Concordia University

http://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/nouvelles/2020/03/12/annie-gerin-est-nommee-doyenne-de-la-Faculte-des-beaux-arts-de-l-universite-concordia.html

Annie Gérin est nommée doyenne de la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia

La chercheuse et leader visionnaire entre en fonction le 1er août, au terme du mandat de Rebecca Duclos, en poste depuis cinq ans
12 mars 2020
|
Annie Gérin | Photo : Émilie Tournevache

La Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia aura bientôt à sa tête une nouvelle doyenne. En effet, Annie Gérin – professeure, chercheuse et gestionnaire accomplie – entrera au service de l’établissement début juillet. Son mandat débutera officiellement le 1er août.

« Après avoir mené des recherches poussées tant au Canada qu’aux États-Unis, le comité a été vivement impressionné par la vision que propose Mme Gérin pour l’avenir de la faculté, indique Anne Whitelaw, vice-rectrice exécutive aux affaires académiques par intérim. Du reste, elle jouit d’un profond respect et d’une excellente réputation au sein de la communauté canadienne d’histoire de l’art. »

« Annie Gérin possède un profil exceptionnel de leadership et de  gouvernance universitaire, et manifeste un vif attachement au dialogue fondé sur le respect ainsi qu’un engagement profond envers la décolonisation, poursuit Mme Whitelaw. Ces qualités, d’une valeur inestimable pour Concordia, lui seront des plus utiles dans la fonction clé qu’elle exercera au sein de la haute direction de l’Université. »

Mme Whitelaw souligne que Mme Gérin démontre une parfaite connaissance des milieux culturels québécois et canadien et qu’elle excelle dans l’établissement de relations – aussi bien avec des intervenants de l’interne que des représentants des différents paliers de gouvernement. « Ces atouts l’aideront à développer les réseaux de la faculté et de l’Université, à affermir leur réputation de même qu’à créer des possibilités de collaboration transversale », précise-t-elle.

« Je remercie chaleureusement Rebecca Duclos pour le leadership remarquable dont elle a fait preuve au cours de son mandat de cinq ans à titre de doyenne de la Faculté des beaux-arts, déclare Anne Whitelaw. Elle y a élaboré et concrétisé une vision dynamique, étayée par de solides vecteurs stratégiques, et a fait de Concordia un pôle incontournable de l’univers culturel montréalais. »

« Une foule d’occasions actuelles et futures »

D’abord professeure d’histoire de l’art, Mme Gérin a assumé de nombreuses responsabilités à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Actuellement doyenne par intérim de la Faculté des arts de l’établissement, elle y a occupé la fonction de vice-doyenne à la recherche et à la création en 2018-2019, et a dirigé le Département d’histoire de l’art de 2013 à 2016. Auparavant, elle a été membre du corps professoral des départements d’arts visuels de l’Université de Regina, de 2000 à 2004, puis de l’Université d’Ottawa.

« Je me réjouis à l’idée de collaborer avec les enseignants et employés dynamiques de Concordia, commente Annie Gérin. J’entends soutenir les recherches et les pratiques créatives stimulantes des enseignants, des étudiants et des diplômés de l’Université. »

« Concordia joue un rôle de premier plan sur la scène culturelle montréalaise, poursuit-elle. La Faculté des beaux-arts est donc en excellente position pour développer des programmes et des partenariats qui transformeront l’enseignement des beaux-arts ainsi que notre conception du rôle que l’art peut jouer dans la société. »

Pour Mme Gérin, la renommée enviable dont bénéficie l’Université à l’échelle de la province, du pays et du monde représente un avantage inestimable pour ses étudiantes et étudiants puisqu’elle multiplie les débouchés qui leur sont offerts.

« J’ai hâte de collaborer avec les membres de la communauté de Concordia pour perpétuer cet héritage, affirme-t-elle. Nous veillerons à ce que la Faculté des beaux-arts maintienne sa réputation d’excellence en matière d’enseignement et d’apprentissage, et que les pratiques de recherche et de recherche-création inspirantes de ses enseignants, étudiants et diplômés soient favorisées. »

Parlant couramment français, anglais et russe, Annie Gérin est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art et en études culturelles de l’Université de Leeds, d’une maîtrise en histoire de l’art de l’Université York et d’un baccalauréat en histoire de l’art de l’Université de Montréal.

Mme Gérin est l’auteure de nombreux écrits publiés. Sa réputation de chercheuse en arts canadien et soviétique des 20e et 21e siècles n’est plus à faire. Elle s’intéresse en particulier à la relation à l’art qu’entretiennent les publics hors des galeries et des musées.

Parmi les publications érudites et de vulgarisation d’Annie Gérin, on trouve trois monographies, six livres et catalogues en codirection, deux numéros spéciaux de revues, 18 chapitres de livre et 15 articles dans des revues à comité de lecture. Ses travaux ont reçu un financement continu pour des projets de recherche individuels et collectifs de la part du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et du Fonds de recherche du Québec – Société et culture.

Ses publications récentes comprennent Devastation and Laughter: Satire, Power and Culture in the Early Soviet State, 1920s–1930s (2018), Françoise Sullivan : sa vie et son œuvre (2018) ainsi que la collection d’essais Sketches from an Unquiet Country: Canadian Graphic Satire 1840-1940 (2018, codirigé avec Dominic Hardy et Lora Senechal Carney).

Annie Gérin a été membre de l’équipe de rédaction de RACAR (Revue d’art canadienne / Canadian Art Review), revue savante de l’Association d’art des universités du Canada (AAUC), de 2012 à 2014, et y a assumé la fonction de rédactrice en chef de 2014 à 2019.

En 2019, Mme Gérin a obtenu le Prix de reconnaissance de l’AAUC pour son apport et son dévouement exceptionnels à l’association de même que son engagement indéfectible à l’égard des idéaux professionnels du regroupement.

Comité de recrutement

À titre de présidente du comité de recrutement, Anne Whitelaw tient à exprimer sa profonde gratitude aux personnes qui y ont siégé : Juan Carlos Castro, Clara Micheau, Etta Sandry, Suzanne Sauvage, Tom Simpkins, Johanne Sloan, Cilia Sawadogo, Harry Standjofski et Guylaine Vaillancourt. Grâce à leur esprit de collégialité et à leurs précieuses perspectives, ils ont su reconnaître les dispositions exceptionnelles d’Annie Gérin pour la fonction de doyenne de la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia.

Andrea Renaud a agi à titre de secrétaire du comité.


Apprenez-en davantage sur la
Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia.

 



Back to top Back to top

© Université Concordia