Skip to main content

'Nous sommes ravis d’amorcer cette importante initiative'

Lisez un message du recteur de l’Université Concordia, Graham Carr
29 octobre 2020
|
Par Graham Carr

Photographie en noir et blanc de l'avant du bâtiment EV sur le campus du centre-ville de Concordia.

Depuis sa fondation, l’Université Concordia s’attache à offrir à toutes et à tous un accès égal aux occasions. Honorer cet idéal signifie appliquer l’esprit de questionnement impartial qui nourrit notre mandat pédagogique à tous les aspects de notre fonctionnement. Quand il s’agit de combattre le racisme systémique dans la société, nous devons mener par l’exemple.

Ce sont ces considérations qui ont motivé, en 2017, la création de ce qui est devenu le conseil directeur sur les directions autochtones et, en 2019, le lancement du Plan d’action sur les directions autochtones.

C’est dans le même esprit que nous avons formé à l’échelle de l’Université un groupe de travail sur le racisme contre les Noirs. Le meurtre de George Floyd en mai, précédé de ceux de Breonna Taylor et d’Ahmaud Arbery plus tôt durant l’année, a amplifié dans le monde entier les appels à soutenir le mouvement Black Lives Matter. Partout, des voix s’élèvent pour réclamer une action concrète contre le racisme envers les Noirs, lequel est systémique au sein de nos institutions.

Ici à Concordia, une lettre ouverte a été diffusée en juin nous demandant de prendre des mesures. Nous avons écouté. Depuis, la vice-rectrice exécutive aux affaires académiques par intérim, Anne Whitelaw, travaille de près avec les membres du Caucus noir de Concordia et d’autres intervenants à concevoir la structure et la composition du groupe de travail que nous lançons aujourd’hui.

Le groupe de travail est coprésidé par Angélique Willkie, Stéphane Brutus et Annick Maugile Flavien. Je suis ravi d’amorcer avec eux cette importante initiative.

Mandat

Le mandat du groupe de travail consiste à superviser et à coordonner les efforts nécessaires pour vaincre le racisme systémique contre les Noirs qui se manifeste dans tous les aspects de la vie universitaire, que ce soit nos politiques, nos pratiques d’enseignement et d’apprentissage ou encore les expériences vécues par des membres du corps professoral, du personnel et de l’effectif étudiant.

Selon la coprésidente Angélique Willkie, le groupe de travail représente « une occasion de jeter un regard lucide sur l’Université à travers les yeux de sa communauté noire et de remettre en question les principes qui animent notre établissement. Pour moi, il s’agit d’abord et avant tout de nous assurer d’être vus, entendus et pris en compte – et non pas simplement rendus invisibles. »

Le coprésident Stéphane Brutus abonde dans le même sens : « Le racisme est un enjeu complexe aux facettes multiples. Oui, Concordia se doit de représenter la société dans laquelle elle plonge ses racines, mais le groupe de travail vise bien plus que cela. Il s’agit entre autres de reconnaître l’histoire et de sensibiliser les gens à cette question tant au sein de l’Université qu’à l’extérieur, par l’éducation. »

Détentrice de trois diplômes de Concordia, la coprésidente Annick Maugile Flavien estime quant à elle que « l’Université ne peut balayer sous le tapis les questions raciales et garder les bras croisés face à l’injustice. Il est de son devoir de participer activement au démantèlement du racisme tant interpersonnel que systémique. Lorsqu’elle aura assumé pleinement cette responsabilité, un groupe de travail sur le racisme contre les Noirs ne sera plus nécessaire, car nos perspectives seront dûment considérées dans tous les domaines. »

Composition du groupe de travail

Relevant de la vice-rectrice exécutive aux affaires académiques par intérim, Anne Whitelaw, le groupe de travail sera dirigé par :
  • Angélique Willkie, professeure agrégée de danse contemporaine à la Faculté des beaux-arts;
  • Stéphane Brutus, professeur de management à l’École de gestion John Molson;
  • Annick Maugile Flavien, coordonnatrice fondatrice du Bureau des perspectives noires.
Ils agiront à titre de coprésidents d’une équipe directrice de 15 personnes à laquelle siégeront également :
  • des étudiantes et étudiants du 1er cycle et des cycles supérieurs : Harvin Hilaire, étudiante au 1er cycle; Lisa Ndejuru, étudiante aux cycles supérieurs;
  • des représentantes et représentants des diplômés, des syndicats et des associations étudiantes : Evan Pitchie, diplômé de Concordia; Linda Dyer, représentante de l’Association des professeurs de l’Université Concordia; Jacqueline Peters, représentante de l’Association des professeures et professeurs à temps partiel de l’Université Concordia; Sarah Mazhero, représentante de l’Union des étudiants et étudiantes de Concordia;
  • un membre du Caucus noir de Concordia : Jamilah Dei-Sharpe, coordonnateur du Caucus noir de Concordia;
  • les responsables des huit sous-comités.
Les sujets et les responsables des huit sous-comités sont énumérés ci-dessous.
  1. Sécurité sur les campus : Lisa White, Bureau des droits et des obligations
  2. Éducation antiraciste : Sharon Nelson, École de gestion John-Molson
  3. Histoire de Concordia et relations avec les communautés noires : Annick Maugile Flavien, Bureau des perspectives noires
  4. Programmes d’études et ressources pédagogiques : Françoise Naudillon et Angela Kross, Faculté des arts et des sciences
  5. Services aux étudiants : Lisa Ndejuru, doctorante, Faculté des arts et des sciences
  6. Développement du corps professoral : Linda Dyer, École de gestion John Molson; Roch Glitho, École de génie et d’informatique Gina Cody
  7. Initiatives en matière d’emploi : Jacqueline Peters, Faculté des arts et des sciences
  8. Collecte de fonds : Andrea Clarke, Bureau de l’engagement communautaire

Une description détaillée des objectifs des sous-comités est présentée ici.

Enseignements tirés

Comme nous l’avons appris avec le Plan d’action sur les directions autochtones, un engagement et un leadership élargi de la part des parties intéressées seront essentiels au succès du groupe de travail. Incidemment, je tiens à remercier les nombreux membres des communautés des étudiants, des professeurs, des employés et des diplômés noirs de Concordia de leur participation aux importantes conversations tenues ces derniers mois, lesquelles ont permis l’élaboration de ce groupe de travail.

Je suis également heureux d’annoncer qu’à la suite de ces conversations et pour marquer la formation du groupe de travail, nous prenons trois engagements clés :

  1. faire relever le Bureau des perspectives noires du Vice-rectorat exécutif aux affaires académiques, de manière que son travail ait une portée globale au sein de l’Université;
  2. autoriser la recherche de candidates et candidats afin de pourvoir trois postes de professeur menant à la permanence axés sur les perspectives noires pour l’année universitaire 2021-2022;
  3. consacrer 250 000 $ du budget de l’Université au financement de nouvelles bourses d’études à l’intention d’étudiantes et étudiants noirs amorçant leurs programmes à l’automne 2021, et travailler à doubler ce montant par la collecte de fonds.

Par ailleurs, l’Université a annoncé l’établissement d’un Bureau de l’équité le 22 octobre et attend la présentation du rapport du groupe de travail sur l’équité, la diversité et l’inclusion, prévue le 4 novembre.

Jalons à venir

  • Le groupe de travail établira la composition finale des sous-comités et remettra un plan de travail préliminaire à la vice-rectrice exécutive aux affaires académiques par intérim avant le 30 novembre 2020.
  • Un rapport d’étape sur les travaux des sous-comités sera présenté à la vice-rectrice exécutive aux affaires académiques par intérim avant le 30 avril 2021. Des mesures à prendre immédiatement y seront énoncées dans la mesure du possible.
  • Une liste complète de recommandations et de mesures proposées sera soumise au recteur avant le 30 avril 2022.

Un cheminement essentiel

Comme je l’écrivais au printemps, Concordia ne tolère aucune forme de racisme ou de violence. Notre objectif doit être de nourrir un milieu universitaire inclusif, inspirant et novateur. La formation du groupe de travail est une étape essentielle dans l’atteinte de ce but.

Ensemble, nous entamons un processus à la fois de démantèlement et de construction. Ce travail sera parfois pénible. Il prendra du temps et nécessitera la patience et la conviction de chacune et chacun d’entre nous. 

Comme tout établissement qui accueille le changement, Concordia sera toujours une œuvre en évolution. Je crois fortement que le groupe de travail concourra à enrichir l’Université, à en faire un lieu où toutes et tous peuvent s’épanouir – un établissement digne de la plus grande fierté.

 

Sincères salutations,

Le recteur et vice-chancelier,

Graham Carr



Back to top Back to top

© Université Concordia