer le public à l’élaboration d’un discours visant à contrer les propos haineux et la radicalisation », ajoute le Pr Venkatesh.

Le chercheur est déjà aux commandes d’autres efforts similaires, dont le projet SOMEONE, une initiative internationale conçue pour sensibiliser la population aux propos haineux et créer des espaces pour les dialogues pluralistes dans les médias sociaux.

Sous la direction du Pr Venkatesh, SOMEONE réunit divers partenaires nord-américains et européens afin d’offrir un portail Web novateur aux champions de la résilience et de la prévention de la haine, de la discrimination et de l’extrémisme.

« Le projet est destiné aux jeunes, aux établissements scolaires, aux collectivités et, plus largement, au grand public, explique le Pr Venkatesh. Il fait appel à des principes de pédagogie sociale qui encouragent le public à adopter des médias numériques rassembleurs en vue de contrer les discours violents véhiculés par les groupes incitant à la haine. »

Vivek Venkatesh se rendra en mai au Festival international de Bergen, en Norvège, afin d’y présenter Landscape of Hate, une initiative qui favorise la tenue de dialogues pluralistes sur la manière dont nous composons avec les diverses formes de haine dans notre société.


Regardez la vidéo sur la Chaire UNESCO en prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent:

 

Apprenez-en davantage sur le projet SOMEONE.

 



Back to top

© Université Concordia