Concordia University

http://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/nouvelles/2019/09/10/la-musique-aide-les-survivantes-de-violence-a-guerir-et-a-combattre-le-sexisme-affirme-une-professeure-de-concordia.html

La musique aide les survivantes de violence à guérir et à combattre le sexisme, affirme une professeure de Concordia

Terminant en beauté sa carrière de chercheuse et de musicothérapeute, Sandi Curtis présente son nouveau livre numérique interactif
10 septembre 2019
|
« La musique nous touche d’une façon unique. » | Photo : Burst, Unsplash

Industrie trop souvent dominée par les hommes, la musique permet néanmoins aux femmes de se faire entendre – et de guérir, soutient Sandi Curtis.

Nouvellement retraitée, la professeure de musicothérapie à l’Université Concordia pense depuis longtemps que l’écoute et la création musicales peuvent contribuer à l’autonomisation des femmes. Cette théorie revêt une importance vitale pour celles qui fuient une situation de violence masculine.

La Pre Curtis couronne une longue carrière en enseignement et en recherche par la publication de Music For Women (Survivors of Violence): A Feminist Music Therapy Interactive eBook (« musique pour les survivantes d’actes de violence : livre électronique interactif de musicothérapie féministe »). Le lancement officiel de son ouvrage d’érudition aura lieu le mardi 17 septembre.

Selon son auteure, le livre – composé de dix chapitres – « examine comment la culture pop en général et la musique pop en particulier ont contribué à assujettir les femmes, mais aussi comment elles peuvent servir de voix subversives pour défier le statu quo ».

Si la question du rapport souvent difficile qu’entretiennent la culture pop et la femme n’a rien de neuf, le livre de Sandi Curtis célèbre plutôt la musique en tant qu’outil thérapeutique.

« La musique nous touche d’une façon unique, explique-t-elle. Même quand nous l’écoutons dans une optique cognitive, elle nous fait réagir physiquement et émotionnellement. Nul doute, c’est un formidable mécanisme d’évolution personnelle. »

« Mon travail ne ciblait pas seulement un objectif thérapeutique : il s’intéressait également à la justice sociale », précise Sandi Curtis.  | Photo : David Ward « Mon travail ne ciblait pas seulement un objectif thérapeutique : il s’intéressait également à la justice sociale », précise Sandi Curtis. | Photo : David Ward

Des chansons de leur cru

Musicothérapeute de profession, la Pre Curtis est convaincue des vertus curatives de l’écoute et de la pratique actives de la musique. Dans son livre, elle traite d’un programme de musicothérapie conçu spécialement pour aider les survivantes de la violence masculine. Ce programme vise : premièrement, à briser l’isolement social dont souffrent de nombreuses femmes toujours sous l’emprise de leur agresseur; deuxièmement, à les amener à reconnaître qu’elles ne sont pas seules et qu’elles n’ont rien à se reprocher; et troisièmement, à les inciter à composer des chansons.

« Pour raconter leur vécu, ces femmes disposent soudain d’une voix qui leur appartient, indique Sandi Curtis. C’est important, car elles ont si longtemps été réduites au silence. »

Elle ajoute que leurs chansons émanent d’une émotion authentique et s’interprètent d’une voix honnête. Pour que la démarche ait une valeur thérapeutique, il faut qu’il en soit ainsi.

« Nous rassurons d’entrée de jeu les participantes au programme : elles n’ont pas à ressembler à d’admirables et éloquentes universitaires, poursuit-elle. Elles peuvent rester elles-mêmes, ce qui est vraiment bien. »

Son livre numérique propose une compilation de chansons qui, selon la Pre Curtis, se révèlent utiles dans le cadre d’une thérapie. Œuvres d’artistes éclectiques comme Indigo Girls, Lady Gaga ou Lizzo, elles s’inscrivent dans plusieurs styles musicaux – du country à la pop et du rock indépendant au punk en passant par le hip-hop. Elles ont cependant un point en commun : toutes sont des créations d’auteures-compositrices-interprètes.

« En tant que thérapeute, je sais qu’il est beaucoup plus facile pour mes patientes d’écouter une voix féminine raconter leur vie et leurs expériences », signale Sandi Curtis.

Impulser des changements sur les plans individuel et politique

Retraitée depuis peu, la Pre Curtis souligne que la publication de son livre numérique marque non seulement l’apothéose d’une fructueuse carrière, mais aussi un appel à la mobilisation des femmes d’aujourd’hui et de demain. À son avis, les femmes doivent plus que jamais s’affirmer et dénoncer une culture traditionnellement fondée sur la domination masculine et la misogynie.

« Le travail auprès des survivantes se déroule souvent derrière des portes closes, explique Sandi Curtis. Leur vie étant en danger, c’est une mesure de sécurité essentielle. »

« Un jour, j’ai réalisé qu’il me fallait atteindre d’autres personnes, hors de la salle de thérapie, continue-t-elle. Après tout, mon travail ne ciblait pas seulement un objectif thérapeutique : il s’intéressait également à la justice sociale. En définitive, la transformation ne doit pas se limiter au plan individuel; elle doit aussi avoir une portée sociopolitique. »


Assistez au
lancement du livre numérique de Sandi Curtis, le mardi 17 septembre à 17 heures, à l’ESPACE 4 de l’Université Concordia (1400, boulevard De Maisonneuve Ouest).

 

 



Back to top

© Université Concordia