Skip to main content

Le nouvel ouvrage d’un professeur de l’Université Concordia jette un éclairage sur le soutien dont jouit Donald Trump de la part de certains groupes évangéliques

Selon André Gagné, l’incompréhension d’une base électorale puissante fait obstacle au changement politique
16 septembre 2020
|
Par J. Cohen

André Gagné : « Pour comprendre pourquoi certains chrétiens évangéliques accordent leur appui à Trump, il importe de mieux comprendre leur vision du monde. » André Gagné : « Pour comprendre pourquoi certains chrétiens évangéliques accordent leur appui à Trump, il importe de mieux comprendre leur vision du monde. »

Dans le cadre de ses travaux, André Gagné, professeur à l’Université Concordia, s’intéresse à l’incidence des idées et des interprétations bibliques de certains groupes chrétiens ultraconservateurs sur leurs croyances et leurs actions politiques.

Son nouveau livre Ces évangéliques derrière Trump est paru en Europe ce mois-ci aux éditions Labor et Fides et sera en librairie au Québec au début du mois d’octobre.

L’ouvrage décortique la vision du monde théologique qui sous-tend en partie l’appui de la droite chrétienne au président des États-Unis, Donald Trump.

Rôle du mouvement évangélique dans la victoire de Trump en 2016

« Près de 81 % des chrétiens évangéliques blancs dits « nés de nouveaux », ont donné leur appui à Donald Trump lors de l’élection de 2016. Sachant que l’élection de novembre 2020 sera décisive pour les États-Unis, j’ai voulu me pencher sur l’influence de certains groupes évangéliques et de leurs idées sur les politiques adoptées par l’administration Trump, » explique André Gagné, qui enseigne au Département d’études théologiques.

Pour comprendre pourquoi ces groupes soutiennent Trump, il faut d’abord comprendre leur vision du monde. Les croyances évangéliques sont souvent mal représentées dans les médias populaires et les discussions politiques. En raison de cette incompréhension, il est difficile d’évaluer la situation politique et d’y réagir.

Comme l’explique le PGagné, les évangéliques ne forment pas un groupe homogène : « Ils représentent tout un éventail de croyances politiques et théologiques. Il importe de souligner que ce ne sont pas tous les évangéliques qui adhèrent aux positions les plus radicales. »

Ses travaux portent surtout sur les pentecôtistes-néocharismatiques, une frange évangélique proche du pouvoir politique aux États-Unis, et sur trois idées qui influencent leur théologie politique.

The front cover of a book about Donald Trump and his evangelical supporters

Hégémonie, démonologie et fin du monde

Hégémonie

Bon nombre de chrétiens ultraconservateurs et partisans de Donald Trump considèrent les États-Unis comme une nation ayant été fondée sur des croyances et des valeurs chrétiennes. En conséquence, le système politique est pour eux un outil de promotion d’une vision du monde résolument chrétienne.

Ils estiment qu’il est de leur devoir moral d’affirmer la domination chrétienne aux États-Unis et ailleurs.

« La question est donc de savoir comment imposer cette hégémonie, affirme le chercheur « Selon eux, il faut, pour y parvenir, mobiliser les chrétiens dans diverses sphères culturelles. Ils veulent des influenceurs capables de façonner les institutions politiques, le milieu des affaires et les médias à l’image de leurs valeurs chrétiennes. »

Le Pr Gagné souligne qu’ils sont nombreux à voir en Trump un allié.

« Ils pensent que Trump les aidera à imposer la domination du christianisme aux États-Unis. »

Démonologie

« Les évangéliques néocharismatiques qui soutiennent Trump croient que la vie est caractérisée par une guerre spirituelle, un conflit entre le bien et le mal. Certains d’entre eux en viennent à voir la politique comme une guerre contre ce qu’ils appellent les principautés et les puissances. Leurs adversaires politiques — les progressistes, les démocrates ou les groupes laïcs — sont à leurs yeux les avatars de forces diaboliques », explique l’auteur.

« En nourrissant ce genre de discours, ils instaurent une dichotomie hostile entre eux et tous ceux qui ne partagent pas leurs idées. »

La fin du monde

Ces deux idées prennent naissance dans une troisième : l’espoir et la croyance que la seconde venue de Jésus-Christ est imminente.

« Pour certains groupes évangéliques, l’établissement du royaume de Dieu passe par une transformation sociale en préparation au retour imminent du Christ sur Terre », souligne-t-il.

« Trump a donné son appui symbolique à Israël, a déplacé l’ambassade américaine à Jérusalem, a tenté de négocier des pourparlers de paix entre Israël et ses voisins arabes, a ordonné une frappe aérienne contre le général iranien Qassim Soleimani. Tous ces événements viennent confirmer leur récit eschatologique. Ils estiment que les politiques de Trump sont annonciateurs de la seconde venue du Christ. »

Comment réagir

Gagné souligne que les nombreuses caricatures des croyances et des pratiques de ces évangéliques qui appuient Trump nuisent à l’établissement d’un dialogue productif.

« En déformant leurs opinions et en les qualifiant de fous, nous alimentons leur sentiment de persécution. Nous donnons du poids à leurs opinions polarisées. Il ne sert à rien de les exclure du dialogue », affirme-t-il.

M. Gagné conclut par une question : « Pouvons-nous fonctionner ensemble dans une société qui accepte le fait que tous ne partagent pas les mêmes idées ? Pouvons-nous faire des compromis pour construire un monde meilleur ensemble, dans le respect ? Il doit y avoir un moyen d’instaurer un dialogue. »

Même si André Gagné ne laisse pas entendre que tout le monde doit devenir progressiste, sa position est claire : « Ceux qui ont une vision plus pluraliste et progressiste de la politique doivent s’assurer d’aller voter. »


Renseignez-vous sur le Département d’études théologiques de l’Université Concordia.

 



Back to top Back to top

© Université Concordia